Casablanca : sit-in pour la libération de Soulaimane Raissouni

29 mai 2021 - 06h40 - Maroc - Ecrit par : J.D

La mobilisation en faveur de la libération du journaliste Soulaimane Raissouni est toujours aussi grande. Un sit-in de solidarité a été organisé jeudi, devant la prison d’Oukacha à Casablanca pour alerter sur la santé critique de l’ex-rédacteur en chef du quotidien Akhbar Al Yaoum.

Après 51 jours de grève de la faim, le journaliste Soulaimane Raissouni détenu depuis 1 an pour une affaire de viol, aurait perdu 31 kilos et son état de santé devient critique, a indiqué son épouse Kholoud Mokhtari, au cours du sit-in de solidarité qui a rassemblé la famille du journaliste et des militants des droits de l’Homme.

Scandant à l’unisson des slogans exigeant la libération immédiate de Raissouni et de Radi, tous emprisonnés dans deux affaires distinctes, les manifestants ont souligné que les deux journalistes sont détenus arbitrairement, car ils remplissent les critères pour être poursuivis en état de liberté.

« Le sit-in intervient après 50 jours de grève de la faim de Raissouni. Il est devenu faible et sans aucune force », a déclaré à Hespress, le père d’Omar Radi, avertissant que la situation « préoccupe tout le monde et nuit à l’image de l’État au cas où l’un d’eux viendrait à mourir ».

Le père d’Omar Radi a souligné dans sa déclaration que les deux journalistes « sont poursuivis de manière arbitraire dans le but de les garder en prison. Sinon comment est-il possible que les demandes de leur libération sous caution soient rejetées plus de neuf fois sans aucune explication du ministère public » s’est-il demandé.

Kholoud Mokhtari, épouse de Soulaimane s’est dite surprise de la déclaration de la Direction générale de l’administration pénitentiaire et de la réinsertion (DGAPR) qui fait croire qu’elle a encouragé et incité son époux à poursuivre sa grève de la faim. Sur ce dernier point, les militants des droits de l’homme estiment qu’il est impossible que le journaliste ait été encouragé par son épouse à souffrir davantage. Ils soutiennent que Soulaimane, qui se trouve actuellement dans un état critique doit être libéré, de même que son confrère Radi.

Jeudi, la direction de la prison locale Ain Sebaa1 a affirmé que l’état de santé de Soulaimane Raissouni est rassurant, contrairement aux allégations dénuées de tout fondement véhiculées par son épouse.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Casablanca - Manifestation - Droits et Justice - Prison - Omar Radi

Aller plus loin

Souleimane Raissouni a déjà perdu 22 kilos depuis le début de sa grève de la faim

Pour avoir essuyé un refus à leur demande de libération provisoire, les deux journalistes marocains Omar Radi et Soulaimane Raissouni, ont entamé une grève de la faim depuis...

Malade, Omar Radi suspend sa grève de la faim

Le journaliste Omar Radi a suspendu vendredi sa grève de la faim entamée, il y a 21 jours, pour des raisons de santé, a annoncé sa famille.

Un mouvement pour dénoncer la répression des journalistes au Maroc

Un collectif de militants à Montréal réclame la fin de la répression et du harcèlement des autorités marocaines à l’encontre des journalistes. Un « Comité de défense de la...

Soulaimane Raissouni suspend sa grève de la faim

L’avocat du journaliste marocain Soulaimane Raissouni, condamné le 9 juillet dernier à cinq ans de prison pour « agression sexuelle », a indiqué son client a décidé de mettre...

Ces articles devraient vous intéresser :

Maroc : Vague d’enquêtes sur des parlementaires pour des crimes financiers

Une vingtaine de parlementaires marocains sont dans le collimateur de la justice. Ils sont poursuivis pour faux et usage de faux, abus de pouvoir, dilapidation et détournement de fonds publics.

Maroc : 20 affaires de détournement de fonds publics devant la justice

Le président du ministère public a été saisi par le procureur général du Roi près la Cour des comptes de 20 affaires de détournement de deniers publics au titre de l’année 2021.

Enfants hors mariage : « la fête d’une nuit est à payer pendant 21 ans »

Comme pour les couples mariés, les enfants nés hors mariage au Maroc seront pris en charge par les parents. Une disposition est prévue dans le nouveau Code pénal pour reconnaitre leur droit, a annoncé le ministre de la Justice Abdellatif Ouhabi.

Le droit des femmes à l’héritage, une question encore taboue au Maroc

Le droit à l’égalité dans l’héritage reste une équation à résoudre dans le cadre de la réforme du Code de la famille au Maroc. Les modernistes et les conservateurs s’opposent sur la reconnaissance de ce droit aux femmes.

Accusé de viol, Achraf Hakimi se sent « trompé et piégé », selon ses proches

Achraf Hakimi a été mis en examen vendredi pour viol. Le défenseur marocain du Paris Saint-Germain (PSG), qui nie les faits, est soutenu par sa famille et son club. Selon ses proches, il dit se sentir « trompé ».

La justice confirme l’amende de 2,5 milliards de dirhams contre Maroc Telecom

Le recours de Maroc Telecomcontre la liquidation de l’astreinte imposée par l’agence nationale de régulation des télécommunications (ANRT), a été rejeté par la cour d’appel de Rabat.

Poupette Kenza : compte Instagram désactivé après des propos « antisémites »

L’influenceuse aux plus d’un million d’abonnés sur Instagram, Poupette Kenza, se retrouve au cœur d’une vive controverse après avoir tenu des propos jugés antisémites. Dans une story publiée le 15 mai 2024, elle affirmait sans équivoque son soutien à...

Maroc : 30 députés éclaboussés par des affaires de corruption

Au total, 30 députés marocains sont poursuivis par la justice en leur qualité de président de commune pour leur implication présumée dans des affaires de corruption, de dilapidation de deniers publics, de chantage, et de falsification de documents...

Plaintes de MRE : 96 % de satisfaction selon le Conseil supérieur du pouvoir judiciaire

En 2022, le Conseil supérieur du pouvoir judiciaire (CSPJ) a traité près de 96 % des doléances présentées par les Marocains résidant à l’étranger (MRE), selon un rapport de l’institution. Sur un total de 527 plaintes déposées, 505 ont été traitées par...

Une famille marocaine au tribunal de Beauvais pour un mariage blanc

Une famille marocaine est jugée devant le tribunal de Beauvais pour association de malfaiteurs dans le but d’organiser un mariage blanc. Le verdict est attendu le 12 janvier 2023.