Accusée de maltraiter Soulaimane Raissouni, la DGAPR se défend

11 avril 2021 - 08h40 - Ecrit par : G.A

La Délégation générale à l’administration pénitentiaire et à la réinsertion (DGAPR) ne se reconnait pas dans les accusations de maltraitance à l’encontre de Soulaimane Raissouni dont l’accuse l’épouse du journaliste accusé de viol et d’«  attentat à la pudeur avec violence et séquestration » envers un jeune homme. Sur les réseaux sociaux, Khouloud Mokhtari, soutient que la cellule dans laquelle vit son époux, a fait l’objet d’une fouille humiliante.

Des affirmations faites par la jeune femme sur les réseaux sociaux, il en ressort également que les autorités auraient interdit tout contact entre Soulaimane Raissouni et sa famille. Autant d’accusations contre lesquelles la DGAPR a apporté un démenti formel. Dans un communiqué rendu public le samedi 9 avril, la délégation générale à l’administration pénitentiaire et à la réinsertion précise que la fouille n’a jamais été une question d’humiliation, mais une procédure ordinaire appliquée dès qu’un détenu se dit en grève de la faim. « Ceci, dans le respect total de la loi et en présence du détenu qui n’a subi aucun mauvais traitement ou comportement portant atteinte à sa dignité. De même, ses affaires n’ont subi aucun dommage contrairement aux allégations de son épouse », explique la DGAPR. Soulaïman Raïssouni a été placé dans une cellule d’isolement à sa demande.

En ce qui concerne l’interdiction de contact entre le journaliste et sa famille, elle est « dénuée de tout fondement », car le concerné bénéficiant de la possibilité de joindre ses proches par le téléphone fixe de son établissement pénitentiaire (Aïn Sebaa 1 à Casablanca) suivant un calendrier prédéfini. « C’est le détenu qui a refusé de bénéficier de ce droit », précise la DGAPR.

La DGAPR rappelle à l’opinion nationale et internationale que Raissouni bénéficie de tous les droits que lui accorde la loi et que la grève de la faim qu’il a lancée n’est en aucun cas liée à ses conditions de détention. « La direction de l’établissement a tenté de l’en dissuader au vu de ses répercussions sur son état de santé, mais il s’y est opposé. Ce qui a nécessité sa mise sous surveillance médicale », affirme la DGAPR. L’administration précise cependant que le détenu porte l’entière responsabilité de sa décision, au même titre que ses proches et les parties qui l’encouragent à persévérer dans sa grève, en vue de faire pression sur la justice.

Tags : Casablanca - Prison - Violences et agressions - Délégation générale à l’administration pénitentiaire et à la réinsertion (DGAPR) - Séquestration

Aller plus loin

La date du procès du journaliste Souleimane Raissouni connue

Le procès du journaliste Souleimane Raissouni s’ouvre ce 9 février après plus de huit mois de détention provisoire et à 2 mois de la fin de l’instruction. Poursuivi au moment de son...

RSF préoccupé par l’état de santé de Soulaimane Raissouni réclame sa libération

Le verdict dans l’affaire du journaliste marocain Soulaimane Raissouni est tombé. Le Rédacteur en chef du quotidien Akhbar Al Yaoum a été condamné à cinq ans de prison assortie...

Souleimane Raissouni a déjà perdu 22 kilos depuis le début de sa grève de la faim

Pour avoir essuyé un refus à leur demande de libération provisoire, les deux journalistes marocains Omar Radi et Soulaimane Raissouni, ont entamé une grève de la faim depuis deux...

Casablanca : sit-in pour la libération de Soulaimane Raissouni

La mobilisation en faveur de la libération du journaliste Soulaimane Raissouni est toujours aussi grande. Un sit-in de solidarité a été organisé jeudi, devant la prison d’Oukacha à...

Nous vous recommandons

Israël affirme que le Maroc n’a jamais espionné Emmanuel Macron

« NSO n’a pas pisté le téléphone du président Macron ». Ces propos émanent du ministre israélien de la Défense Benny Gantz, qui a assuré son homologue française Florence Parly, que le Maroc n’a jamais eu recours au logiciel israélien Pegasus contre le président...

Macron demande des explications à Bennett suite aux accusations d’espionnage contre le Maroc

Le président français Emmanuel Macron s’est entretenu avec le Premier ministre israélien Naftali Bennett au sujet du logiciel Pegasus que le Maroc aurait utilisé pour cibler son numéro et ceux d’autres...

Jamel Debbouze s’explique sur le choix des prénoms de ses enfants

L’humoriste franco-marocain Jamel Debbouze se confie sur sa vie privée et s’explique sur le choix des prénoms de ses deux enfants.

Le roi Mohammed VI en voyage en France

Le roi Mohammed VI s’est rendu en France mercredi 1ᵉʳ juin dans le cadre d’un déplacement privé. Il s’agit de son premier déplacement en Europe depuis la fin de la crise du Covid-19.

Le frère de l’imam Iquioussen impliqué dans une altercation à Denain

Ahmed, policier de profession et frère de l’imam Hassan Iquioussen actuellement sous le coup d’une procédure d’expulsion vers le Maroc, est impliqué dans une altercation avec deux femmes à Denain. Une enquête est en cours pour élucider cette...

Comment expliquer la débâcle des Marocains aux JO de Tokyo ?

Qu’est ce qui pourrait expliquer les mauvaises prestations des Marocains aux Jeux Olympiques de Tokyo. Les sportifs et certains cadres techniques ont choisi les réseaux sociaux pour expliquer et commenter la débâcle observée à Tokyo, dire surtout...

Maroc : l’inflation s’envole

Au vu de l’évolution de la situation économique marquée par la flambée du prix de certains produits, Bank al-Maghrib estime que l’inflation pourrait atteindre 4,7 % à la fin de l’année au Maroc, alors que ces deux dernières années, elle n’était que 2...

Redouane Ahrouch condamné pour ne pas avoir serré la main à une femme

Reconnu coupable de sexisme, Redouane Ahrouch, co-fondateur du parti Islam, a écopé mercredi dernier d’une peine de quatre mois de prison avec sursis, devant la cour d’appel de Bruxelles.

Mariage d’Adil El Arbi et de Loubna Khalkhali

Le réalisateur belgo-marocain Adil El Arbi et sa fiancée Loubna Khalkhali, journaliste à la VRT, se sont mariés samedi 18 décembre à la mairie d’Hoboken, en présence du maire d’Anvers Bart De Wever.

Maroc : une bonne récolte agricole en vue malgré la sécheresse

Le Maroc s’attend à une bonne récolte agricole, ainsi qu’à une production conséquente de bétail, selon le porte-parole du gouvernement, Mustapha Baitas, grâce aux dernières précipitations.