Recherche

Le Royaume-Uni pense à interdire la chirurgie de restauration de la virginité

© Copyright : DR

29 janvier 2020 - 07h40 - Monde

Pour ou contre la restauration de l’hymen par la chirurgie ? Des activistes exhortent le gouvernement britannique à interdire la chirurgie de restauration de l’hymen ou de restauration de la virginité. Au moins 22 cliniques privées ont fait un business très lucratif sur le dos des musulmanes qui s’y réfèrent pour retrouver leur virginité afin de se mettre à l’abri des représailles de leur famille.

Si le gouvernement arrivait à répondre favorablement à la demande de ces activistes, elles seront nombreuses, ces femmes musulmanes, qui risquent d’être exclues, ou dans des cas extrêmes, tuées, si leurs conjoints ou leurs familles découvrent qu’elles ont eu des relations sexuelles avant le mariage, souligne bbc.com, qui précise qu’elles sont plusieurs à choisir la restauration d’une couche de membrane à l’entrée du vagin. Une interdiction pourrait donc rendre la pratique clandestine avec bien plus de conséquences pour les femmes qui y font appel.

Halaleh Taheri est la fondatrice de la Middle Eastern Women and Society Organisation. Elle rencontre souvent des cas de femmes qui vivent dans la peur pour s’être, pour la plupart, engagées dans des relations avant le mariage. Elle a confié à BBC News l’histoire d’une étudiante marocaine qui se cachait à Londres, après avoir appris que son père avait engagé quelqu’un pour l’assassiner.

En effet, loin des contraintes culturelles de son pays, cette étudiante, venue en 2014 à Londres pour ses études, avait rencontré un homme et ils avaient emménagé ensemble. Mais lorsque son père a découvert leur relation, il a exigé qu’elle retourne au Maroc, où il l’a emmenée dans une clinique pour un « test de virginité ». Il eut la surprise de découvrir que sa fille de 26 ans n’avait plus son hymen intact. Par peur des représailles, elle s’est enfuie à Londres, et vit désormais dans la peur que son père la retrouve.

Les militants de défense des droits de la femme trouvent que le fait de vérifier la virginité d’une femme est une humiliation. Une assistante d’enseignement, née au Maroc, et âgée de 40 ans, a déclaré à la BBC, avoir subi cette procédure quand elle avait 20 ans. Elle dit ne pas être en mesure de faire subir pareille chose à ses enfants.

Selon la BBC, il existe au moins 22 cliniques privées au Royaume-Uni qui proposent des opérations de réparation de l’hymen pour des frais de prestations pouvant aller jusqu’à 3 000 livres sterling, soit 3 900 dollars. Pour les militants des droits de la femme, ces cliniques abusent des musulmanes qui ont peur de ce qui pourrait leur arriver, si elles ne sont pas « pures » pour leur nuit de noces. D’ailleurs, ces cliniques, dans le but d’appâter leurs proies, vont dans le détail de la procédure de réparation sur leurs sites web. Le Gynae Centre de Londres va plus loin et créé la psychose chez les femmes qui visitent son site en leur disant que « certains mariages sont même annulés » lorsqu’un mari découvre que l’hymen de sa femme a été défloré.

Sur la question, le ministre de la Santé, Matt Hancock, a déclaré qu’il étudierait les moyens de mettre fin à cette « pratique épouvantable », mais reste tout de même silencieux sur la manière dont une éventuelle interdiction serait appliquée. « Les filles pourraient finir par mourir si l’interdiction de cette procédure n’est pas faite avec les soins appropriés », a déclaré Halaleh Taheri de la Middle Eastern Women and Society Organisation. Dr. Khalid Khan, qui est un spécialiste des questions de santé des femmes à Barts et à la London School of Medicine, est du même avis. Pour lui, qui a été le témoin direct de la procédure, une interdiction « n’est pas une réponse appropriée ». Il milite pour que la décision d’une virginité chirurgicale soit laissée à chaque femme.

Cependant, le Dr. Naomi Crouch, qui préside la Société britannique de gynécologie pédiatrique et adolescente, a des appréhensions sur cette procédure dont le bénéfice médical est « nul ». Elle s’inquiète de l’augmentation du nombre de femmes ayant recours à la chirurgie esthétique sur leurs parties génitales. Et les activistes affirment que ces femmes ne reçoivent pas suffisamment de soutien psychologique avant d’opter pour la chirurgie.

Bladi.net

Bladi.net - 2020 - Archives - A Propos - Contact