Des élus américains appellent Joe Biden à cesser de fournir des armes au Maroc

5 mars 2022 - 17h00 - Monde - Ecrit par : S.A

Dans une récente correspondance adressée au président des États-Unis Joe Biden, les membres du Congrès américain Sara Jacobs et Colin Allred appellent son administration à faire respecter le droit du peuple sahraoui et à cesser de fournir des armes au Maroc. 

Neuf autres membres du Congrès Sarah Jacobs, Colin Alfred, Dina Titus, Doyen Phillips, Juan Vargas, Susan sauvage, Ted Liu, Andy Levin, Joaquín Castro, David Cécillin et Karen Bus ont, eux aussi, signé la lettre.

« Nous vous écrivons pour exprimer notre préoccupation concernant la politique actuelle des États-Unis à l’égard du Maroc et les revendications du Royaume sur le Sahara Occidental. En décembre 2020, l’administration précédente a officiellement reconnu les revendications de souveraineté du Maroc sur le Sahara occidental, malgré le fait que les administrations républicaines et démocratiques ont refusé pendant des décennies de reconnaître les revendications de souveraineté du Maroc sur le territoire. À la suite de ce renversement de politique, les États-Unis sont désormais le seul pays à reconnaître officiellement les revendications du Maroc qui sont incompatibles avec le droit international et le droit internationalement reconnu à l’autodétermination », écrivent ces élus américains dans la correspondance adressée à l’actuel locataire de la Maison-Blanche.

À lire : Des anciens responsables républicains plaident pour l’annulation de l’accord de Trump sur le Sahara marocain

Rappelant que la Cour internationale de justice et la Cour européenne de justice ont rendu plusieurs décisions claires soutenant le droit du peuple sahraoui à l’autodétermination et concluant que le Maroc n’a pas le droit de revendiquer le territoire, ils se disent « particulièrement préoccupés par l’accord sur les armes que l’administration Biden a accepté de conclure avec le Maroc. » « En décembre de l’année dernière, l’administration précédente avait notifié au Congrès des ventes d’armes d’un milliard de dollars au Maroc, dont quatre drones (MQ-9B SeaGuardian) et des munitions à guidage de précision : Hellfire, Paveway et JDAM sous l’administration actuelle. Au contraire, sans garanties du Maroc. Nous craignons que ces armes ne soient utilisées de manière offensive contre le peuple sahraoui ou ne facilitent autrement l’occupation illégale du territoire par le Maroc ».

À lire : Sahara : les parlementaires algériens écrivent à Biden, leurs homologues marocains réagissent

« Enfin, bien que nous soyons soulagés par la récente nomination de Staffan de Mistura au poste de nouvel envoyé personnel du Secrétaire général des Nations unies pour le Sahara occidental, nous sommes préoccupés par le fait que les États-Unis n’ont pas pris d’engagement clair montrant aux Nations unies que Washington soutient un règlement permanent et pacifique entre le Maroc et les représentants reconnus du gouvernement sahraoui », poursuivent les signataires de la lettre. Ils exhortent « l’administration (Biden) à ne conclure aucun accord d’armement majeur ou offensif avec le Maroc ». « De telles ventes pourraient être hautement inappropriées à la lumière de la récente escalade de la violence entre l’armée marocaine et le Front Polisario, estiment ces élus américains. Les armes ne seront pas utilisées contre le peuple sahraoui, et aucun progrès n’est réalisé concernant un référendum politique et un accord de paix final pour le Sahara occidental. »

À lire : Sahara : des élus américains appellent Biden à annuler la décision de Trump

Ils demandent par ailleurs aux neuf autres membres du Congrès signataires de la lettre à s’informer du paquet d’armes et de l’examen par l’administration de sa politique à l’égard du Sahara occidental et du Maroc, y compris les conséquences à court et à long terme de la reconnaissance des revendications territoriales du Maroc sur les perspectives de paix. « Les États-Unis jouent un rôle crucial dans ce conflit prolongé. Nous espérons que cela permettra au peuple sahraoui de vivre dans la liberté, la dignité et la paix et lui permettra d’exercer son droit inaliénable à l’autodétermination. Nous vous remercions de l’attention que vous portez d’urgence à cette grave affaire », concluent les sénateurs américains.

