Smail Nabi emprisonné en Algérie : sa famille se bat pour sa libération

2 décembre 2023 - 20h00 - France - Ecrit par : S.A

Quelques mois après le drame de Saïda, le Franco-marocain Smail Nabi, l’un des rescapés arrêté, puis condamné en Algérie, vit dans des conditions carcérales pénibles. Sa famille se bat pour le faire sortir de prison.

Des vacances qui tournent au cauchemar et au drame. Le 29 août, la marine algérienne a tué deux des quatre jeunes vacanciers – trois Franco-Marocains et un Marocain – qui s’étaient égarés sur leurs jet-skis dans l’espace maritime algérien près de la station de Saïdia. Un pêcheur a retrouvé le corps de Bilal Kissi, âgé de 29 ans, et ressortissant franco-marocain, flottant du côté marocain. Le corps d’Abdelali Mechaouer, âgé de 40 ans et de nationalité marocaine, a été repêché le lendemain dans les eaux algériennes et dirigé vers la morgue de Tlemcen. Touché, Smail Nabi, également Franco-Marocain, a été arrêté et détenu par l’Algérie qui l’accuse d’être entré illégalement sur son territoire jusqu’à sa condamnation. Quant à Mohamed Kissi, il a été sauvé par les garde-côtes marocains qui étaient à leurs recherches.

À lire : Franco-marocains tués à Saïdia : l’Algérie condamne l’un des rescapés

Jugé en comparution immédiate le 30 août devant le tribunal de Bab El-Assa, Ismail Snabi a écopé de trois mois de prison ferme pour « entrée illégale » sur le territoire algérien. Ce jour-là, il a été présenté « torse et pieds nus » devant la cour, assure au Monde son épouse qui lui a récemment rendu visite à la prison de Maghnia, dans l’ouest du pays. « Il était parti pour s’amuser, il n’avait que son maillot et un gilet de sauvetage en mer », précise Israa Snabi, 27 ans. Le procureur de la République et elle ont fait appel. Peine perdue. La peine a été confirmée lors du procès en deuxième instance à Tlemcem, le 24 septembre, durant lequel il a été jugé en vidéoconférence. Par la suite, une nouvelle peine est infligée à ce contrôleur technique automobile de 27 ans, travaillant à Bondy et habitant à Clichy-sous-Bois (Seine-Saint-Denis) dont le casier judiciaire ne portait mention d’aucune condamnation.

À lire : Marocain tué à Saïdia : l’Algérie pose ses conditions

Jugé pour « délit de contrebande d’un véhicule », il écope le 6 septembre de six mois d’emprisonnement ferme – le parquet avait requis trois ans ferme – et 15 millions de dinars d’amende (100 000 euros), soit cinq fois la valeur du jet-ski, selon les douanes, qui se sont portées partie civile. Il lui est reproché d’avoir traversé la frontière maritime sans les documents du scooter des mers (qui appartient à Mohamed Kissi). Son épouse et le procureur de la République ont une fois de plus interjeté appel. Snabi voit sa peine s’alourdir en appel : un an de prison ferme. Le Franco-marocain n’a pu se pourvoir en cassation sur ces deux affaires. « On a dépassé les délais, soupire son épouse. Il ne sortira pas de prison tant qu’il n’aura pas payé l’amende. » Si le détenu reconnaît, lors de ces quatre procès, être entré « par erreur » en Algérie, il assure que « sa tentative d’échapper aux mains des forces navales algériennes » était « le résultat de la peur ».

Depuis, Israa Snabi mène des démarches pour faire sortir son époux de prison. Celui-ci serait placé dans d’une cellule avec une vingtaine de personnes. « Il m’a dit qu’il dort parfois par terre, soupire son épouse. Aujourd’hui, il n’est pas bien. Il a perdu une vingtaine de kilos, alors qu’il est un peu “bouboule”. C’est même son surnom. Je vais tout faire pour le faire sortir. » Israa a adressé une correspondance à Catherine Colonna, la ministre des Affaires étrangères pour qu’on lui accorde une audience. Sans réponse. « Je me suis déplacée au Quai d’Orsay deux fois avec mes enfants, assure-t-elle, mais je n’ai pu voir personne. » La mère de famille a alors adressé une lettre à Emmanuel Macron. « Attentif à votre démarche, je n’ai pas manqué de rappeler vos attentes [à Mme Colonna] que j’avais précédemment saisie », lui a répondu le président de la République, le 17 novembre, par l’intermédiaire de son chef de cabinet, Rodrigue Furcy. « Oui, mais la France ne fait rien, résume-t-elle. Mon mari n’a même pas reçu la visite du consul en prison. »

Sujets associés : Algérie - France - Prison - MRE

Aller plus loin

Drame de Saidia : Amine Babylone, victime collatérale ?

