La reprise du tourisme dépend des conditions d’accès au Maroc

30 janvier 2022 - 15h00 - Economie - Ecrit par : S.A

Hamid Bentahar, président de la Confédération nationale du tourisme (CNT) se félicite de l’annonce de la réouverture de l’espace aérien marocain. Il estime que la reprise du secteur touristique frappé de plein fouet par la pandémie de Covid-19 dépend des conditions d’accès au territoire marocain.

« La Confédération nationale du tourisme (CNT) ne peut que se féliciter de cette excellente nouvelle qui répond à la demande répétée depuis deux mois de l’ensemble de l’écosystème du tourisme, mais le plus important sera de mettre en œuvre des conditions d’accès au territoire qui soient satisfaisantes en interne et aussi à l’international », explique à Médias24 Hamid Bentahar. Selon lui, si ces conditions simples et fluides, l’activité, qui mettra quoi qu’il advienne un certain temps à reprendre, pourra s’accélérer.

« Mais si on remet les mêmes conditions d’accès qu’avant la fermeture, par exemple obliger un voyageur étranger testé positif à l’arrivée à reprendre l’avion pour rentrer chez lui, certaines compagnies aériennes ne seront pas tentées de desservir à nouveau le Maroc », met en garde le président de la CNT. Il appelle toutefois à jouer la carte de la vigilance au niveau sanitaire « en mettant en place un protocole d’accueil simplifié qui a fait ses preuves dans les destinations concurrentes du Maroc, qui réclament à leurs visiteurs un certificat de vaccination valable, assorti d’un test PCR négatif de moins de soixante-douze heures ».

À lire : Le Maroc rouvre ses frontières aériennes

« Le deuxième levier consistera à pérenniser cette décision de réouverture, en mobilisant tous les efforts au niveau sanitaire pour ne plus jamais avoir à refermer nos frontières », ajoute Hamid Bentahar. Il est question d’assurer les partenaires étrangers (T.O., compagnies aériennes…) qu’il n’y aura plus de retour en arrière. Selon lui, l’agenda de reprise d’activité dépendra des conditions d’accès qui seront annoncées avant la réouverture effective de l’espace dès le 7 février. « Si elles sont conformes à ce qui se fait partout ailleurs, et qu’il n’est plus question de refermer nos frontières, il est probable que les compagnies aériennes reviendront progressivement l’été prochain. »

« En réalité, les conditions d’accès sont plus importantes que la décision d’ouverture, car il est nécessaire de rétablir la confiance pour ces transporteurs étrangers qui ont plus que jamais besoin de visibilité », avance le président de la CNT.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Tourisme

Aller plus loin

Vacances au Maroc : le gouvernement doit-il assouplir les conditions d’accès ?

La situation sanitaire au Maroc est stable depuis plusieurs semaines, mais ce n’est pas pour autant que les conditions d’accès au pays sont simples. Pour le professeur Azeddine...

Pour venir au Maroc, le pass vaccinal n’est pas obligatoire pour les enfants

Le gouvernement a décidé d’exempter de pass vaccinal les enfants de 6 à 18 ans venus de l’étranger. Toutefois, un test PCR sera exigé pour entrer sur le territoire national.

Les professionnels du tourisme s’engagent à appliquer les mesures d’accès au Maroc

Le Maroc rouvre ses frontières le 7 février prochain. Ravis, les professionnels du tourisme ont accepté, en contrepartie, de respecter les mesures prises pour l’accès au Maroc.

Le tourisme marocain à la reconquête du marché britannique

Le Maroc veut reconquérir le marché britannique. Dans ce sens, une délégation de l’Office national marocain du Tourisme (ONMT) s’est rendue à Londres pour une visite de travail...

Ces articles devraient vous intéresser :

Le Maroc contraint de s’adapter aux nouvelles exigences des touristes

Le gouvernement marocain s’active à renforcer les capacités des acteurs du secteur du tourisme pour suivre les tendances et les évolutions mondiales et s’adapter aux nouvelles exigences des touristes.

Tourisme au Maroc : vers une révolution du capital humain

La ministre du Tourisme, Fatim-Zahra Ammor, vient de procéder au lancement des programmes de renforcement du capital humain, prévus dans le cadre de la feuille de route du tourisme sur la période 2023-2026. Preuve de l’importance qu’accordent les...

Le Maroc compte doubler ses arrivées touristiques d’ici 2030

Dans un contexte de reprise du secteur touristique, le Maroc a revu ses ambitions à la hausse, ambitionnant de doubler le nombre d’arrivées à l’horizon 2030.

Le Nord du Maroc mise sur l’aérien pour attirer des touristes

Les opérateurs touristiques du Nord du Maroc saluent l’implantation d’une base aérienne à Tétouan après celle de Tanger. L’infrastructure aéroportuaire va attirer davantage de touristes et booster à coup sûr le développement économique de la région.

Nouvelle taxe pour l’hébergement chez l’habitant au Maroc

Le gouvernement marocain travaille à réglementer les hébergements alternatifs. Une nouvelle taxe pour l’hébergement chez l’habitant sera bientôt instaurée. Une manière pour lui d’encadrer le tourisme chez l’habitant.

Maroc : les aéroports seront tous modernisés

Le Maroc envisage de mener prochainement une étude sur le développement de ses aéroports à l’horizon 2045. Un appel d’offres international a été récemment lancé à cet effet.

L’un des plus beaux endroits au monde est Marocain

L’Erg Chebbi, ou dunes de Merzouga dans le Sahara marocain, est l’un des plus beaux endroits au monde, selon un classement réalisé par Time Out.

Le Maroc retrouve le sourire avec une forte croissance du tourisme

Le secteur du tourisme au Maroc affiche une embellie à fin avril 2023, selon les derniers chiffres publiés par l’Observatoire du tourisme, se rapprochant du record d’avant la pandémie en 2019.

L’aéroport de Tanger fait peau neuve

Le projet de développement et d’expansion de l’aéroport Ibn Batouta, vise à contribuer au développement touristique et économique de la ville de Tanger. La commune apporte une contribution financière.

Booking dicte sa loi aux hôtels marocains

La plateforme de réservation en ligne, Booking.com continue de dicter sa loi aux hôteliers marocains, ainsi qu’aux agences de voyages, provoquant d’énormes pertes économiques.