Transparency Maroc s’allie au ministère de la Santé contre la corruption

17 mars 2008 - 17h42 - Maroc - Ecrit par : L.A

Vaste chantier que celui de la lutte contre la corruption. Surtout lorsqu’elle sévit dans le domaine de la Santé. Le ministère de tutelle, conscient de l’urgence de mesures radicales à ce sujet, a décidé de prendre le taureau par les cornes. L’alliance avec Transparency Maroc (TM), dont l’expérience en matière de corruption n’est plus à démontrer, pourrait se révéler déterminante dans la stratégie ministérielle.

Selon le docteur Siham Benchekroun, membre de TM, plusieurs axes doivent être pris en compte afin d’endiguer le fléau de la corruption. Celle-ci est favorisée par les nombreux disfonctionnements dont souffre l’organisation hospitalière. Une centralisation excessive des services, ainsi qu’un arsenal juridique incomplet fait que les victimes ne peuvent pas facilement porter plainte. D’autant plus qu’elles ne connaissent pas toujours leurs droits.

Par ailleurs, il n’y a pas de contrôle des tarifs des établissements privés, ce qui signifie que tout un secteur parallèle échappe au contrôle du ministère de la Santé. Le cumul de fonctions entre le privé et le public conduit à un absentéisme chronique des médecins, lequel se répercute sur la qualité des soins offerts, et renforce l’influence du personnel corrompu. Les conséquences d’un tel comportement sont également négatives pour les étudiants en médecine, qui se voient inculquer un déplorable exemple en matière de déontologie.

La coopération entre TM et le ministère de tutelle s’étalera sur plusieurs objectifs. Le plus important demeure la restauration de la confiance dans le domaine de la Santé. L’équité dans l’accès aux soins est également un point primordial à faire respecter. Par contre, un plan d’action reste à définir. Celui-ci ne devrait néanmoins pas tarder à prendre forme, puisque ces objectifs sont à court terme. Dans le mois qui suit, leur mise en chantier devrait intervenir, via un programme au niveau national.

Selon Rachid Filali Meknassi, secrétaire général de TM, un accord est intervenu à propos de l’élaboration d’un comité paritaire, dans le but de concevoir des actions pour lutter avec efficacité contre la corruption. Il y a des engagements réciproques, émanant du ministère de tutelle et de TM, ainsi qu’un instrument d’action. Il convient maintenant d’analyser les conclusions des études engagées, et d’en tirer un véritable programme de concertation entre les différents acteurs.

Source : L’Economiste -Adam Berrada

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Corruption - Yasmina Baddou - Santé - Transparency Maroc - Azeddine Akesbi - Ministère de la Santé

Ces articles devraient vous intéresser :

L’anarchie des salons de beauté au Maroc dénoncée

La docteure Hanan Atrakin, spécialiste en chirurgie esthétique et députée du Parti Authenticité et Modernité (PAM), a exprimé ses inquiétudes face à la prolifération au Maroc des salons de beauté offrant des services esthétiques médicaux, évoquant une...

Le Maroc prolonge encore l’état d’urgence sanitaire

Réuni jeudi lors de sa séance hebdomadaire, le conseil de gouvernement a adopté le projet de décret portant prorogation, à nouveau, de l’état d’urgence sanitaire.

Chèque de garantie : ce scandale marocain

La conseillère parlementaire du parti de l’Union Nationale du Travail au Maroc (UNTM), Loubna Alaoui, a adressé une question orale au gouvernement sur la persistance de certaines pratiques illégales dans les cliniques privées, notamment l’exigence d’un...

Les Marocains de plus en plus obèses

Près de la moitié de la population marocaine (46 %) sera obèse d’ici 2035, selon les prévisions de la World Obesity Forum.

Maroc : 30 députés éclaboussés par des affaires de corruption

Au total, 30 députés marocains sont poursuivis par la justice en leur qualité de président de commune pour leur implication présumée dans des affaires de corruption, de dilapidation de deniers publics, de chantage, et de falsification de documents...

Le Maroc forme 2800 médecins et 5600 infirmiers pour la médecine de famille

Afin de développer et consolider la médecine de famille en facilitant l’accès aux soins et services de santé aux Marocains, le gouvernement entend former 2800 médecins et 5600 infirmiers d’ici 2030.

Maroc : l’état d’urgence sanitaire prolongé encore d’un mois

Réuni en séance hebdomadaire ce jeudi 29 décembre 2022, le gouvernement a décidé de prolonger jusqu’au 31 janvier 2023, l’état d’urgence sanitaire.

Maroc : des avions pour transporter les malades

Le ministère de la Santé et de la protection sociale vient de lancer un appel d’offres d’un montant de 30 millions de dirhams pour la location d’avions dédiés au transport rapide des malades.

Corruption au Maroc : arrestation d’un ex-ministre, un avertissement pour les responsables ?

Après l’arrestation jeudi de Mohamed Moubdii, député du Mouvement populaire (MP) et ancien ministre, pour des crimes financiers présumés, des voix s’élèvent pour appeler le gouvernement marocain à renforcer sa lutte contre la corruption et...

Maroc : les tribunaux submergés après la levée des mesures restrictives

Depuis que l’amélioration de la situation épidémiologique au Maroc a entraîné l’assouplissement des mesures restrictives, la vie a repris dans les tribunaux avec une hausse considérable du nombre de plaintes, procès et affaires pénales.