Soulaimane Raissouni met fin à sa grève de la faim

11 août 2021 - 00h20 - Maroc - Ecrit par : G.A

Après 122 jours, le journaliste marocain Soulaimane Raissouni a mis fin à la grève de la faim qu’il avait entamée pour dénoncer son procès qu’il qualifie de politique et d’arbitraire. Le journaliste a été condamné à cinq ans de prison, en juillet dernier pour « agression sexuelle » à la suite d’une plainte déposée par un militant LGBT. Des faits qu’il conteste, assurant qu’il est poursuivi « à cause de ses opinions ».

La nouvelle a été rendue publique par l’avocat du journaliste lundi dernier.« Il nous a informés aujourd’hui qu’il avait arrêté samedi sa grève de la faim après son hospitalisation, en réponse aux appels de ses soutiens à l’échelle nationale et internationale », a déclaré à l’AFP Me Mohamed Messaoudi. Selon ses propos, le médecin de la prison « l’a informé que sa santé est en danger et qu’il n’avait que deux choix : arrêter la grève de la faim ou mourir ».

À lire : Maroc : deux journalistes en grève de la faim

Il y a quelques jours, le journaliste âgé de 49 ans, a réclamé d’être hospitalisé pour cesser sa grève de la faim. Dans un communiqué en réaction à cette demande, l’administration pénitentiaire a assuré qu’il « refusait de se rendre à l’hôpital ».

Accusé de faire du chantage avec la grève de la faim, Soulaimane Raissouni a toujours prétendu le contraire. « Je n’ai jamais cherché à faire du chantage à qui que ce soit pour me libérer. Je ne réclamais qu’un procès équitable qui allait inévitablement m’innocenter », a confié lundi, le journaliste à sa défense.

À lire : Réaction des États-Unis suite à la condamnation de Soulaiman Raissouni

Alors que plusieurs ONG nationales et internationales, ainsi que des personnalités et partis politiques marocains appelaient à sa libération, les autorités marocaines, elles, se disent respectueuses de l’indépendance de la justice et la conformité des procédures.

Sujets associés : Prison - Délégation générale à l’administration pénitentiaire et à la réinsertion (DGAPR) - Grève de la faim - Plainte

Aller plus loin

Soulaïmane Raïssouni est "bien traité" en prison

Le journaliste Soulaïmane Raïssouni est placé dans une cellule d’isolement comme il l’avait demandé lors de son incarcération. La déclaration de l’administration de la prison...

RSF préoccupé par l’état de santé de Soulaimane Raissouni réclame sa libération

Le verdict dans l’affaire du journaliste marocain Soulaimane Raissouni est tombé. Le Rédacteur en chef du quotidien Akhbar Al Yaoum a été condamné à cinq ans de prison assortie...

Diffusion de vidéos humiliantes de Soulaimane Raissouni

Les deux vidéos du journaliste Soulaimane Raissouni publiées par la Délégation générale à l’administration pénitentiaire et à la réinsertion (DGAPR) ne sont pas du goût du chef...

Accusée de maltraiter Soulaimane Raissouni, la DGAPR se défend

La Délégation générale à l’administration pénitentiaire et à la réinsertion (DGAPR) ne se reconnait pas dans les accusations de maltraitance à l’encontre de Soulaimane Raissouni...

Ces articles devraient vous intéresser :