Tirs contre une mosquée à Sartène : l’imam échappe de peu à la mort

28 novembre 2004 - 21h28 - France - Ecrit par :

Un imam marocain a échappé de peu à la mort, dans la nuit de vendredi à samedi à Sartène, où des inconnus ont tiré plusieurs coups de feu à travers la porte d’une maison abritant un lieu de culte, derrière laquelle il se trouvait.

Vers 02h30, "j’ai entendu quelqu’un qui frappait très fort à la porte, j’étais couché. Je suis allé vers la porte, ils criaient +les Arabes dehors+. C’était la voix de quelqu’un de jeune", a déclaré à l’AFP Mohamed El Atrache, encore très choqué.

"Et ils ont tiré ! Je me suis plaqué contre le mur et je les ai entendus partir tout de suite après", a poursuivi l’imam, âgé de 53 ans.

Sur l’épaisse porte de bois de la maison située en contrebas de la rue principale de Sartène, qui accueille un lieu de culte et une association culturelle musulmane où l’imam passait parfois la nuit, dix impacts de balles sont visibles. Tous à hauteur de tête et de poitrine.

Dans le couloir qui mène à deux salles de prière, une porte vitrée est trouée en deux endroits et l’un des projectiles de 9 mm tirés par les inconnus s’est fiché dans le mur de la cuisine, à une dizaine de mètres de là.

Le procureur de la République d’Ajaccio, José Thorel, qui estime que la victime aurait été "criblée de balles" sans ses réflexes, a saisi les gendarmes d’une "enquête de flagrance pour tentative d’assassinat".

En haut d’une volée de marches menant à la route, une croix gammée et l’inscription "Arabi Fora" ("les Arabes dehors", en langue corse) peintes sur le goudron ont été recouvertes de sable.

Parmi la dizaine d’habitués de l’"Association culturelle musulmane de Sartène" venus soutenir l’imam, l’émotion est vive.

"Il y a un an, la même porte avait été arrosée d’essence et incendiée. Une enquête a été ouverte, mais elle n’a jamais abouti", rappelle l’un d’entre eux, qui souhaite garder l’anonymat.

"Ici, le problème, c’est qu’on n’a pas d’ennemi en face pour tenter de s’expliquer avec eux (...) Nos gosses sont nés ici, on est intégrés et on n’a pas de problème avec les gens d’ici", déclare un autre.

"Je n’ai jamais eu de menaces, confirme M. El Atrache, je suis ici depuis douze ans, c’est la première fois que ça arrive, maintenant j’ai peur".

"Mais je ne crois pas qu’ils étaient venus ici avec l’intention de me tuer. C’est un peu comme à Bastia, Ajaccio ou ailleurs, des jeunes qui n’ont rien à faire", estime-t-il.
Le préfet de Corse, Pierre-René Lemas, a condamné l’"attentat" et indiqué que le ministre de l’Intérieur, Dominique de Villepin, "a confirmé ses instructions de fermeté à l’égard de tous actes xénophobes ou racistes."

Les maires de Bastia et d’Ajaccio, Emile Zuccarelli (PRG) et Simon Renucci (DVG), et celui de Paris, Bertrand Delanoë (PS), ont vivement condamné ce nouvel acte de violence raciste, tout comme le Parti socialiste.

Le vice-président du Conseil français du culte musulman (CFCM) Fouad Alaoui a quant à lui réclamé "une protection de proximité des lieux de culte musulmans en Corse".

Les autonomistes du Parti de la Nation Corse (PNC, modéré) ont eux aussi condamné l’attentat, appelant les "engagés dans le combat nationaliste" à s’élever contre "la montée" du racisme dans l’île.

"Notre condamnation est totale de cet acte aux motivations racistes évidentes", écrit le PNC, l’un des piliers autonomistes de la coalition nationaliste Unione naziunale (huit élus à l’Assemblée de Corse), dans un communiqué transmis à l’AFP. "Le PNC en appelle à tous les démocrates de l’île, et tout particulièrement aux engagés dans le combat nationaliste, pour qu’ils s’élèvent sans la moindre complaisance contre ces actes et leurs auteurs. Eux et leur idéologie doivent être combattus".

Les fédérations du Parti communiste français de Corse ont appelé dimanche à un "rassemblement de soutien" samedi prochain à Sartène (Corse-du-Sud), "devant la salle de prière mitraillée". "La tentative d’assassinat dirigée contre l’imam de Sartène marque une étape sinistre dans la dérive raciste et xénophobe d’une partie de la société insulaire", écrivent les fédérations dans un communiqué transmis à l’AFP.

