Chambre des conseillers : le PJD sanctionne ses élus

21 octobre 2021 - 20h00 - Maroc - Ecrit par : A.T

Les trois conseillers du Parti de la justice et du développement (PJD) qui n’ont pas voulu démissionner de la deuxième chambre, conformément aux injonctions des dirigeants du parti, ont été sanctionnés.

Il s’agit de Mustapha Dahmani, Mohamed Benfqih et Said Chakir, élus pour siéger à la chambre des conseillers lors des dernières élections. Ils sont désormais persona non grata au sein de leur parti, rapporte H24info, ajoutant que le secrétariat du parti a annoncé de lourdes sanctions à leur encontre.

A lire : Encore un coup d’éclat de la part du PJD

Dans un communiqué, le parti de la Lampe, qui ne reconnait pas le verdict des urnes à l’issue des élections, avait affirmé ne pas être « concerné » par une adhésion à la Chambre des conseillers et avait appelé ses candidats « déclarés gagnants » à présenter leurs démissions. Une injonction visiblement ignorée par les élus concernés.

Conséquence, dix jours après, le secrétariat du parti a annoncé des « mesures disciplinaires » contre Mustapha Dahmani et Mohamed Benfqih, souligne le communiqué, précisant que leurs « responsabilités » au sein du parti et leur « appartenance » à ses différents organes ont également été suspendues. Ils n’auront plus « aucun pouvoir représentatif dans les conseils élus » au nom du PJD et ne pourront plus s’exprimer ou agir en son nom au sein de ces conseils.

A lire : Mustapha Ramid, prochain secrétaire général du PJD ?

Quant au troisième élu, Said Chaki, le PJD indique que son adhésion au PJD n’était jusqu’ici pas finalisée. « Le parti était en train de compléter les procédures de son adhésion », écrit le secrétariat général, « mais ce qu’il a fait a nécessité la suspension de ces procédures ».

Sujets associés : Partis politiques - Elections - Parti de la Justice et du Développement (PJD) - Parlement marocain

Aller plus loin

Mustapha Ramid, prochain secrétaire général du PJD ?

Au bord de l’implosion, les islamistes du PJD sollicitent l’ex-ministre des droits de l’Homme Mustapha Ramid pour prendre les rênes du parti. L’homme est connu pour son...

Maroc : le gouvernement ne veut plus de plaintes des ONG contre les élus

Le ministre de la Justice Abdellatif Ouahbi veut empêcher les associations de défense des biens publics de porter plainte contre les élus, estimant que cette action est du...

Encore un coup d’éclat de la part du PJD

Dans un communiqué, le Secrétariat général du Parti Justice et Développement (PJD) a appelé ses trois membres déclarés gagnants aux élections de la Chambre des conseillers, à...

Vague de licenciements au PJD

Après sa déroute électorale, le Parti de la justice et du développement (PJD) se voit contraint de licencier ses employés en raison de la forte baisse de ses revenus.

Ces articles devraient vous intéresser :

Le PJD évoque un lien entre le séisme et les péchés collectifs du Maroc

Le Parti de la Justice et du Développement (PJD) s’est exprimé sur le puissant et dévastateur tremblement de terre du 8 septembre qui a endeuillé le Maroc et a lancé un appel aux Marocains. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que cela ne devrait...

27 000 Marocains ont quitté le Maroc en 2022 pour travailler à l’étranger

Quelque 27 000 Marocains ont quitté le pays en 2022, selon le ministre de l’Inclusion économique, de la Petite entreprise, de l’Emploi et des Compétences, Younes Sekkouri. Ce sont des départs réguliers via des canaux officiels.

Pourquoi le PJD s’oppose-t-il à l’encradrement des dons ?

Le Parti de la justice et du développement (PJD) n’adhère pas au projet de loi relatif aux appels à la générosité publique et a choisi de s’abstenir lors de son adoption en commission à la première Chambre.

Port d’armes : le Maroc durcit son arsenal juridique

Le gouvernement fait du contrôle des armes à feu une priorité. Dans ce sens, il a adopté un projet de loi pour répondre aux défis actuels et aux mutations sociales et technologiques. Ce projet est déjà sur la table du Parlement.

Maroc : Abdelali Hamieddine, ancien parlementaire, condamné pour meurtre

La Cour d’appel de Fès a rendu son verdict dans l’affaire de l’ex-parlementaire Abdelali Hamieddine, qui vient d’être condamné à une peine de 3 ans de prison ferme.

Le ministère de l’Intérieur recadre le PJD

Le ministère de l’Intérieur a réagi aux rumeurs concernant les élections partielles organisées le 21 juillet dernier, dénonçant « les allégations malveillantes et inacceptables » selon lesquelles le vote aurait été orienté par certains agents d’autorité.

Maroc : révocation en vue des députés poursuivis par la justice

Les députés poursuivis par la justice pour détournement ou dilapidation de fonds au Maroc pourraient être déchus de leurs mandats. La Chambre des représentants s’apprête à voter des amendements dans ce sens.

Abdelilah Benkirane met en garde contre le capitalisme occidental

Le secrétaire général du Parti Justice et développement (PJD), Abdelilah Benkirane, a dénoncé le capitalisme occidental qui, à terme, nuira au peuple et à l’économie marocaine.

La mise en garde d’Abdelilah Benkirane à Aziz Akhannouch

Abdelilah Benkirane, secrétaire général du parti de la justice et du développement (PJD) a poussé un coup de gueule contre le gouvernement d’Aziz Akhannouch. Il l’a par ailleurs mis en garde contre l’éventualité d’un déclenchement des manifestations...

Maroc : une taxe de 30% sur les « Iphone »

Les députés de la majorité parlementaire désapprouvent l’augmentation de 2,5 % à 30 % des droits de douane sur les smartphones importés, prévue dans le Projet de loi de finances (PLF) 2024. Certains plaident pour une taxe sur les téléphones de luxe,...