Standard and Poor’s dégrade la note du Maroc

12 avril 2021 - 20h00 - Economie - Ecrit par : A.P

Le Maroc a perdu des points dans sa note souveraine de l’agence de notation financière Standard and Poor’s. De BBB-, le royaume est passé à BB+.

« Dans la soirée du vendredi 2 avril, l’agence américaine Standard and Poor’s (S&P) a révisé à la baisse ses notations en devises locales et étrangères à long et à court termes concernant le Maroc. S&P a dégradé la note du Maroc de « BBB – / A-3 » à « BB + / B » avec perspectives stables, emboîtant le pas à Moody’s et Fitch ratings, deux autres grandes agences mondiales de notation financière ».

Avec cette nouvelle notation, le royaume sort de la catégorie « Investment Grade », qui lui conférait la notation BBB-. De fait, « le Botswana devient le seul pays africain qui reste en dehors de la catégorie spéculative », tweete l’économiste Carlos Lopes, ancien président de la Commission économique pour l’Afrique des Nations unies.

Pour sa part, l’agence de notation américaine S&P explique cette révision par la situation économique du Maroc qui s’est contractée en raison de la crise sanitaire du Covid-19, conduisant à un «  déficit budgétaire croissant sur la période 2021-2024, et à une augmentation de la dette publique nette atteignant environ 72 % du PIB  », ajoutant que la réduction du déficit sera « probablement lente ». Dans un communiqué publié sur son site web, l’agence s’est dit aussi « préoccupée » par une augmentation des garanties du Maroc, craignant une « exacerbation de la pression budgétaire ».

Selon Driss Effina, économiste marocain et président du Centre indépendant des analyses stratégiques, cité par Spoutnik, les effets de cette rétrogradation de la note du Maroc seront certainement perceptibles à l’occasion des prochains emprunts du royaume qui selon lui, seront facturés « à des taux beaucoup plus élevés ».

En octobre, Abdellatif Jouahri, le directeur de Bank Al-Maghrib (BAM) s’était déjà indigné contre les mauvaises notes de Moody’s et Fitch, considérant la décision de ces agences comme « non professionnelle » et « non éthique ».

Sujets associés : Crise économique - Déficit - Coronavirus au Maroc (Covid-19)

Aller plus loin

S&P Global Ratings note la dette du Maroc

Quelques mois après Fitch et Moddy’s, l’agence de notation S&P Global Ratings a aussi confirmé au niveau "Investment grade", la note "BBB-" de la dette à long terme en...

Maroc : forte hausse de la dette extérieure

À fin 2019, l’encours de la dette extérieure publique a atteint 29,7 % du Produit intérieur brut (PIB), soit plus de 339,8 milliards de dirhams (MMDH), selon les données de la...

Le Maroc lève 2 milliards de dollars sur les marchés de la dette

Face à l’impact du Covid-19 sur son économie, le Maroc entend lever 2 milliards de dollars sur les marchés internationaux de la dette souveraine.

Maroc : la dette devrait passer à 76% du PIB

Après avoir chuté à 64,9% en 2019, la dette du trésor atteindra 76% du PIB à fin 2020, a averti vendredi à Rabat, le ministre de l’Économie, des finances et de la réforme de...

Ces articles devraient vous intéresser :

Royal air Maroc relance une ligne vers le Portugal

La compagnie aérienne Royal Air Maroc (RAM) a annoncé la reprise de la liaison Casablanca-Porto. Cette ligne est restée suspendue depuis le début de la pandémie de Covid-19.

Les MRE mécontents de la cherté des locations de voiture

L’inflation au Maroc touche même les locations de voiture. Cet été, les tarifs se sont envolés, provoquant la colère des citoyens et MRE. Plusieurs raisons expliquent cette situation selon les professionnels.

Le tourisme marocain connaît une embellie pendant les fêtes de fin d’année

Au Maroc, plusieurs établissements hôteliers ont fait le plein pendant les fêtes de fin d’année. Une embellie après deux ans difficiles de crise sanitaire liée au Covid-19.

Maroc : en difficulté, les hôtels subventionnés par l’Etat

L’État va octroyer une nouvelle subvention aux établissements d’hébergement hôtelier qui présentent des « cas exceptionnels », afin de mettre à niveau leurs infrastructures. Les détails de cette opération ont été publiés. Le dépôt des demandes jusqu’au...

Le Covid-19 se rappelle au bon souvenir des Marocains

Après une période d’accalmie, le Maroc fait désormais face à une hausse des contaminations au Covid-19. Le ministère de la Santé a exprimé ses inquiétudes appelant les Marocains à respecter les recommandations.

Le Maroc prolonge à nouveau l’état d’urgence sanitaire

Comme prévu, le gouvernement marocain vient d’annoncer la prorogation de l’état d’urgence sanitaire sur l’ensemble du territoire national.

Covid-19 : les Marocains désertent les centres de vaccination

Au Maroc, ce n’est plus la grande affluence dans les centres de vaccination. La stabilité de la situation épidémiologique semble expliquer ce désintérêt des Marocains pour la vaccination contre le Covid-19.

Le Roi Mohammed VI annule toutes les festivités de la fête du Trône

Toutes les activités, festivités et cérémonies prévues à l’occasion du 23ᵉ Anniversaire de l’accession du Roi Mohammed VI viennent d’être reportées, selon un communiqué du Palais Royal.

Le Maroc met fin à la fiche sanitaire

Quelques jours après avoir annoncé la fin de l’état d’urgence sanitaire, les autorités marocaines portent à la connaissance des voyageurs que la fiche sanitaire n’est plus une obligatoire pour accéder au territoire.

Le Maroc réussit à faire baisser son déficit budgétaire

À fin octobre dernier, le déficit budgétaire du Maroc s’est allégé, s’établissant à 25,1 milliards DH contre 47 milliards de DH un an auparavant, selon la situation des charges et dépenses du Trésor.