Le secteur bancaire marocain devrait reprendre des couleurs dès 2023

21 avril 2021 - 22h40 - Economie - Ecrit par : J.K

En 2020, la rentabilité du secteur bancaire a été secouée par plusieurs problèmes liés à la crise sanitaire. Pour mieux comprendre la situation, l’agence de notation Moody’s vient de publier une note sur l’état des banques marocaines.

En 2020, la hausse des dettes en souffrance, la chute des volumes de transactions et autres ont fait régresser la rentabilité du secteur bancaire marocain, fait part Moody’ Investors Service dans son rapport publié le mardi 20 avril 2020. Les quatre banques marocaines, à savoir, Attijariwafa bank, Groupe Banque Centrale Populaire, Bank of Africa – Groupe BMCE et Crédit du Maroc, ont affiché un bénéfice net global de 6,5 milliards de dirhams en 2020, contre 13,9 milliards de dirhams en 2019, soit une chute de 53 %. Eu égard à cette situation, « la rentabilité finale restera sous pression à moyen terme », a indiqué Mik Kabeya, analyste VPSenior chez Moody’s et co-auteur du rapport, soulignant que « nous prévoyons que le revenu net d’intérêts augmentera de 3 % à 5 % en 2021 par rapport aux niveaux de 2020 alors que le revenu hors intérêts poursuivra sa lente reprise mais restera limité », rapporte Ecoactu.

Cependant, il est certain que le coût du risque restera en hausse en 2021, sans pour autant atteindre le niveau de 2020. Ainsi, les banques poursuivront avec une approche prudente, afin d’atteindre le niveau d’avant crise en 2023, a souligné le rapport. Toutefois, en 2020, le secteur bancaire a enregistré une augmentation des crédits de 3,9 % contre 5,3 % en 2019, en dépit des difficultés sur le marché, mais grâce à la participation des prêts octroyés dans le cadre de programmes de soutien dont « Daman Oxygène » et « Damane Relance » mis en place par le gouvernement marocain au profit des petites et moyennes entreprises (PME) et ayant permis de consolider le revenu net d’intérêt. De plus, l’allègement des confinements en Afrique subsaharienne a permis de freiner les impacts de la pandémie.

Par ailleurs, les quatre banques ont affiché en 2020, 3,0 % comme part d’intérêts nette par rapport à 2019. De plus, l’ensemble du secteur a montré un ratio Tier 1 et un ratio de capital total de 10,1 % et 13,1 % en 2020, contre 10,4 % et 13,3 % en 2019. « Cependant, comme nous prévoyons un retour progressif à des niveaux de croissance normaux (environ 6 % en glissement annuel) et une reprise lente et régulière de la rentabilité, nous prévoyons que les niveaux de capital resteront modestes à moyen terme », conclut le rapport.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Croissance économique - Banques - Coronavirus au Maroc (Covid-19)

Aller plus loin

La croissance marocaine bouleversée par la guerre en Ukraine et la pandémie

En 2023, l’économie marocaine resterait impactée par les effets de la pandémie et la guerre en Ukraine. Le Centre marocain de conjoncture (CMC) a affirmé que le taux de...

À cause de la crise sanitaire : l’endettement extérieur du Maroc a atteint des records

Il y a peu encore, le Maroc pouvait se réjouir d’être l’unique pays de la région à avoir préservé son « investment grade ». Mais avec la crise sanitaire, le royaume s’est vu...

Moody’s révise les perspectives du système bancaire au Maroc

Dans ce contexte marqué par la crise sanitaire et la chute drastique des cours de pétrole, Moody’s entend réviser de stables à négatives les perspectives du système bancaire au...

Bank Al-Maghrib : voici la liste des services exonérés de frais bancaires

Les Marocains disposent désormais d’une liste de 22 services bancaires de base, dont le coût est pris en charge par leur banque. Cette liste a été publiée le 31 décembre dernier...

Ces articles devraient vous intéresser :

Le Maroc prolonge encore l’état d’urgence sanitaire

Réuni jeudi lors de sa séance hebdomadaire, le conseil de gouvernement a adopté le projet de décret portant prorogation, à nouveau, de l’état d’urgence sanitaire.

Le prince Moulay Rachid a contracté le Covid-19

Ayant contracté le Covid-19, le prince Moulay Rachid n’a pas pu accompagner le roi Mohammed VI, vendredi 14 octobre 2022, à l’occasion de l’ouverture de la première session de la deuxième année législative de la onzième législature.

Maroc : les nouveaux billets et pièces de monnaie dévoilés

Les nouveaux billets de banque et pièces de monnaie émis par Bank Al-Maghrib (BAM) sont entrés en circulation ce vendredi 24 novembre 2023.

Le Covid-19 se rappelle au bon souvenir des Marocains

Après une période d’accalmie, le Maroc fait désormais face à une hausse des contaminations au Covid-19. Le ministère de la Santé a exprimé ses inquiétudes appelant les Marocains à respecter les recommandations.

Le Maroc met fin à la fiche sanitaire

Quelques jours après avoir annoncé la fin de l’état d’urgence sanitaire, les autorités marocaines portent à la connaissance des voyageurs que la fiche sanitaire n’est plus une obligatoire pour accéder au territoire.

Royal air Maroc relance une ligne vers le Portugal

La compagnie aérienne Royal Air Maroc (RAM) a annoncé la reprise de la liaison Casablanca-Porto. Cette ligne est restée suspendue depuis le début de la pandémie de Covid-19.

La Société générale se sépare de sa filiale marocaine

Les négociations sont très avancées pour le rachat par le groupe Saham Finances, fondé et dirigé par l’ancien ministre de l’Industrie et du Commerce, Moulay Hafid Elalamy (MHE) d’une grande partie de la société générale du Maroc.

Mohammed VI et le pari gagnant de l’ouverture en Afrique

Le Maroc a connu une croissance économique assez soutenue depuis 2000, après l’accession au trône du roi Mohammed VI. Le royaume prend des mesures pour attirer les investissements étrangers et devenir une grande puissance régionale.

Au Maroc, 20% des entreprises de transport touristique mettent la clé sous le paillasson

Les entreprises de transport touristique n’ont pas pu se refaire une bonne santé financière après la crise sanitaire liée au Covid-19 qui a touché de plein fouet le secteur. Conséquence : près de 20 % d’entre elles se voient contraintes de mettre la...

Le tourisme marocain connaît une embellie pendant les fêtes de fin d’année

Au Maroc, plusieurs établissements hôteliers ont fait le plein pendant les fêtes de fin d’année. Une embellie après deux ans difficiles de crise sanitaire liée au Covid-19.