Une équipe de l’Institut de recherche criminelle (IRC) de la gendarmerie a été dépêchée en Corse samedi après-midi pour participer à l’enquête sur les coups de feu tirés sur une mosquée de Sartène, a-t-on appris de source proche de l’enquête.

Cette équipe comporte notamment des experts en balistique, ainsi que des spécialistes en police technique et scientifique (PTS) "pour les domaines utiles à l’enquête".

Les gendarmes de l’IRC de Rosny-sous-Bois sont envoyés pour prendre part aux enquêtes jugées prioritaires.

Par ailleurs, le bureau antiterroriste de la sous-direction de la police judiciaire (SDPJ) de la gendarmerie est associé aux investigations menées par les gendarmes de la légion de Corse qui enquêtent en flagrance pour tentative d’assassinat.

Depuis une dizaine de jours, 21 interpellations ont été effectuées dans le cadre d’enquêtes sur des actes de violence à caractère raciste, donnant lieu à 14 mises en examen à Paris parmi des jeunes soupçonnés d’appartenir au groupuscule armé Clandestini Corsi, qui a revendiqué sept attentats anti-Maghrébins en Corse.

L’île a connu depuis plus d’un an une recrudescence de ces actes, qui vise quasi-exclusivement la communauté maghrébine. Samedi, 200 personnes ont manifesté à Calvi contre le racisme.

"C’est dommage, parce que c’est toujours une infime minorité qui fait ça et ce sont tous les Corses que l’on stigmatise", commente un des membres de l’association visée.

TV5 - AFP

Sujets associés : France - Religion - Racisme

Ces articles devraient vous intéresser :

Les confidences de Gad Elmaleh sur sa rencontre avec le pape François

L’humoriste marocain Gad Elmaleh s’est confié après sa rencontre avec le pape François, au Vatican le 23 décembre, à qui il a présenté son film « Reste un peu », sorti en France le 16 novembre et dont le scénario repose sur son cheminement spirituel...

Le Maroc fête l’Aïd al fitr le samedi 22 avril

Le Maroc célèbre l’Aïd Al Fitr ce samedi 22 avril, selon une annonce faite par le ministère des Habous et des Affaires islamiques. Le ministère a confirmé la date après avoir procédé à une observation minutieuse du croissant lunaire, comme l’exige la...

Racisme envers les musulmans : de nouveaux témoignages accablent Christophe Galtier

L’ex-entraîneur de l’OGC Nice, Christophe Galtier, fait face à de graves accusations de discrimination et de harcèlement moral, avec un procès prévu dans dix jours.

Voici les dates de début et de fin du ramadan au Maroc

Les dates de début et de fin du mois sacré de ramadan au Maroc sont désormais connues.

Voici la date de l’Aïd el-Fitr en France

Débuté le 23 mars 2023, le mois du ramadan touche progressivement à sa fin. Le Conseil français du culte musulman (CFCM) a annoncé vendredi 14 avril la date de l’Aïd al-Fitr marquant la fin de la période de jeûne.

Aïd El Fitr en France : annonce importante de la Mosquée de Paris

Les fédérations musulmanes de France se réuniront ce jeudi 20 avril 2023 à 18 heures à la Grande Mosquée de Paris en présence de leur commission religieuse ainsi que des imams du Conseil National des Imams (CNI). Cette réunion a pour objectif de fixer...

Officiel : l’Aid Al Fitr en France ce vendredi

Le Conseil français du culte musulman (CFCM) vient de confirmer la date de l’Aid al Fitr pour ce vendredi 21 avril 2023.

L’Institut musulman Al Cham à Montpellier fermé par la Préfecture

L’Institut Al Cham, établissement religieux musulman situé à Montpellier, a été fermé suite à un contrôle administratif inopiné mené par la préfecture. Les autorités ont constaté que l’établissement accueillait illégalement des enfants mineurs de moins...

Israël importe des étrogs marocains pour la fête de Souccot

Pour la célébration de la fête de Souccot cette année, les juifs d’Israël vont utiliser des étrogs marocains. Une grande quantité de ce fruit a été acheminée en Israël, en raison des restrictions liées à la loi juive et grâce à la normalisation des...

Le ramadan est « clairement un sujet sensible dans les clubs » de football

Alors que les joueurs musulmans tiennent à leur foi et préfèrent jeûner, les clubs se soucient bien souvent de leurs performances pendant le ramadan. Un ancien préparateur physique assure que cette période est « clairement un sujet sensible dans les...