Comment expliquer la défaite électorale du PJD

23 novembre 2021 - 11h00 - Maroc - Ecrit par : G.A

La cuisante défaite du Parti de la Justice et du développement (PJD) continue de susciter des réactions dans le rang des acteurs politiques. C’est le cas de Mohamed Sassi, un des dirigeants du Parti socialiste unifié (PSU), qui a déclaré que la défaite du PJD aux élections du 8 septembre était due à l’absence d’Abdelillah Benkirane et à la pandémie du Covid-19.

Le responsable politique intervenait lors d’une rencontre organisée dimanche à Rabat par l’Institut Prometheus pour la démocratie et les droits de l’homme (IPDDH). En plus des raisons évoquées, il a également déclaré que l’absence d’un véritable rival politique et les restrictions imposées aux associations du parti et son bras idéologique le Mouvement de l’unicité et de la réforme (MUR) ont aussi provoqué la chute électorale du PJD.

À lire : Élections 2021 : les femmes du PJD en colère

Mais les soucis du Parti ne sont pas nés avec les élections. Ils étaient sournois et ont été engendrés par le retrait du PJD du cercle Justice et Bienfaisance, et la normalisation avec Israël, en plus des « scandales moraux ».

À lire : « Le PJD ne pourra se rétablir qu’après au moins une décennie » (expert)

Il a ajouté que le facteur le plus important a été aussi l’absence de la « cohésion organisationnelle » qui distinguait la formation politique. Pour lui, le fait que des « membres du parti et du MUR n’ont même pas voté aux élections » est la preuve que la déchéance était inévitable.

À lire : Le PJD, mauvais perdant

Mohamed Sassi a, en outre, soutenu que les nombreuses années passées par les islamistes à la tête du gouvernement ont poussé leurs adversaires à recourir à tous les moyens pour leur arracher le pouvoir. C’est ce qui a justifié la guerre médiatique, celle de l’argent et la floraison de nouveaux inscrits.

Sujets associés : Elections - Parti de la Justice et du Développement (PJD) - Parti Socialiste Unifié (PSU) - Mohamed Sassi

Aller plus loin

Maroc : le PJD miné par des divisions

A l’approche des élections de 2021, les PJDistes se déclarent à nouveau la guerre. Un cas préoccupant, par ces temps où le parti perd de plus en plus ses disciples à Tétouan...

Élections 2021 : les femmes du PJD en colère

Les femmes du parti de la Justice et du développement (PJD) sont en colère contre le secrétaire général de leur formation politique, Saâdeddine El Othmani, par ailleurs chef du...

L’appel de Benkirane aux PJDistes

Lors du conseil national tenu samedi dernier à Bouznika, Abdelilah Benkirane, secrétaire général du Parti justice et développement (PJD) a appelé les membres à contribuer...

Maroc : voici les grands faits marquants de 2021

L’actualité marocaine a été principalement marquée en 2021 par la crise diplomatique avec l’Espagne et l’épisode migratoire de Ceuta, l’organisation des élections législatives,...

Ces articles devraient vous intéresser :

Le PJD exprime son regret après la mise en garde du Cabinet royal

Le Parti Justice et Développement (PJD) est sorti de son silence après avoir été recadré par le Cabinet royal au sujet des relations du Maroc avec Israël. Dans un communiqué signé par son secrétaire général, Abdelilah Benkirane, le parti a exprimé son...

Rappel à l’ordre du cabinet royal : quelle sera la réaction du PJD ?

Jusqu’à présent, le Parti Justice et développement (PJD), dirigé par Abdelilah Benkirane, s’est gardé de tout commentaire après la mise en garde du cabinet royal, mais il pourrait réagir dans les tout prochains jours.

Le PJD évoque un lien entre le séisme et les péchés collectifs du Maroc

Le Parti de la Justice et du Développement (PJD) s’est exprimé sur le puissant et dévastateur tremblement de terre du 8 septembre qui a endeuillé le Maroc et a lancé un appel aux Marocains. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que cela ne devrait...

Pourquoi le PJD s’oppose-t-il à l’encradrement des dons ?

Le Parti de la justice et du développement (PJD) n’adhère pas au projet de loi relatif aux appels à la générosité publique et a choisi de s’abstenir lors de son adoption en commission à la première Chambre.

Code de la famille : les féministes marocaines face à l’opposition de Benkirane

Le secrétaire général du Parti justice et développement (PJD), Abdelilah Benkirane, a vivement critiqué le mouvement féministe qui milite pour l’égalité des sexes dans le cadre de la réforme du Code de la famille, estimant que son combat vise à...

La mise en garde d’Abdelilah Benkirane à Aziz Akhannouch

Abdelilah Benkirane, secrétaire général du parti de la justice et du développement (PJD) a poussé un coup de gueule contre le gouvernement d’Aziz Akhannouch. Il l’a par ailleurs mis en garde contre l’éventualité d’un déclenchement des manifestations...

Maroc : Abdelali Hamieddine, ancien parlementaire, condamné pour meurtre

La Cour d’appel de Fès a rendu son verdict dans l’affaire de l’ex-parlementaire Abdelali Hamieddine, qui vient d’être condamné à une peine de 3 ans de prison ferme.

Abdelilah Benkirane met en garde contre le capitalisme occidental

Le secrétaire général du Parti Justice et développement (PJD), Abdelilah Benkirane, a dénoncé le capitalisme occidental qui, à terme, nuira au peuple et à l’économie marocaine.

Réforme du Code de la famille au Maroc : Abdelilah Benkirane menace

Le secrétaire général du PJD, Abdelilah Benkirane, relance le débat sur la réforme de la Moudawana et du Code pénal, en promettant des actions fortes si le ministre de la Justice y introduit des amendements qui portent atteinte à la cellule familiale.

Élections partielles : le RNI arrive largement en tête, le PJD essuie un nouvel échec

Comme aux élections du 8 septembre dernier, le Rassemblement national des indépendants (RNI), parti au pouvoir est largement en tête des élections partielles qui se sont déroulées jeudi dernier. Quant au Parti de la justice et du développement (PJD),...