Sujets associés : États-Unis - Sahara Marocain - Sahara Occidental

Aller plus loin

Des anciens responsables républicains plaident pour l’annulation de l’accord de Trump sur le Sahara marocain

Des anciens responsables politiques républicains ont dénoncé l’accord de Trump concernant le Sahara. Ils ont exhorté Joe Biden à l’annuler dès son installation au pouvoir.

Sahara : des élus américains appellent Biden à annuler la décision de Trump

Le sénateur républicain James Inhofe, un des défenseurs du Polisario, le sénateur démocrate Patrick Lea, deuxième personnage le plus important de la chambre haute, après la...

Sahara marocain : l’Afrique du Sud attend de Biden l’annulation de la décision de Trump

Naledi Pandor, ministre sud-africaine des Relations internationales et de la coopération, qui avait affiché son opposition à la reconnaissance américaine de la souveraineté du...

Puneet Talwar est le nouvel ambassadeur des Etats-Unis au Maroc

L’Indo-américain Puneet Talwar sera le prochain ambassadeur des États-Unis au Maroc, a annoncé vendredo le président américain Joe Biden.

Ces articles devraient vous intéresser :

Le plan d’autonomie marocain pour le Sahara arrive au Parlement européen

La députée européenne Dominique Bilde a adressé une question avec demande de réponse écrite au vice-président de la Commission/haut représentant de l’Union pour les affaires étrangères et la politique de sécurité au sujet du plan d’autonomie marocain...

Brahim Ghali dénonce le « silence complice » de l’ONU sur les «  abus  » du Maroc

Le secrétaire général du Front Polisario, Brahim Ghali, a accusé le secrétaire général des Nations Unies, Antonio Guterres, de maintenir un « silence complice et injustifiable » sur «  la violation par le Maroc du cessez-le-feu  », menaçant qu’il n’y...

Le Polisario dit « accepter la paix » mais ne veut pas « déposer les armes »

Le Front Polisario a déclaré qu’il est pleinement engagé pour une paix juste, mais aussi pour la défense, par « tous les moyens légitimes », du droit inaliénable du peuple sahraoui à l’autodétermination.

Josep Borrell « indésirable » à Rabat

Le ministre marocain des Affaires étrangères, Nasser Bourita, a annulé une réunion prévue en septembre à Rabat avec le haut représentant de l’Union européenne (UE) pour la politique étrangère, Josep Borrell, la jugeant « inappropriée » après la récente...

La marque Lacoste présente ses excuses au Maroc

L’affaire des polos Lacostearborant une carte tronquée du Maroc, excluant ses provinces du sud, connaît un nouvel épisode. Le ministre de l’Industrie et du Commerce, Ryad Mezzour, a confirmé que les responsables de la célèbre marque française de...

Soupçons de corruption par le Maroc au Parlement européen

Le scandale de corruption qui secoue le Parlement européen continue de livrer ses secrets. Le Maroc est, lui, aussi soupçonné d’avoir sollicité des eurodéputés pour qu’ils interviennent en sa faveur notamment sur la question du Sahara.

Le Polisario s’oppose à tout à accord de pêche entre le Maroc et l’Europe

Faisant référence à l’accord de pêche qui expire ce lundi 17 juillet, le Front Polisario a déclaré dimanche qu’il rejettera tout accord entre l’Union européenne et le Maroc qui affecte « le sol, la mer territoriale ou l’espace aérien » du Sahara...

Le Maroc menace le Polisario en cas d’utilisation de drones

Le Maroc, par la voix de son représentant permanent auprès de l’ONU Omar Hilale, a prévenu l’organisation dirigée par Antonio Gutteres de la reprise du contrôle de toutes les zones situées à l’extérieur du mur et d’une réaction militaire appropriée au...

Le Maroc déploie de grands moyens pour surveiller ses frontières

Le Maroc mobilise d’importantes ressources matérielles et humaines pour contrôler et surveiller ses frontières terrestres longues de 3 300 km et maritimes sur une distance de 3 500 km en plus de l’espace aérien.

Brahim Ghali s’en prend à nouveau au Maroc

Le président de la « République arabe sahraouie démocratique » (RASD), Brahim Ghali, a mis en garde lundi contre les politiques hostiles du Maroc dans la région, allusion faite à son alliance avec Israël.