RSF préoccupé par l’état de santé de Soulaimane Raissouni réclame sa libération

12 juillet 2021 - 13h20 - Ecrit par : G.A

Le verdict dans l’affaire du journaliste marocain Soulaimane Raissouni est tombé. Le Rédacteur en chef du quotidien Akhbar Al Yaoum a été condamné à cinq ans de prison assortie d’une amende de 100 000 dirhams (environ 9 500 euros), pour « agression sexuelle » sur un militant LGBT. Son comité de soutien et Reporters sans Frontières réclament sa libération dans l’attente d’un procès en appel « équitable ».

Vendredi, le juge avait ordonné la présence du journaliste, absent de son procès depuis la mi-juin, afin qu’il entende sa condamnation, mais le prévenu a « refusé », d’après un procès-verbal lu au cours de l’audience à la cour d’appel de Casablanca.

À lire : Soulaimane Raissouni condamné à 5 ans de prison pour agression sexuelle

Soulaimane Raissouni est maintenu en détention provisoire depuis mai 2020 pour « agression sexuelle » sur un militant LGBT. L’accusé, depuis le début de cette affaire, n’a cessé de clamer son innocence. Ses proches dénoncent un « procès politique » et qualifient de « critique » l’état de santé du journaliste de 49 ans, qui a entamé une grève de la faim pour protester contre une « grande injustice ».

À lire : Souleimane Raissouni a déjà perdu 22 kilos depuis le début de sa grève de la faim

Il a été hospitalisé récemment après avoir fait une crise. Son état n’était pas passé inaperçu le 10 juin dernier, où il marchait en titubant devant la cour. Au Maroc comme à l’étranger, des défenseurs des droits humains, des intellectuels et des responsables politiques ne cessent de réclamer sa libération provisoire.

De son côté, le plaignant se réjouit de l’issue du procès malgré les appels venus de part et d’autres. « La justice a triomphé. Toutes les sales manœuvres de politiser l’affaire seront vaines », a-t-il réagi sur Facebook, précisant qu’il comptait « faire don du montant des dédommagements à une association caritative ».

Préoccupé par l’état de santé du journaliste, Reporters sans frontières demande sa libération en attendant un procès en appel. « Nous demandons instamment que Soulaimane Raissouni soit libéré dans l’attente d’un procès en appel. Après une grève de la faim aussi longue, il y va de sa survie. Il mérite un procès équitable », a plaidé samedi RSF dans un communiqué.

À lire : Maroc : deux journalistes en grève de la faim

À l’issue d’un « procès entaché d’irrégularités manifestes », le comité de soutien du journaliste, composé de militants appartenant à divers associations locales de défense des droits humains, a « condamné fermement un verdict injuste […] aussi sévère qu’incompréhensible ». Dans son communiqué, le comité dénonce le fait que le tribunal « n’a présenté devant la défense aucune preuve et n’a entendu aucun témoin ». « La police a empêché un sit-in que tentaient d’organiser samedi à Rabat une vingtaine de membres du comité pour protester contre sa condamnation et réclamer sa libération ». L’avocat du journaliste qualifie ce qui s’est passé de « boucherie judiciaire ».

À lire : Casablanca : sit-in pour la libération de Soulaimane Raissouni

Alors qu’elles ont fait vœu de silence depuis le début de cette affaire, les autorités marocaines, face aux critiques, disent donner plein pouvoir à l’indépendance de la justice et la conformité des procédures. En ce qui concerne sa grève de faim, l’administration pénitentiaire (DGAPR) a soutenu que le journaliste en usait comme moyen de pression sur le tribunal.

Tags : Droits et Justice - Reporters sans frontières (RSF) - Prison - Grève de la faim

Aller plus loin

Diffusion de vidéos humiliantes de Soulaimane Raissouni

Les deux vidéos du journaliste Soulaimane Raissouni publiées par la Délégation générale à l’administration pénitentiaire et à la réinsertion (DGAPR) ne sont pas du goût du chef du...

Le procès en appel de Soulaimane Raissouni ajourné

Le procès en appel du journaliste marocain Soulaïmane Raïssouni, condamné en première instance à cinq ans de prison pour « agression sexuelle », a été ajourné immédiatement après son...

Accusée de maltraiter Soulaimane Raissouni, la DGAPR se défend

La Délégation générale à l’administration pénitentiaire et à la réinsertion (DGAPR) ne se reconnait pas dans les accusations de maltraitance à l’encontre de Soulaimane Raissouni dont...

Maroc : deux journalistes en grève de la faim

Deux journalistes marocains, en détention préventive depuis huit et dix mois, dans l’attente de leur jugement, observent une grève de la faim. Ils espèrent ainsi obtenir leur...

Nous vous recommandons

Dakhla : décès mystérieux de deux touristes marocaines

Disparues le 10 août dernier, deux Marocaines venues à Dakhla pour profiter des vacances d’été ont été retrouvées mortes le lendemain. Les circonstances de ce drame restent encore mystérieuses.

Maroc : bagarre à l’aéroport entre Israéliens

Au Maroc, une violente altercation a eu lieu à l’aéroport entre des Israéliens qui s’apprêtaient à prendre un vol Israir pour rallier Israël. L’avion a pu décoller après l’intervention du personnel de...

Montpellier : du nouveau sur l’agression des deux femmes maghrébines voilées

L’homme qui a agressé deux adolescentes voilées mardi 12 avril, en fin de matinée, au niveau des Rives-du-Lez à Montpellier s’est rendu de lui-même au commissariat. En attendant la confirmation ou l’infirmation de l’hypothèse d’une attaque à caractère...

Priorité totale aux MRE à la frontière de Sebta

Le Maroc a donné vendredi la priorité totale aux Marocains d’Europe arrivant à la frontière de Sebta dans le cadre de l’Opération Marhaba, retardant l’accès au Maroc aux habitants de la ville autonome.

Les footballeurs marocains veulent le retour de Ziyech et Mazraoui

Les joueurs de l’équipe marocaine de football veulent œuvrer pour un retour de leurs coéquipiers Hakim Ziyech et Noussair Mazraoui afin de prendre part aux prochains matchs. Le dernier mot revient toutefois au sélectionneur national, Vahid...

Comment la France et l’Espagne se sont partagées le Maroc

La France et l’Espagne ont profité d’un moment de faiblesse du Maroc, alors dirigé par Moulay Abdelaziz, successeur de Moulay Hassan mort en 1894, pour établir leur domination coloniale sur le royaume.

Le Maroc va acquérir quatre avions G550

Le Maroc va acquérir quatre avions G550 de guerre électronique et de reconnaissance de type ISR suite à un accord avec le constructeur américain d’avions privés, Gulfstream Aerospace en 2019.

Comment un Marocain a réussi à blanchir plusieurs millions d’euros en France

Les policiers de l’Office central pour la répression de la grande délinquance financière (OCRGDF) ont démantelé un vaste réseau de blanchiment d’argent entre la France et le Maroc, passant par l’Espagne. À la manœuvre, un Chinois qui collectait l’argent...

Covid-19 : le Maroc attend le pic « dans les prochains jours »

Au Maroc, le pic de l’épidémie pourrait arriver dans les «  tout prochains jours  », surtout à Guelmim-Oued Noun (39 %), région la plus touchée.

Crise avec le Maroc : les États-Unis mettent en garde l’Espagne

Les États-Unis ont mis en garde l’Espagne contre les dangers liés à la sécurité, notamment le terrorisme, qui la guette si la crise avec le Maroc n’est pas résolue. C’est l’essentiel à retenir d’une rencontre entre le ministre de l’Intérieur espagnol Fernando...