Maroc : deux journalistes en grève de la faim

12 avril 2021 - 10h39 - Maroc - Ecrit par : J.K

Deux journalistes marocains, en détention préventive depuis huit et dix mois, dans l’attente de leur jugement, observent une grève de la faim. Ils espèrent ainsi obtenir leur libération provisoire, ont annoncé leurs avocats lundi.

Soulaimane Raissouni, 48 ans, est le premier à entamer un « jeûne de protestation » jeudi, rapporte l’AFP, ajoutant que l’administration pénitentiaire n’a pu le dissuader « en raison des graves conséquences de cette décision sur son état de santé », explique cette dernière, via un communiqué précisant que face à son refus, il « a été placé sous contrôle médical ». Omar Radi, 34 ans, lui, est entré dans le mouvement, vendredi, a expliqué au cours d’une conférence de presse à Casablanca, Me Miloud Kandil, soulignant que les deux journalistes « remplissent les conditions pour en jouir » et « souhaitent avoir des procès équitables ».

Les deux journalistes sont poursuivis dans des dossiers distincts, mais tous deux liés à leurs publications critiques, à en croire leurs soutiens, précisant que plus d’une fois, les deux journalistes ont vu leur demande de liberté provisoire rejetée par la justice.

Radi, connu pour son engagement pour les droits humains, est poursuivi dans une double affaire de « viol » et d’espionnage, détaille l’agence de presse, rapportant que c’est au cours d’une brève audience début avril, que son procès a été renvoyé au 27 avril.

« Attentat à la pudeur avec violence » et « séquestration », c’est ce qui est reproché, après une plainte déposée par un militant de la cause LGBT, à Raissouni, rédacteur en chef du journal Akhbar Al-Yaoum, absent des kiosques depuis mi-mars pour des raisons financières, fait observer la même source. Son procès initialement attendu pour s’ouvrir le 9 février, est fixé au 15 avril, après deux renvois.

Pour rappel, l’historien et militant des droits humains franco-marocain Maâti Monjib, 60 ans, en détention préventive dans le cadre d’une enquête pour « blanchiment de capitaux », a été remis en liberté provisoire fin mars, après trois mois de détention préventive et dix-neuf jours de grève de la faim. Son procès en appel ouvert le 8 avril, a été renvoyé au 10 juin.

Les autorités marocaines, pour leur part, évoquent toujours l’indépendance de la justice et la conformité des procédures.

Sujets associés : Droits et Justice - Presse - Omar Radi

Aller plus loin

Casablanca : sit-in pour la libération de Soulaimane Raissouni

La mobilisation en faveur de la libération du journaliste Soulaimane Raissouni est toujours aussi grande. Un sit-in de solidarité a été organisé jeudi, devant la prison...

Une grève de la faim de 24 h en soutien à Soulaiman Raissouni ce mercredi

En soutien au journaliste Soulaiman Raissouni, le comité France de soutien à Maâti Monjib lance une campagne internationale de grève de la faim le mercredi 26 mai 2021. À cet...

RSF appelle à la libération d’un journaliste emprisonné au Maroc

Reporters sans frontières (RSF) a appelé les autorités marocaines à libérer le journaliste Mohamed Lamine Haddi, collaborateur de la chaîne de télévision de la « République...

Soulaiman Raissouni va bien, selon la prison d’Ain Sebaâ

Le journaliste Souleiman Raissouni va bien. C’est ce qu’affirme la direction de la prison locale d’Ain Sebaâ, réagissant aux nombreux communiqués de sa famille faisant état de...

Ces articles devraient vous intéresser :

Maroc : l’utilisation de WhatsApp interdite dans le secteur de la justice

Le procureur général du Maroc, Al-Hassan Al-Daki, a interdit aux fonctionnaires et huissiers de justice d’installer et d’utiliser les applications de messagerie instantanée, et principalement WhatsApp, sur leurs téléphones professionnels.

Mohamed Ihattaren rattrapé par la justice

Selon un média néerlandais, Mohamed Ihattaren aurait des démêlés avec la justice. Le joueur d’origine marocaine serait poursuivi pour agression et tentative d’incitation à la menace.

Maroc : les crimes financiers ont baissé de 47% en 2021

La lutte contre les crimes financiers et économiques au Maroc porte peu à peu ses fruits. En 2021, les affaires liées à ces délits ont fortement régressé de 47,30%, selon le rapport annuel de la présidence du parquet.

Prison : le Maroc explore les « jour-amendes »

L’introduction du système de jour-amende dans le cadre des peines alternatives pourrait devenir une réalité au Maroc. Une loi devrait être bientôt votée dans ce sens.

Maroc : 20 affaires de détournement de fonds publics devant la justice

Le président du ministère public a été saisi par le procureur général du Roi près la Cour des comptes de 20 affaires de détournement de deniers publics au titre de l’année 2021.

Carte du Maroc sans le Sahara : l’ONCF annonce des poursuites judiciaires

L’Office national des chemins de fer (ONCF) aurait publié sur l’une de ses affiches une carte incomplète du Maroc, suscitant la colère des internautes marocains. L’Office vient de démentir l’information et envisage de poursuivre les auteurs de cette...

Maroc : les ravages du mariage sur reconnaissance de dette

Une forme de mariage peu médiatisée est en train de prendre de l’ampleur dans certaines régions du Maroc, selon une émission diffusée sur la chaîne Al Aoula. Il s’agit du mariage sur reconnaissance des dettes.

Affaire de viol : Achraf Hakimi devant le juge

L’international marocain du Paris Saint-Germain, Achraf Hakimi, a eu affaire à la justice ce vendredi matin, en lien avec une accusation de viol portée contre lui.

Le Maroc cherche à mettre fin au mariage des mineures

En réponse à une question orale à la Chambre des Conseillers, le ministre de la Justice, Abdellatif Ouahbi a renouvelé ce lundi 28 novembre, son engagement à mettre un terme au mariage des mineures.

Deux fonctionnaires du consulat du Maroc à Barcelone en prison

Accusés de détournement de fonds, deux anciens fonctionnaires du consulat du Maroc à Barcelone ont été placés en détention, mercredi, par le procureur général du Roi près du tribunal des crimes financiers de Rabat.