Rose Trip Maroc : témoignage des victimes de l’épidémie dévastatrice

27 novembre 2023 - 07h00 - Maroc - Ecrit par : P. A

Martine Magisson, sa fille Nadège Zahraoui, et son amie Chloé Deliau, ont participé au trek solidaire « Rose Trip Maroc » qui s’est déroulé fin octobre dans le Sahara marocain pour sensibiliser au cancer du sein. Les trois trekkeuses livrent leur témoignage sur l’épidémie qui s’est déclenchée sur le campement où elles ont été logées.

« Avec Chloé, nous sommes tombées malades, vers la fin du trek. Je suis d’ailleurs toujours sous traitement. Nous avons été des centaines à avoir été malades, type gastro-entérite très forte. Certaines d’entre nous ont dû être hospitalisées, voire rapatriées ! Mais on a quand même pu réaliser nos trois jours de marche sans problème, même si certaines participantes ont été obligées d’interrompre leur parcours ! », confie Martine Magisson au journal Le Dauphiné.

Chloé Deliau confirme les propos de Martine. « Nous n’avons pas pu participer à l’épreuve “solidaire”, le quatrième jour : l’ascension de la plus haute dune du désert de Mergouza. Nous étions très déçues. 330 femmes sont tombées malades, contaminées par une bactérie. Le retour en France a été compliqué, mais c’est derrière nous ! » Contrairement à Martine et Chloé, Nadège Zahraoui n’a pas été contaminée. « Ça n’a pas été une partie de plaisir de les voir (Martine et Chloé, NDLR) dans cet état », raconte-t-elle.

À lire : Epidémie dévastatrice au « Rose Trip » Maroc

À en croire Magisson, les conditions d’hygiène du campement sont à l’origine de cette épidémie. « Il faut bien comprendre que l’on était dans le désert, et les fosses septiques étaient à ciel ouvert, non loin des cuisines. Entre participantes et personnels, nous n’étions pas loin de 1 000 personnes. Face à l’ampleur de l’épidémie, l’équipe médicale n’était pas structurée et n’a même pas demandé une aide extérieure. Elle était débordée ! », détaille-t-elle.

Et Nadège de s’interroger : « Pourquoi avoir payé une assurance rapatriement obligatoire et garder tout le monde au bivouac ! J’imagine qu’on ne sait pas tout ! » De retour en France, les participantes au Rose Trip Maroc ont créé un collectif pour attaquer en justice l’opérateur Désertours qui, dans le cadre de l’enquête en cours, assure « coopérer pleinement pour déterminer la nature, l’origine de l’épidémie, ainsi que la façon dont elle s’est propagée ».

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : France - Santé - Sahara Marocain

Aller plus loin

Au Maroc, un trek solidaire vire au cauchemar

Alors qu’elles participaient fin octobre au Trek Rose Trip, qui sensibilise au cancer du sein, récolte des fonds pour l’association Ruban Rose et plusieurs autres structures, au...

Epidémie dévastatrice au « Rose Trip » Maroc

Environ 200 des près de 900 femmes ayant participé fin octobre au « Rose Trip », un trek solidaire dans le Sahara marocain pour sensibiliser au cancer du sein, ont vécu une...

Errachidia : enquête ouverte après l’épidémie au « Rose Trip »

Les autorités ont décidé d’ouvrir une enquête pour faire la lumière sur l’intoxication alimentaire dont ont été victimes quelque 200 touristes françaises qui ont participé fin...

Ces articles devraient vous intéresser :

Plus de 70% des femmes marocaines recourent aux méthodes contraceptives

Au Maroc, plus de 70 des femmes ont recours aux méthodes contraceptives. C’est ce qui ressort d’un récent rapport du Fonds des Nations Unies pour la Population (UNFPA).

Le Maroc interdit l’importation de véhicules polluants

Le Maroc poursuit ses efforts visant à réduire l’impact de la pollution sur la santé des citoyens et sur l’environnement. Le ministère du Transport et de la logistique et le département de la Transition énergétique et du développement durable ont pris...

Marocains du monde : est-il interdit d’introduire des médicaments au Maroc ?

Les services de la Douane marocaine interdisent l’introduction au Maroc de médicaments, sauf pour les besoins personnels. A cet effet, certaines dispositions doivent scrupuleusement être respectées.

Atteint par le Covid-19, Noussair Mazraoui donne de ses nouvelles

L’international marocain Noussair Mazraoui a reçu le soutien de ses fans qui ont appris qu’il a attrapé le Covid-19 lors de sa participation à la coupe du monde Qatar 2022. À son tour, il leur a exprimé sa gratitude.

Tatouage au henné : attention danger

La fin du Ramadan et la période de l’Aïd, pour les jeunes filles, une période propice pour mettre du henné sur les mains. Si certaines mères acceptent que leurs filles appliquent le henné, d’autres préfèrent se passer de cette pratique pour préserver...

Le Maroc menace le Polisario en cas d’utilisation de drones

Le Maroc, par la voix de son représentant permanent auprès de l’ONU Omar Hilale, a prévenu l’organisation dirigée par Antonio Gutteres de la reprise du contrôle de toutes les zones situées à l’extérieur du mur et d’une réaction militaire appropriée au...

Le Polisario craint toujours les drones marocains

Le Front Polisario craint de plus en plus les attaques par drone du Maroc au Sahara. Depuis la reprise en 2021 d’un conflit de faible intensité entre les deux parties, une vingtaine d’attaques ont été déjà enregistrées selon un rapport de l’ONU.

Sahara : l’ONU dément la démission de Staffan de Mistura

Les Nations unies ont apporté un démenti formel au sujet d’une éventuelle démission de Staffan de Mistura, l’envoyé personnel du secrétaire général de l’ONU pour le Sahara.

Les biscuits “Gerblé” avec de la drogue ne sont pas commercialisés au Maroc

L’Office National de Sécurité Sanitaire des Produits Alimentaires (ONSSA) affirme que les lots de biscuits de la marque française “Gerblé”, contaminés par la drogue “burundanga”, ne sont pas entrés ni vendus sur le marché marocain.

Sahara : l’ONU accuse, le Polisario récuse et critique le Maroc

Le Polisario critique le rapport du secrétaire général des Nations Unies, Antonio Guterres, sur la situation au Sahara qui l’accable et accuse le Maroc de violation continue de la présence et du travail de la MINURSO.