Un mouvement pour dénoncer la répression des journalistes au Maroc

15 janvier 2021 - 16h00 - Monde - Ecrit par : K.B

Un collectif de militants à Montréal réclame la fin de la répression et du harcèlement des autorités marocaines à l’encontre des journalistes. Un « Comité de défense de la liberté de presse » vient d’être créé.

Des voix se sont élevées au Canada pour dénoncer les atteintes à la liberté de la presse au Maroc. Selon les membres du Comité, l’objectif premier de l’initiative, qui fait suite « aux arrestations en série perpétrées dernièrement au Maroc », est d’informer l’opinion publique au Canada « des crimes commis à l’encontre des journalistes et de dénoncer les atteintes à la liberté d’opinion ».

« Les membres du bureau ainsi que tous les démocrates ne peuvent rester insensibles aux actions répressives dont sont victimes les journalistes », poursuit le communiqué du Comité, dont une copie a été transmise aux autorités provinciales et nationales au Canada.

Les militants citent en particulier les cas de « Tawfiq Bouachrine, condamné à 15 ans de réclusion criminelle suite à un procès scandaleux, de Soulaimane Raissouni, rédacteur en chef du quotidien Akhbar Al Yaoum, détenu depuis le mois de mai, et dernièrement le journaliste et historien Maati Mounjib, dont le procès est prévu pour le 20 janvier ».

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Montréal - Médias - Liberté d’expression

Aller plus loin

Le Maroc a connu une « régression sans précédent » de la liberté de la presse, selon l’AMDH

L’Association marocaine des droits humains (AMDH) épingle à nouveau le Maroc dans le domaine de la liberté d’expression. Dans son rapport annuel sur les libertés publiques,...

Fouad Abdelmoumni dénonce un resserrement drastique des comportements répressifs de l’État marocain

L’économiste Fouad Abdelmoumni, célèbre défenseur des droits humains et militant de Transparency Maroc affirme qu’«  une dictature autoritaire et violente » règne « de plus en...

Accusée de maltraiter Soulaimane Raissouni, la DGAPR se défend

La Délégation générale à l’administration pénitentiaire et à la réinsertion (DGAPR) ne se reconnait pas dans les accusations de maltraitance à l’encontre de Soulaimane Raissouni...

Casablanca : sit-in pour la libération de Soulaimane Raissouni

La mobilisation en faveur de la libération du journaliste Soulaimane Raissouni est toujours aussi grande. Un sit-in de solidarité a été organisé jeudi, devant la prison...

Ces articles devraient vous intéresser :

Décès de Khalil Hachimi Idrissi

Le directeur général de l’Agence marocaine de presse (MAP), Khalil Hachimi Idrissi, est décédé samedi matin à Rabat à l’âge de 67 ans, après avoir lutté contre une longue maladie

Le journal en anglais à la télévision marocaine

Le Maroc manifeste un intérêt grandissant pour l’anglais. Il entend diffuser des informations dans cette langue qui est la plus parlée dans le monde, avec un total de plus de 1,4 milliard de locuteurs, afin d’attirer davantage les touristes anglophones.

Une chaîne marocaine accusée d’offense au roi Mohammed VI

La chaîne de télévision d’information en continu marocaine, Medi 1 TV est sous le feu des critiques des Marocains qui l’accusent d’avoir offensé le roi Mohammed VI.

Le Magazine Marianne censuré au Maroc

L’hebdomadaire français Marianne (numéro 1407) a été interdit de distribution au Maroc, en raison d’un dessin caricatural jugé offensant pour le prophète Mohammad.

Maroc : Ahmed Assid dénonce la répression des voix d’opposition par l’astuce des mœurs

Dans un podcast, l’universitaire et activiste amazigh Ahmed Assid s’est prononcé sur plusieurs sujets dont la répression des voix contestataires au Maroc, la liberté d’expression ou encore la laïcité.