Vague de licenciements au PJD

7 octobre 2021 - 08h20 - Maroc - Ecrit par : S.A

Partager avec Whasapp Partager avec Telegram

Après sa déroute électorale, le Parti de la justice et du développement (PJD) se voit contraint de licencier ses employés en raison de la forte baisse de ses revenus.

Face à la forte baisse de ses ressources propres, le PJD doit choisir entre licencier ses employés et leur accorder tous leurs droits, comme le stipule le Code du travail, ou les garder et ne plus pouvoir les payer. « Nous étions confrontés à deux choses ; soit nous licencierons les salariés et leur accorderons leurs droits, soit nous nous retrouverons dans l’incapacité de payer les salaires dans les prochains mois, ce qui menace la stabilité des salariés », confie à Hespress une source du secrétariat général du parti islamiste. Le PJD a préféré la première option. Environ 160 salariés seront donc remerciés. Le coût des indemnités que le parti doit leur accorder est estimé à 130 millions de dirhams.

À lire : « Le PJD ne pourra se rétablir qu’après au moins une décennie » (expert)

Après sa défaite historique aux dernières élections législatives, régionales et communales, le PJD se trouve également dans l’incapacité de financer l’achèvement des travaux de construction du siège central du parti dans le quartier Hay Riad de la ville de Rabat. Ces travaux dont le coût global est d’environ 38,5 millions de dirhams sont à l’arrêt faute de financement. « Il est normal que les travaux de construction du siège central s’arrêtent, en raison de la baisse des ressources propres du parti, et de la baisse du soutien de l’État en raison des faibles résultats obtenus par le parti », commente la même source.

Sujets associés : Emploi - Parti de la Justice et du Développement (PJD)

Suivez Bladi.net sur Google News

Aller plus loin

Chambre des conseillers : le PJD sanctionne ses élus

Les trois conseillers du Parti de la justice et du développement (PJD) qui n’ont pas voulu démissionner de la deuxième chambre, conformément aux injonctions des dirigeants du...

Les salafistes ou l’autre cause de la défaite historique du PJD

Outre les causes évoquées jusque-là, la déroute du Parti de la Justice et du Développement (PJD) aux élections du 8 septembre dernier s’explique aussi par le fait que les salafistes...

« Le PJD ne pourra se rétablir qu’après au moins une décennie » (expert)

Les résultats définitifs ayant conduit au changement de la carte politique marocaine marquée par l’échec historique du PJD et la montée fulgurante du RNI d’Aziz Akhannouch en plus...

Vague de licenciements à la mairie de Casablanca

La mise en application du projet de refonte de l’organisation de la mairie a provoqué une vague de licenciements à Casablanca, dont de nombreux...

Nous vous recommandons

Emploi

Royal Air Maroc discute encore baisse de salaires

Le personnel au sol de Royal Air Maroc (RAM) s’oppose également à la réduction des salaires proposée par la compagnie. Le bureau syndical de la Fédération nationale du transport aérien rappelle qu’aucun accord n’a à ce jour été donné pour une ponction des...

Combien de Marocains ont émigré à l’étranger cette année ?

À fin septembre dernier, plus de 26 000 Marocains ont émigré à l’étranger pour s’y installer et travailler, d’après le ministère chargé de l’Inclusion économique, de la Petite entreprise, de l’Emploi et des...

Au Maroc, plus de la moitié des salariés ne disposent pas de contrat de travail

Le marché du travail n’est toujours pas très sécurisé au Maroc. Ainsi, 55% des salariés ne possèdent pas de contrat prouvant leur accord avec l’employeur, a indiqué l’enquête nationale sur l’emploi.

Hamid devient Xavier et reçoit des centaines d’offres d’emploi (vidéo)

Un Maghrébin assure avoir changé de nom de famille pour pouvoir obtenir un emploi en France. Il en parle dans un roman qu’il a récemment publié.

Maroc/ Sebta-Melilia : vers la fin du commerce informel

Plus de doute, fini le trafic informel au niveau de Sebta et Melilla, désormais aux portes d’une nouvelle ère. Dans un rapport annuel, le Conseil économique, social et environnemental (CESE) a inscrit une stratégie bien conçue pouvant faciliter la création...

Parti de la Justice et du Développement (PJD)

Abdelilah Benkirane en deuil

Abdelilah Benkirane, secrétaire général du parti de la justice et du développement (PJD) vient de perdre sa belle-sœur, des suites d’une longue maladie.

Abdelilah Benkirane remplace El Othmani à la tête du PJD

Le Parti de la Justice et du développement (PJD) a tenu samedi à Bouznika, un congrès extraordinaire à l’issue duquel, Abdelilah Benkirane a été élu secrétaire général du Parti. Il succède ainsi à Saâd Dine El Otmani qui n’a pu offrir une majorité confortable au...

Maroc : huit ans de prison ferme pour un membre influent du PJD

Un membre du Parti de la justice et du développement (PJD) à Safi a écopé de huit ans de prison ferme pour usage de faux documents et de tampons contrefaits dans le cadre de la cession d’un terrain appartenant à un membre décédé de sa famille. Tel est le...

Benkirane à l’Algérie : « vous n’allez pas gagner la guerre »

Le secrétaire général du parti de la justice et du développement (PJD), Abdelilah Benkirane conseille à l’Algérie de cesser d’attaquer le Maroc, car si guerre il y a, elle ne pourra pas la gagner.

Constitution d’un gouvernement d’union nationale : le coup de gueule d’El Othmani

Face aux critiques qu’essuie son parti de la part de ses adversaires visiblement accrochés à la formation d’un gouvernement d’union nationale, Saâd-Eddine El Othmani ne cache pas son dépit. Pour le leader du PJD, la priorité est ailleurs  : faire...