Fitch Ratings valide le BB+ du Maroc

7 mai 2021 - 09h00 - Economie - Ecrit par : J.K

La notation du Maroc en émissions souveraines de long terme en devises est de BB+, a certifié l’agence de notation Fitch Ratings. Cette note affiche également des perspectives stables.

La notation de BB+ du Maroc est le résultat de la stabilité macroéconomique que traduisent l’inflation et la baisse du PIB en raison de la pandémie, une part moyenne de la dette en devises (FC) et une liquidité externe adéquate. Toutefois, ces avantages sont équilibrés par des indicateurs de développement et de gouvernance faibles, une dette GG supérieure, des déficits budgétaires et des comptes courants (CAD) considérables. Le déficit budgétaire de l’administration centrale (CG) en ce qui le concerne, a atteint 7,7 % du PIB en 2020 au lieu de 4,1 % en 2019.

Par ailleurs, les mesures sécuritaires instaurées contre la pandémie ont conduit à une baisse remarquable des revenus pendant que les dépenses courantes ont grimpé afin d’apaiser l’impact de la crise. De plus, 2,2 % du PIB ont été octroyés aux autorités comme subventions de contributeurs nationaux et internationaux dans un fonds Covid-19 consacré. Au même moment, les plans pour le développement de la prestation des services sociaux et pour élargir les services sociaux garderont leur déficit du CG à 7,1 % du PIB en 2021 et à 5,8 en 2022.

D’importants déficits budgétaires engendreront une hausse de la dette publique en dépit de la reprise économique, a indiqué Fitch Ratings qui prévoit que la dette GG atteindra 68,8 % du PIB en 2021 et 70,5 % en 2022, soit au-delà de « BB » envisagée pour 59,1 % en 2022. Quant à la dette, elle sera stable dès 2023. Par ailleurs, l’impact de la crise sanitaire affectera encore les finances déjà faibles de certaines entreprises publiques. Sans oublier la dégradation de la qualité des actifs du secteur bancaire, sans que les risques de solvabilité des banques soient élevés.

L’agence envisage une relance des importations cette année, au moment où reprend la demande intérieure de biens finaux et intermédiaires. Les réserves de change pourront soutenir 7,5 mois de paiements extérieurs entre 2021 et 2022, prévoit l’agence de notation, soulignant qu’avec une régression des impacts de la crise sanitaire et une amélioration des précipitations cette année, le PIB pourrait atteindre 4,8 %. De plus, il va falloir que la coopération avec le secteur privé soit effective pour une reprise économique.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : PIB - Budget - Déficit - Coronavirus au Maroc (Covid-19)

Aller plus loin

Fitch Ratings assez optimiste pour le Maroc

La note souveraine BBB- avec perspective stable, est envisagée pour le Maroc, alors que certains pays ont vu leurs notes dégradées en raison de la pandémie du coronavirus.

Fitch Ratings sonde l’industrie automobile marocaine

Une analyse effectuée par l’agence de notation Fitch Ratings, indique qu’après la crise du coronavirus, le Maroc réussira à tirer profit de la relance du secteur de...

Fitch confirme la notation "BB+" du Maroc avec des perspectives stables

L’agence américaine de notation Fitch Ratings a confirmé le 13 mai la note de défaut des émetteurs en devises étrangères à long terme du Maroc à « BB+ » avec une perspective...

L’économie marocaine capable de surmonter la crise liée au COVID-19

Le coronavirus a déjà des conséquences sur l’économie mondiale en général et sur celle marocaine en particulier. Mais le dernier rapport de l’agence de notation américaine Fitch...

Ces articles devraient vous intéresser :

Croissance : le Maroc surpasse l’Algérie et la Tunisie

Après « une douloureuse récession du secteur agricole victime d’une sécheresse historique », le Maroc devrait avoir une croissance économique de 3,2 % cette année, contre +1,3 % l’année dernière, et légèrement au-dessus de la moyenne (3 %) de la région...

Le Covid-19 se rappelle au bon souvenir des Marocains

Après une période d’accalmie, le Maroc fait désormais face à une hausse des contaminations au Covid-19. Le ministère de la Santé a exprimé ses inquiétudes appelant les Marocains à respecter les recommandations.

Le Maroc réussit à faire baisser son déficit budgétaire

À fin octobre dernier, le déficit budgétaire du Maroc s’est allégé, s’établissant à 25,1 milliards DH contre 47 milliards de DH un an auparavant, selon la situation des charges et dépenses du Trésor.

Atteint par le Covid-19, Noussair Mazraoui donne de ses nouvelles

L’international marocain Noussair Mazraoui a reçu le soutien de ses fans qui ont appris qu’il a attrapé le Covid-19 lors de sa participation à la coupe du monde Qatar 2022. À son tour, il leur a exprimé sa gratitude.

Les touristes reviennent en force au Maroc

Après deux ans de restrictions sanitaires liées au Covid-19, les hôtels enregistrent une très forte demande pour les vacances de fin d’année. Les réservations explosent et les professionnels espèrent atteindre les chiffres d’avant-Covid.

Séisme : l’économie marocaine touchée en plein cœur

Le puissant séisme qui a touché le Maroc dans la nuit du vendredi 8 septembre, n’a pas causé que des dégâts humains et matériels. Il affecte durement l’économie du royaume, en plein essor depuis une dizaine d’années.

Maroc : l’état d’urgence sanitaire prolongé jusqu’au 31 décembre

Le gouvernement vient d’annoncer, une nouvelle fois, la prorogation de l’état d’urgence sanitaire sur l’ensemble du territoire national.

Maroc : forte hausse de la dette publique

En 2021, l’encours de la dette publique a connu une augmentation de 117 milliards, s’établissant à 1180 milliards de dirhams (MMDH), ce qui représente un ratio au Produit intérieur brut (PIB) de 88,9%.

Maroc : l’état d’urgence sanitaire prolongé encore d’un mois

Réuni en séance hebdomadaire ce jeudi 29 décembre 2022, le gouvernement a décidé de prolonger jusqu’au 31 janvier 2023, l’état d’urgence sanitaire.

Subventions maintenues au Maroc : un répit pour le pouvoir d’achat des ménages

Le gouvernement marocain a décidé de maintenir les subventions du gaz butane, du sucre et de la farine au titre de l’exercice 2024 dont le budget est estimé à 16,36 milliards de dirhams dans le Projet de loi de finances (PLF) 2024.