Témoignage de Hamza, patient hospitalisé pour Covid-19

12 novembre 2020 - 13h00 - France - Ecrit par : S.A

Hamza Bensatem, 23 ans, en service à la Protection de l’Enfance à Marseille, est hospitalisé depuis quelques jours au CHU d’Aix-en-Provence à cause du coronavirus. Il raconte son état d’esprit et sensibilise par la même occasion les jeunes qui banalisent le virus.

«  J’ai été touché il y a deux semaines. Je me sentais fatigué depuis quelque temps, j’ai mis ça sur le compte du boulot (je travaille de nuit à la Protection de l’Enfance). Mais comme je vois beaucoup de monde, pour me rassurer, j’ai préféré faire le test du coronavirus, qui est revenu négatif. Pour moi, le Covid était un mythe, une maladie réservée aux personnes âgées  », raconte-t-il à L’Obs. Il dit avoir eu beaucoup d’asthme dans son enfance, mais cette maladie est bien contrôlée.

«  Trois jours après le test, alors que j’étais au bureau la nuit, je me suis mis à tousser, tousser, jusqu’à ne plus pouvoir respirer. J’ai appelé les pompiers, qui ont mis une heure à arriver tellement ils sont débordés en ce moment, c’est le chaos. Pendant ce temps-là, j’agonisais. On m’a transporté au CHU d’Aix-en-Provence. Comme les services étaient saturés, j’ai passé trois jours sur un brancard, c’était très inconfortable. À la fin, j’avais très mal aux fesses. Aux urgences, j’ai passé deux tests qui sont revenus positifs  », poursuit Hamza.

«  Je n’arrivais plus à dire un mot ni à marcher. On m’a traité avec un aérosol pour m’ouvrir les bronches, j’ai pris des corticoïdes et j’ai été placé sous oxygène. En tout, j’ai passé huit jours à l’hôpital, dont six sous oxygène – les deux derniers jours, ils me l’ont retiré pour voir comment je réagissais. J’étais en soins intensifs. Tout le long, j’étais conscient, c’est bien ça le problème, je ressentais tout. J’ai eu de gros symptômes, beaucoup de fièvre. J’avais les poumons qui tiraient et très mal à la tête  », ajoute-t-il.

Hamza confie que le personnel à l’hôpital était débordé, et les soignants passaient dans sa chambre en coup de vent, les piqûres faisaient mal parce qu’ils devaient aller vite. «  On ne pouvait pas discuter avec eux, il n’y avait pas de contact humain, (Hamza se met à tousser), c’était très angoissant. Je suis très déçu, car j’ai vu sur les réseaux sociaux que beaucoup de gens s’étaient réunis pour faire la fête pendant le week-end d’Halloween  ».

«  Les jeunes se croient immortels mais quand on est touché, on tombe des nues, c’est pour cela que je veux témoigner, pour sensibiliser cette tranche d’âge. Mes parents et mes amis ne pouvaient pas venir me voir au plus fort de la maladie, j’étais totalement seul. J’en ai pleuré. Et aujourd’hui encore, je dois rester isolé. Je suis toujours fatigué, je me sens fiévreux, j’ai l’impression d’avoir un gros rhume. Je ne fais que dormir alors que je suis très actif en temps normal  », conclut le patient.

Sujets associés : France - Marseille - Santé - Aix-en-Provence - Coronavirus au Maroc (Covid-19)

Aller plus loin

Témoignage d’un patient bachelier atteint du coronavirus

Un jeune père de famille, testé positif au coronavirus, a décroché son Baccalauréat avec mention. Il avait passé son examen à l’hôpital de campagne militaire de Benslimane où il...

Maroc : l’appel d’un patient atteint du coronavirus à la population

Un patient atteint du coronavirus, à Meknès, a adressé un message de sensibilisation sur l’épidémie à la population.

Le Maroc manque-t-il déjà d’oxygène ?

La Direction régionale de la santé (DRS) de Marrakech-Safi a apporté un démenti formel au sujet du décès de cinq patients atteints du Covid-19 par manque d’oxygène à l’hôpital...

Ces articles devraient vous intéresser :

Maroc : l’état d’urgence sanitaire prolongé encore d’un mois

Réuni en séance hebdomadaire ce jeudi 29 décembre 2022, le gouvernement a décidé de prolonger jusqu’au 31 janvier 2023, l’état d’urgence sanitaire.

Près d’un tiers des Marocains ont connu une dépression

Le ministère de la Santé initie un projet dont la mise en œuvre permettra de répondre aux besoins des 48,9 % des Marocains âgés de plus de 15 ans qui connaissent, ou ont déjà connu, des signes de troubles mentaux et psychiques.

Au Maroc, 20% des entreprises de transport touristique mettent la clé sous le paillasson

Les entreprises de transport touristique n’ont pas pu se refaire une bonne santé financière après la crise sanitaire liée au Covid-19 qui a touché de plein fouet le secteur. Conséquence : près de 20 % d’entre elles se voient contraintes de mettre la...

Le Maroc met fin à la fiche sanitaire

Quelques jours après avoir annoncé la fin de l’état d’urgence sanitaire, les autorités marocaines portent à la connaissance des voyageurs que la fiche sanitaire n’est plus une obligatoire pour accéder au territoire.

Ces plantes qui empoisonnent les Marocains

L’intoxication par les plantes et les produits de pharmacopée traditionnelle prend des proportions alarmantes au Maroc. Le Centre antipoison du Maroc (CAPM) alerte sur ce problème de santé publique méconnu du grand public.

Abdelhamid Sabiri de retour sur le terrain après sa blessure

L’international marocain Abdelhamid Sabiri a repris l’entraînement avec la Sampdoria après une absence causée par une blessure musculaire.

Maroc : les recettes touristiques en hausse par rapport à 2021

La reprise de l’activité touristique observée depuis l’ouverture des frontières se confirme au Maroc. À fin mai, les recettes ont atteint 20 milliards de dirhams, en hausse de 173 % par rapport à 2021.

Les biscuits “Gerblé” avec de la drogue ne sont pas commercialisés au Maroc

L’Office National de Sécurité Sanitaire des Produits Alimentaires (ONSSA) affirme que les lots de biscuits de la marque française “Gerblé”, contaminés par la drogue “burundanga”, ne sont pas entrés ni vendus sur le marché marocain.

Les banques marocaines ont résisté à la crise sanitaire

Les banques marocaines ont été résilientes pendant la crise sanitaire liée au Covid-19, selon un rapport de la Banque centrale du royaume.

Le Roi Mohammed VI annule toutes les festivités de la fête du Trône

Toutes les activités, festivités et cérémonies prévues à l’occasion du 23ᵉ Anniversaire de l’accession du Roi Mohammed VI viennent d’être reportées, selon un communiqué du Palais Royal.