Tunnel Maroc-Espagne : pourquoi le pont a été écarté

27 mars 2024 - 11h00 - Espagne - Ecrit par : P. A

La Société espagnole d’études pour la communication fixe à travers le détroit de Gibraltar (SECEGSA), en charge des études du tunnel Maroc-Espagne sous le détroit, explique pourquoi l’option du tunnel a été préférée à celle du pont.

Pourquoi un tunnel plutôt qu’un pont ? La SECEGSA répond en expliquant que la deuxième option a été écartée en raison de la complexité de ce type de travaux. Plusieurs options avaient été proposées telles qu’un pont suspendu sur des supports fixes, un pont suspendu sur des supports flottants, un tunnel immergé reposant sur le fond marin, un tunnel flottant immergé et un tunnel sous-marin, rappelle El faro de Ceuta.

Après une analyse minutieuse et approfondie des différentes options, le pont suspendu sur des supports fixes et le tunnel sous-marin ont été retenus en 1990 comme étant les plus viables. Compte tenu de la configuration topographique de la zone du détroit de Gibraltar, l’infrastructure pouvait être réalisée suivant deux tracés : à l’est, entre Punta Canales et Punta Cires, avec une longueur de 14 kilomètres et une profondeur de plus de 800 mètres, et à l’ouest, entre Punta Paloma et Punta Malabata, avec une longueur de 28 kilomètres et une profondeur de 300 mètres.

À lire : Le tunnel Maroc-Espagne, d’ici 2030 ?

À la suite du colloque international d’experts tenu à Séville, le comité mixte Maroc-Espagne a décidé en 1996 de retenir l’option du tunnel sous-marin en raison de son faible impact environnemental et sur la navigation maritime par rapport aux autres options, son coût moins élevé et la possibilité d’une mise en œuvre progressive en fonction de la demande, et enfin, la technologie du creusement de tunnels, connue et expérimentée.

Selon les études, le projet devrait consister en la réalisation de deux tunnels ferroviaires à voie unique d’une section circulaire de 7,90 mètres de diamètre intérieur, séparées par une galerie de service/sécurité de 6 mètres de diamètre, et des galeries transversales de 6 mètres de diamètre chacune tous les 340 mètres. Le tunnel ferroviaire vise à connecter le Maroc et l’Espagne, et donc l’Afrique et l’Europe. Les autorités des deux pays ont manifesté un intérêt commun pour sa réalisation rapide avant la Coupe du monde 2030.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Espagne - Transport ferroviaire

Aller plus loin

Voici combien coûtera le projet de tunnel entre le Maroc et l’Espagne

Le coût du projet de tunnel sous le détroit de Gibraltar qui reliera le Maroc et l’Espagne en particulier, mais aussi l’Afrique et l’Europe, avant la coupe du monde 2030 que les...

Espagne-Maroc : Le projet de tunnel sous Gibraltar prend forme

Le ministre espagnol des Transports, Óscar Puente, a, lors d’une visite au Maroc en mars, renouvelé l’intérêt de l’Espagne pour le tunnel sous le détroit de Gibraltar, un projet...

Tunnel de Gibraltar : le Maroc et l’Espagne mettent le turbo

Le Maroc et l’Espagne s’activent pour la réalisation du projet de tunnel sous le détroit de Gibraltar qui reliera les deux pays, mais aussi l’Afrique et l’Europe, avant la coupe...

Espagne-Maroc : du changement pour le tunnel de Gibraltar

Le Maroc et l’Espagne conjuguent leurs efforts pour réaliser le projet de tunnel sous le détroit de Gibraltar qui reliera les deux pays, mais aussi l’Afrique et l’Europe, avant...

Ces articles devraient vous intéresser :

Coup d’accélérateur pour le TGV Kénitra-Marrakech

L’Office national des chemins de fer (ONCF) a lancé un appel d’offres pour la construction d’une voie ferrée à grande vitesse de 375 kilomètres reliant Kénitra à Marrakech.

Trains au Maroc : cinq géants du rail en lice pour un mégacontrat

L’appel à concurrence lancé par l’Office national des Chemins de fer (ONCF) pour acquérir 168 nouveaux trains, dont 18 trains à grande vitesse aiguise les appétits. Cinq constructeurs ferroviaires internationaux se battent pour décrocher ce méga contrat.

L’astuce d’une entreprise française pour gagner l’appel d’offres de l’ONCF

Redoutant l’impact négatif du refroidissement des relations diplomatiques entre le Maroc et la France, une entreprise française charge sa filiale espagnole de se lancer dans la concurrence pour le mégacontrat de l’Office national des Chemins de Fer...

Le Maroc veut 800 km de lignes TGV

Le Maroc a l’ambition d’étendre son réseau ferroviaire LGV (Ligne à grande vitesse) à 800 km. La concrétisation de ce souhait nécessitera la bagatelle de 100 milliards de dirhams.

Les travaux du TGV Kénitra-Marrakech lancés

L’Office national des chemins de fer (ONCF) vient de lancer un appel d’offres pour la réalisation des travaux de génie civil de la Ligne à grande vitesse (LGV) reliant Kenitra à Marrakech.

Le rail marocain au cœur d’une rivalité internationale

Les géants mondiaux du ferroviaire vont se livrer une rude concurrence pour le mégacontrat de l’Office National des Chemins de Fer (ONCF). Celui-ci a lancé un appel à concurrence pour acquérir 168 nouveaux trains, dont 18 trains à grande vitesse.

Maroc : Oujda sera relié par le TGV

L’Office national des Chemins de Fer (ONCF) nourrit de grandes ambitions pour le transport ferroviaire. En témoigne son plan ferroviaire dévoilé par Mohamed Abdeljalil, ministre des Transports et de la Logistique.

Le grand chantier du TGV Kénitra-Marrakech démarre

Le projet de Ligne à grande vitesse reliant Kenitra à Marrakech est entré dans sa phase active. L’Office national des chemins de fer (ONCF) vient de confier à six entreprises les travaux de déblaiement et de préparation du tracé de la ligne, pour un...

400 milliards pour TGV et trains au Maroc : Un vaste chantier pour relier 43 villes

Le Maroc va mobiliser 400 milliards de dirhams pour l’extension et la modernisation de son réseau ferroviaire. Un projet ambitieux qui connectera 43 villes du royaume.

Un nouveau pas vers la réalisation du TGV Kénitra-Marrakech

L’Office national des chemins de fer (ONCF) accélère la réalisation de la Ligne à grande vitesse (LGV) reliant Kénitra à Marrakech. Après les travaux de génie civil, ceux relatifs à l’installation du système de signalisation et de télécommunications...