Alors qu’un groupe algérien a justifié l’annulation de son concert au Maroc par des « facteurs imprévus » et des « circonstances totalement indépendantes de (sa) volonté », tout...

Marocain tué à Saïdia : l’Algérie pose ses conditions

L’Algérie pose ses conditions pour le rapatriement du corps d’Adbelali Mchiouer, Marocain tué par les garde-côtes algériens le 29 août, après qu’il s’est égaré sur un jet-ski...

Franco-marocains tués à Saïdia : l’Algérie condamne l’un des rescapés

La justice algérienne a condamné l’un des rescapés de la tragédie de Saïdia, blessé, arrêté puis détenu par l’Algérie. De quoi provoquer l’étonnement du Conseil national des...

Israa Snabi : un combat solitaire pour sauver son mari emprisonné en Algérie

La famille du Franco-marocain Ismail Snabi, l’un des rescapés du drame de Saïdia, arrêté, puis condamné en Algérie à un an et trois mois de prison pour entrée illégale sur le...

Ces articles devraient vous intéresser :

Maroc : les duty free font leur révolution

Du changement en vue pour les magasins de vente sous douane, communément appelés « Duty free shops ». L’Administration des douanes et impôts indirects (ADII) et l’Office des changes ont fixé de nouvelles règles relatives à leur gestion et fonctionnement.

Bonne nouvelle pour les MRE : Importations de meubles usagés désormais libres

Le ministère marocain de l’Industrie et du commerce vient de lever les restrictions à l’importation par les Marcains résidant à l’étranger des meubles en bois, des tapis et autres articles électroménagers usagés.

Les MRE, une solution à la crise de l’immobilier marocain ?

Les Marocains résidant à l’étranger (MRE) contribuent de manière considérable à la relance du secteur de l’immobilier au Maroc, durement touché par la crise sanitaire du Covid-19, la guerre en Ukraine et la flambée mondiale des prix des matières...

Bonne nouvelle pour les MRE : augmentation de la franchise (document intégral)

L’accueil des Marocains Résidant à l’Étranger (MRE) s’est peu à peu amélioré ces dernières années, bien que des améliorations supplémentaires soient nécessaires, indique la douane marocaine dans son document dédié à l’opération Marhaba 2023. Voici les...

Les Marocains de France ont transféré 5,4 milliards de DH au Maroc

En 2022, le Maroc a enregistré un pic historique dans les recettes issues des transferts des Marocains résidant à l’étranger (MRE), atteignant 110,7 milliards de DH, soit une progression de 16 % par rapport à 2019, d’après le dernier rapport de...

Les contrebandiers profitent de l’opération Marhaba (MRE)

L’opération Marhaba dédiée aux Marocains résidant à l’étranger est une opportunité pour certains commerçants qui n’hésitent pas à passer en contrebande des marchandises à caractère commercial ou prohibé.

Vers une forte progression des transferts des MRE

Bank Al-Maghrib (BAM) est persuadée que les transferts des Marocains résidant à l’étranger (MRE) devraient poursuivre la tendance à la hausse amorcée depuis le début de l’année.

Espagne : des policiers sauvent un jeune Marocain de 23 ans de sa tentative de suicide

Trois policiers ont évité une tragédie à Lugo, dans le nord-ouest de l’Espagne. Grâce à leur intervention rapide, ils ont sauvé un jeune homme de 23 ans d’origine marocaine qui menaçait de sauter d’un immeuble en construction. Plusieurs riverains...

Marhaba 2023 (MRE) : un record dans les ports marocains

L’opération « Marhaba 2023 », visant à faciliter le passage des Marocains résidant à l’étranger (MRE), a enregistré un flux record cette année, avec près de 2,84 millions de passagers et 642 000 véhicules ayant transité par les ports marocains entre le...

Ramadan 2024 en France : Le Maroc perd la main sur l’encadrement religieux des MRE

À l’approche du mois de Ramadan, des voix s’élèvent pour réclamer une formation religieuse adaptée aux Marocains résidant à l’étranger, notamment en France.