Comment expliquer la défaite électorale du PJD

23 novembre 2021 - 11h00 - Maroc - Ecrit par : G.A

La cuisante défaite du Parti de la Justice et du développement (PJD) continue de susciter des réactions dans le rang des acteurs politiques. C’est le cas de Mohamed Sassi, un des dirigeants du Parti socialiste unifié (PSU), qui a déclaré que la défaite du PJD aux élections du 8 septembre était due à l’absence d’Abdelillah Benkirane et à la pandémie du Covid-19.

Le responsable politique intervenait lors d’une rencontre organisée dimanche à Rabat par l’Institut Prometheus pour la démocratie et les droits de l’homme (IPDDH). En plus des raisons évoquées, il a également déclaré que l’absence d’un véritable rival politique et les restrictions imposées aux associations du parti et son bras idéologique le Mouvement de l’unicité et de la réforme (MUR) ont aussi provoqué la chute électorale du PJD.

À lire : Élections 2021 : les femmes du PJD en colère

Mais les soucis du Parti ne sont pas nés avec les élections. Ils étaient sournois et ont été engendrés par le retrait du PJD du cercle Justice et Bienfaisance, et la normalisation avec Israël, en plus des « scandales moraux ».

À lire : « Le PJD ne pourra se rétablir qu’après au moins une décennie » (expert)

Il a ajouté que le facteur le plus important a été aussi l’absence de la « cohésion organisationnelle » qui distinguait la formation politique. Pour lui, le fait que des « membres du parti et du MUR n’ont même pas voté aux élections » est la preuve que la déchéance était inévitable.

À lire : Le PJD, mauvais perdant

Mohamed Sassi a, en outre, soutenu que les nombreuses années passées par les islamistes à la tête du gouvernement ont poussé leurs adversaires à recourir à tous les moyens pour leur arracher le pouvoir. C’est ce qui a justifié la guerre médiatique, celle de l’argent et la floraison de nouveaux inscrits.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Elections - Parti de la Justice et du Développement (PJD) - Parti Socialiste Unifié (PSU) - Mohamed Sassi

Aller plus loin

Guerre des clans au PJD

La succession anticipée de Saâd-Eddine El Othamni à la tête du PJD est ouverte. Rebbah et Amara seraient au coude à coude au sein des différents clans déjà en campagne pour...

Le PJD ne digère toujours pas la normalisation Maroc-Israël

Le Parti de la Justice et du développement (PJD) ne digère toujours pas la normalisation des relations diplomatiques entre le Maroc et l’État hébreu. Aziz Rabbah, ministre de...

Elections au Maroc : déroute électorale pour le PJD

Sévère défaite pour le Parti de la Justice et du Développement (PJD) lors des élections qui se sont déroulées mercredi au Maroc. Le parti islamiste, au pouvoir depuis 10 ans,...

Maroc : cinq PJDistes devant la Justice à Tétouan

Pour avoir incité des citoyens à prendre d’assaut le domaine public sans en avoir reçu l’autorisation, plusieurs membres et anciens conseillers communaux du Parti de la Justice...

Ces articles devraient vous intéresser :

Maroc : Abdelali Hamieddine, ancien parlementaire, condamné pour meurtre

La Cour d’appel de Fès a rendu son verdict dans l’affaire de l’ex-parlementaire Abdelali Hamieddine, qui vient d’être condamné à une peine de 3 ans de prison ferme.

Abdelkader Amara claque la porte du PJD, voici pourquoi

Abdelkader Amara n’est plus membre du parti de la justice et du développement (PJD). Lundi, l’ancien ministre de l’Équipement, du Transport, de la Logistique et de l’Eau a annoncé sa démission du parti islamiste après une réflexion sur ce que...

Le calvaire des MRE à Casablanca dénoncé par une députée

Les Marocains résidant à l’étranger (MRE) vivent un calvaire lors de la réception des corps de leurs êtres chers, à l’aéroport international Mohammed V de Casablanca. Une députée du Parti de la Justice et du Développement (PJD) interpelle le ministre...

Rappel à l’ordre du cabinet royal : quelle sera la réaction du PJD ?

Jusqu’à présent, le Parti Justice et développement (PJD), dirigé par Abdelilah Benkirane, s’est gardé de tout commentaire après la mise en garde du cabinet royal, mais il pourrait réagir dans les tout prochains jours.

Le PJD évoque un lien entre le séisme et les péchés collectifs du Maroc

Le Parti de la Justice et du Développement (PJD) s’est exprimé sur le puissant et dévastateur tremblement de terre du 8 septembre qui a endeuillé le Maroc et a lancé un appel aux Marocains. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que cela ne devrait...

Maroc : les réformes des lois sur les libertés individuelles passent mal

Les réformes des lois sur les libertés individuelles initiées par le ministre de la Justice, Abdellatif Ouahbi sont loin de faire l’unanimité. Après le parti de la justice et du développement (PJD), parti de l’opposition, c’est au tour du parti de la...

Le PJD doit payer plus de 5 millions de dirhams

La Cour des comptes a récemment publié son rapport annuel sur l’audit des comptes des partis politiques pour l’année 2021. Selon ce rapport, le Parti de la justice et du développement (PJD) est en tête de liste des partis qui doivent rembourser des...

Maroc : les démolitions sur les plages sont elles légales ?

Abdelouafi Laftit, ministre de l’Intérieur a été interpellé par Abdellah Bouanou, président du groupe parlementaire du Parti de la Justice et du Développement (PJD), sur le respect de la loi dans le processus de démolition de plusieurs résidences...

Fermeture des hammams au Maroc : la question arrive au parlement

Plutôt que de fermer les bains publics pour rationaliser l’eau, la députée du parti socialiste, Majida Chahid, propose de fixer la capacité d’accueil de ces établissements ou de déterminer la quantité d’eau à utiliser par client.

Abdelilah Benkirane met en garde contre le capitalisme occidental

Le secrétaire général du Parti Justice et développement (PJD), Abdelilah Benkirane, a dénoncé le capitalisme occidental qui, à terme, nuira au peuple et à l’économie marocaine.