Les salafistes ou l’autre cause de la défaite historique du PJD

25 septembre 2021 - 11h20 - Maroc - Ecrit par : S.A

Outre les causes évoquées jusque-là, la déroute du Parti de la Justice et du Développement (PJD) aux élections du 8 septembre dernier s’explique aussi par le fait que les salafistes ont sévèrement sanctionné les candidats du parti islamiste dans les urnes.

Contre toute attente, les islamistes de la Salafiya, soutiens traditionnels du PJD, ont tourné dos au parti de Lampe lors des dernières élections législatives, communales et régionales, rapporte Assabah. À l’origine de ce vote sanction, les promesses jamais tenues. La première promesse remonte à 2011. Mustapha Ramid avait promis au leader salafiste Yassine Lemless que le parti islamiste de la lampe allait œuvrer pour la libération des prisonniers salafistes et leur élargissement rapide. Cette promesse ne sera pas tenue.

À lire : Elections au Maroc : déroute électorale pour le PJD

Mohamed Salah Tamek, délégué général à l’Administration pénitentiaire et à la réinsertion est le responsable qui avait finalement ouvert un dialogue avec les Salafistes et signé avec eux un gentlemen agreement en vue de la libération du plus grand nombre d’entre eux, en contrepartie de leur renoncement au terrorisme et aux idées extrémistes.

À lire : « Il y avait des signes annonciateurs d’un recul du PJD »

Deuxième promesse : à la veille des élections de 2016, Abdelilah Benkirane, alors chef du gouvernement, avait déclaré que son programme prendrait en considération des réformes proposées par les Salafistes. Ces derniers n’ont eu à constater que cette deuxième promesse n’a été tenue. Frustrés, les Salafistes ont décidé de voter massivement contre le parti de la Lampe. Un vote sanction qui est en grande partie à l’origine de l’effondrement du PJD après une décennie de gestion du pouvoir.

Sujets associés : Elections - Parti de la Justice et du Développement (PJD) - Abdelilah Benkirane

Aller plus loin

Abdellah Bouanou prend la tête du groupe parlementaire du PJD

Le PJD a désigné Abdellah Bouanou à la présidence du groupe parlementaire du parti. Il pilotera le groupe de 13 députés à la Chambre des représentants.

La déroute électorale du PJD décryptée par un expert

La déroute du Parti Justice et Développement (PJD) aux législatives du 8 septembre continuent de susciter des réactions de la part des analystes politiques. David Goeury, membre...

Mustapha Ramid, prochain secrétaire général du PJD ?

Au bord de l’implosion, les islamistes du PJD sollicitent l’ex-ministre des droits de l’Homme Mustapha Ramid pour prendre les rênes du parti. L’homme est connu pour son...

« Il y avait des signes annonciateurs d’un recul du PJD »

David Goeury, géographe au laboratoire Médiations de Sorbonne Université et chercheur associé à l’organisation Tafra décrypte la déroute du parti de la justice et du...

Ces articles devraient vous intéresser :

Le PJD doit payer plus de 5 millions de dirhams

La Cour des comptes a récemment publié son rapport annuel sur l’audit des comptes des partis politiques pour l’année 2021. Selon ce rapport, le Parti de la justice et du développement (PJD) est en tête de liste des partis qui doivent rembourser des...

Code de la famille : les féministes marocaines face à l’opposition de Benkirane

Le secrétaire général du Parti justice et développement (PJD), Abdelilah Benkirane, a vivement critiqué le mouvement féministe qui milite pour l’égalité des sexes dans le cadre de la réforme du Code de la famille, estimant que son combat vise à...

Maroc : la réforme du Code de la famille fait toujours jaser

La réforme du Code de la famille a du mal à passer au Maroc. Face aux conservateurs et chefs religieux, le gouvernement n’arrive pas encore à trouver la bonne formule pour mettre fin aux discriminations envers les femmes en matière de succession, à la...

Jamaa Mouatassim démissionne du PJD, crise au sein de la formation islamiste

Le secrétaire général du Parti de la Justice et du développement (PJD), Jamaa Mouatassim, a démissionné vendredi du bureau du parti, après les rumeurs affirmant qu’il serait le conseiller politique d’Aziz Akhannouch, le chef du gouvernement.

Abdelkader Amara claque la porte du PJD, voici pourquoi

Abdelkader Amara n’est plus membre du parti de la justice et du développement (PJD). Lundi, l’ancien ministre de l’Équipement, du Transport, de la Logistique et de l’Eau a annoncé sa démission du parti islamiste après une réflexion sur ce que...

La mise en garde d’Abdelilah Benkirane à Aziz Akhannouch

Abdelilah Benkirane, secrétaire général du parti de la justice et du développement (PJD) a poussé un coup de gueule contre le gouvernement d’Aziz Akhannouch. Il l’a par ailleurs mis en garde contre l’éventualité d’un déclenchement des manifestations...

Le PJD évoque un lien entre le séisme et les péchés collectifs du Maroc

Le Parti de la Justice et du Développement (PJD) s’est exprimé sur le puissant et dévastateur tremblement de terre du 8 septembre qui a endeuillé le Maroc et a lancé un appel aux Marocains. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que cela ne devrait...

Rappel à l’ordre du cabinet royal : quelle sera la réaction du PJD ?

Jusqu’à présent, le Parti Justice et développement (PJD), dirigé par Abdelilah Benkirane, s’est gardé de tout commentaire après la mise en garde du cabinet royal, mais il pourrait réagir dans les tout prochains jours.

Réforme du Code de la famille au Maroc : Abdelilah Benkirane menace

Le secrétaire général du PJD, Abdelilah Benkirane, relance le débat sur la réforme de la Moudawana et du Code pénal, en promettant des actions fortes si le ministre de la Justice y introduit des amendements qui portent atteinte à la cellule familiale.

Le PJD exprime son regret après la mise en garde du Cabinet royal

Le Parti Justice et Développement (PJD) est sorti de son silence après avoir été recadré par le Cabinet royal au sujet des relations du Maroc avec Israël. Dans un communiqué signé par son secrétaire général, Abdelilah Benkirane, le parti a exprimé son...