Tunnel Maroc-Espagne : les obstacles au démarrage des travaux

4 mai 2024 - 21h30 - Maroc - Ecrit par : P. A

Le tunnel du détroit de Gibraltar, qui reliera le Maroc à l’Espagne et par ricochet l’Afrique à l’Europe, est loin d’être une réalité. Le projet est encore au point mort et nécessite de nouvelles études techniques et la mobilisation d’un million de dollars pour sa mise en œuvre.

La viabilité du projet de tunnel entre le Maroc et l’Espagne sous le détroit de Gibraltar divise les experts des deux pays. Cette semaine, la Société nationale pour les études du détroit de Gibraltar (SNED) a déclaré à la presse qu’« un projet de cette ampleur nécessite une planification exhaustive sous plusieurs aspects : prise de décision au plus haut niveau, études techniques, explorations spécifiques, promotion dans les forums et organismes spécialisés, recherche de modalités de financement et d’exécution, application de la loi… ».

À lire : Tunnel entre le Maroc et l’Espagne : bientôt le démarrage des travaux ?

La SNED estime que les conditions ne sont pas réunies pour un démarrage des travaux du tunnel en 2025, en prévision de la Coupe du monde 2030 co-organisée par le Maroc, l’Espagne et le Portugal. En revanche, cet événement sportif peut contribuer à accélérer la mise en œuvre du projet, ajoute la SNED.

À lire : Tunnel de Gibraltar : encore loin du premier coup de pioche

La faisabilité technique du projet et son coût constituent les principaux obstacles à sa réalisation. « Son coût est très élevé. C’est l’une des raisons pour lesquelles il a été retardé », a récemment déclaré à El Independiente, Rafael García-Monge, ingénieur des routes, canaux et ports, et secrétaire général de la Société espagnole d’études pour les communications fixes à travers le détroit de Gibraltar (SEGEGSA). Selon les études réalisées il y a trente ans, le coût estimatif du tunnel sous le détroit était de 13 milliards d’euros. Aujourd’hui, ce montant devrait atteindre le double.

À lire : Le tunnel Maroc-Espagne, d’ici 2030 ?

Le projet de tunnel Maroc-Espagne sous le détroit a été réactivé en avril 2023, lors de la Réunion de haut niveau tenue à Rabat. Il a été évoqué pour la première fois en 1989 et consistait en la construction d’un pont devant relier l’Afrique à l’Europe. Cette option sera abandonnée en 1995 au profit d’un tunnel ferroviaire de 38,7 kilomètres de long, dont 27,7 kilomètres en sous-marin. La commission mixte Maroc-Espagne devrait tenir une nouvelle réunion sur le projet en mai ou en juin.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Tunnel entre le Maroc et l’Espagne - Espagne - Transport ferroviaire

Aller plus loin

Le tunnel Maroc-Espagne, d’ici 2030 ?

Le projet de tunnel entre le Maroc et l’Espagne sous le détroit de Gibraltar pourrait démarrer dans les prochains mois. Les études en cours révèlent que le projet sera réalisé...

Maroc : du nouveau pour le tunnel avec l’Espagne

Le gouvernement espagnol a chargé l’entreprise publique d’ingénierie Ineco de préparer un avant-projet du tunnel devant relier l’Espagne et le Maroc sous le détroit. Ce document...

Espagne-Maroc : du changement pour le tunnel de Gibraltar

Le Maroc et l’Espagne conjuguent leurs efforts pour réaliser le projet de tunnel sous le détroit de Gibraltar qui reliera les deux pays, mais aussi l’Afrique et l’Europe, avant...

Tunnel entre le Maroc et l’Espagne : une grosse équation à résoudre

Le Maroc et l’Espagne s’activent pour la construction du tunnel sous le détroit avant la Coupe du monde 2030 qu’ils organisent conjointement avec le Portugal.

Ces articles devraient vous intéresser :

Le rail marocain au cœur d’une rivalité internationale

Les géants mondiaux du ferroviaire vont se livrer une rude concurrence pour le mégacontrat de l’Office National des Chemins de Fer (ONCF). Celui-ci a lancé un appel à concurrence pour acquérir 168 nouveaux trains, dont 18 trains à grande vitesse.

Maroc : Oujda sera relié par le TGV

L’Office national des Chemins de Fer (ONCF) nourrit de grandes ambitions pour le transport ferroviaire. En témoigne son plan ferroviaire dévoilé par Mohamed Abdeljalil, ministre des Transports et de la Logistique.

L’astuce d’une entreprise française pour gagner l’appel d’offres de l’ONCF

Redoutant l’impact négatif du refroidissement des relations diplomatiques entre le Maroc et la France, une entreprise française charge sa filiale espagnole de se lancer dans la concurrence pour le mégacontrat de l’Office national des Chemins de Fer...

Le Maroc veut 800 km de lignes TGV

Le Maroc a l’ambition d’étendre son réseau ferroviaire LGV (Ligne à grande vitesse) à 800 km. La concrétisation de ce souhait nécessitera la bagatelle de 100 milliards de dirhams.

Le grand chantier du TGV Kénitra-Marrakech démarre

Le projet de Ligne à grande vitesse reliant Kenitra à Marrakech est entré dans sa phase active. L’Office national des chemins de fer (ONCF) vient de confier à six entreprises les travaux de déblaiement et de préparation du tracé de la ligne, pour un...

Les aéroports marocains reliés par train

L’aéroport international Ibn Battouta de Tanger sera bientôt relié au réseau ferroviaire, dans le cadre d’un projet qui inclut 15 aéroports internationaux.

Le Maroc va investir de plus de 13,4 MMDH dans le chemin de fer

L’Office national des chemins de fer (ONCF) a prévu un investissement de plus de 13,4 milliards de DH durant la période 2023-2025.

Le succès ne se dément pas pour le TGV marocain

Inauguré en 2018, Al Boraq, le Train à grande vitesse marocain, souffle sa quatrième bougie ce mardi 15 novembre. Avec 10 millions de passagers transportés depuis sa mise en service, la grande vitesse affiche un succès remarquable.

Un enfant de 4 ans meurt à la gare de Rabat-Agdal : réaction (tardive) de l’ONCF

Plusieurs semaines après la mort d’Omar, garçonnet de 4 ans, à la gare Rabat Agdal, l’ONCF a finalement décidé de réagir.

400 milliards pour TGV et trains au Maroc : Un vaste chantier pour relier 43 villes

Le Maroc va mobiliser 400 milliards de dirhams pour l’extension et la modernisation de son réseau ferroviaire. Un projet ambitieux qui connectera 43 villes du royaume.