Le tunnel Maroc-Espagne, d’ici 2030 ?

17 mars 2024 - 21h00 - Espagne - Ecrit par : P. A

Le projet de tunnel entre le Maroc et l’Espagne sous le détroit de Gibraltar pourrait démarrer dans les prochains mois. Les études en cours révèlent que le projet sera réalisé et exploité en deux phases.

Dans la perspective de la coupe du monde 2030 qu’ils organisent conjointement avec le Portugal, le Maroc et l’Espagne pourraient accélérer la construction du tunnel de Gibraltar. D’une longueur de 42 km dont 27,7 kilomètres en tunnel sous-marin et 11 kilomètres en tunnel souterrain, le tunnel va relier le Maroc et l’Espagne, et par ricochet l’Afrique et l’Europe. Il vise à faciliter la circulation des personnes et le trafic des marchandises entre les deux continents.

Selon les études en cours, la profondeur maximale de ce tunnel serait de 300 mètres et sa pente maximale de 3 %, fait savoir AS. Des entreprises espagnoles ont déjà manifesté leur intérêt pour ce méga projet. « L’Espagne aspire à jouer un rôle important. Nous sommes un pays leader en matière ferroviaire, nous sommes le premier pays au monde en termes de connectivité à grande vitesse par population et le deuxième en termes de kilomètres après la Chine », déclarait récemment Óscar Puente, le ministre espagnol des Transports.

À lire : Tunnel de Gibraltar : le Maroc et l’Espagne mettent le turbo

S’il est une évidence que la réalisation de ce projet nécessitera de lourds investissements à court et long terme, la trajectoire du tunnel constitue en revanche le véritable point de blocage de la poursuite du projet. Le tunnel pourrait être construit entre « La Punta de Oliveros » à Tarifa et l’îlot « Punta Cires » au Maroc, ou entre la plage de Punta Paloma en Espagne et Malataba près de Tanger. Cette deuxième option serait la plus viable.

Le tunnel sera réalisé et exploité en deux phases : la première, avec un seul tunnel ferroviaire monotube dans lequel circuleraient alternativement des trains pour passagers et marchandises dans les deux sens par lots de 12 convois, et la seconde, avec deux tunnels ferroviaires unidirectionnels qui seront mis en service lorsque le besoin se fera sentir.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Espagne - Etude - Transport ferroviaire - Tunnel entre le Maroc et l’Espagne

Aller plus loin

Tunnel entre le Maroc et l’Espagne : bientôt le démarrage des travaux ?

La Société nationale d’études du detroit de Gibraltar (SNED) dément les informations faisant état de la fin des études approfondies du projet de tunnel sous le détroit de...

Tunnel de Gibraltar : encore loin du premier coup de pioche

Les informations selon lesquelles les travaux de construction du tunnel sous le détroit de Gibraltar qui reliera les deux pays, mais aussi l’Afrique et l’Europe, avant la coupe...

Tunnel Maroc-Espagne : les obstacles au démarrage des travaux

Le tunnel du détroit de Gibraltar, qui reliera le Maroc à l’Espagne et par ricochet l’Afrique à l’Europe, est loin d’être une réalité. Le projet est encore au point mort et...

Le Mondial 2030 met un coup d’accélérateur au tunnel du détroit de Gibraltar

La co-organisation de la coupe du 2030 pourrait mettre un coup d’accélérateur au projet de tunnel sous le détroit de Gibraltar qui reliera le Maroc et l’Espagne mais aussi...

Ces articles devraient vous intéresser :

Investissement massif dans le rail marocain

L’Office national des chemins de fer (ONCF) veut renforcer le rail national. Il vient de lancer un appel à concurrence pour acquérir de nouveaux et différents trains.

Le rail marocain au cœur d’une rivalité internationale

Les géants mondiaux du ferroviaire vont se livrer une rude concurrence pour le mégacontrat de l’Office National des Chemins de Fer (ONCF). Celui-ci a lancé un appel à concurrence pour acquérir 168 nouveaux trains, dont 18 trains à grande vitesse.

L’astuce d’une entreprise française pour gagner l’appel d’offres de l’ONCF

Redoutant l’impact négatif du refroidissement des relations diplomatiques entre le Maroc et la France, une entreprise française charge sa filiale espagnole de se lancer dans la concurrence pour le mégacontrat de l’Office national des Chemins de Fer...

Un nouveau pas vers la réalisation du TGV Kénitra-Marrakech

L’Office national des chemins de fer (ONCF) accélère la réalisation de la Ligne à grande vitesse (LGV) reliant Kénitra à Marrakech. Après les travaux de génie civil, ceux relatifs à l’installation du système de signalisation et de télécommunications...

Tunnel entre le Maroc et l’Espagne : rencontre importante à Madrid

Le tunnel qui doit relier le Maroc à l’Espagne via le détroit de Gibraltara été au centre de discussions entre le ministre de l’Équipement et de l’eau marocain, Nizar Baraka, a rencontré à Madrid son homologue espagnole des Transports, de la Mobilité...

Maroc : Un pas de géant dans le projet de TGV Kenitra-Marrakech

Le gouvernement d’Aziz Akhannouch vient de franchir un pas vers la réalisation de la ligne grande vitesse Kenitra-Marrakech. Prévu dans le plan Rail Maroc 2040, ce projet représente un enjeu stratégique dans la poursuite du développement du réseau de...

Les aéroports marocains reliés par train

L’aéroport international Ibn Battouta de Tanger sera bientôt relié au réseau ferroviaire, dans le cadre d’un projet qui inclut 15 aéroports internationaux.

Le succès ne se dément pas pour le TGV marocain

Inauguré en 2018, Al Boraq, le Train à grande vitesse marocain, souffle sa quatrième bougie ce mardi 15 novembre. Avec 10 millions de passagers transportés depuis sa mise en service, la grande vitesse affiche un succès remarquable.

Le Maroc va acquérir de nouveaux trains

Le Maroc s’apprête à lancer un appel d’offres international pour l’acquisition de trains et le développement d’un réseau ferroviaire local, attirant l’intérêt de géants du secteur tels, notamment français et espagnols. C’est ce qu’a révélé Mohamed...

Maroc : du nouveau pour la LGV Marrakech – Agadir

La Ligne à grande vitesse reliant Marrakech à Agadir comprendra trois stations destinées aux passagers et une dédiée aux marchandises, a annoncé le chef de la délégation de la société chinoise CRDC, en charge des études du projet.