Ultra-violence à Marseille : « les véritables barons de la drogue sont loin, au Maroc »

22 mai 2023 - 07h20 - France - Ecrit par : S.A

Alors que les véritables trafiquants de drogue sont au Maroc, en Algérie, à Dubaï, les moins malins « s’entretuent sur le terrain », à Marseille. Ce dimanche, plusieurs individus en voiture ont ouvert le feu, en direction d’un véhicule tuant trois personnes, avant de prendre la fuite.

« Les véritables barons de la drogue sont un peu plus malins que ceux qui s’entretuent sur le terrain puisqu’ils sont loin : Dubaï, Algérie, Sénégal ou encore Maroc. Autrefois, ces grands bandits avaient besoin d’être sur le terrain parce que sinon on ne leur obéissait pas. Aujourd’hui, les 20 plus gros narcotrafiquants français ne vivent plus en France. Sur le terrain, on a donc les équipes qui tiennent les petites PME de la distribution des stupéfiants », a affirmé Frédéric Ploquin, journaliste spécialiste du banditisme, sur franceinfo, après une nouvelle fusillade ayant fait trois morts à Marseille. En tout, 21 morts sur fond de règlements de comptes principalement liés à des trafics de drogue dans la ville.

À lire : Espagne : un Marocain baron de la drogue à Sebta, victime d’un règlement de comptes

« Pour avoir côtoyé certains de ces trafiquants et de ces nouveaux caïds, ils se sentent dans leur bon droit. Quand on parle avec eux, ils estiment légitime d’aller régler leurs conflits ou d’aller venger untel et ont une pratique de l’ultraviolence qui s’est totalement banalisée, qu’ils estiment juste et légitime et dont ils sont en plus relativement fiers. […] Ils sont capables de vous dire que ce sont des barbares et qu’ils assument. C’est à celui qui sera le plus barbare », explique le spécialiste », notant que qu’il y a en plus la question des réseaux sociaux qui propagent et amplifient, qui fait une sorte de publicité à cette ultra-violence. Il y a une volonté de montrer qu’on est le plus fort. »

À lire :Ibrahim Buselham, victime collatérale de la violence entre gangs à Sebta

Ploquin a par ailleurs affirmé que la police judiciaire de Marseille est aujourd’hui débordée par ces assassinats. « À chaque fois, il faut ouvrir une enquête criminelle qui demande du temps et des constatations et en attendant eux vont beaucoup plus vite. Ils résolvent les enquêtes criminelles à l’instant même où le crime se produit en éliminant celui que la justice aurait aimé voir dans le box des accusés aux assises pour le crime précédent, sauf que c’est trop tard il est déjà mort », a-t-il ajouté.

Sujets associés : Algérie - Drogues - Marseille - Dubaï - Trafic

Aller plus loin

Belgique : un Marocain victime d’un règlement de compte entre trafiquants de drogue

La maison du Marocain Marzouk Doudah, un dangereux criminel d’Anvers, a été attaquée samedi par des individus armés sur le Boomsesteenweg à Wilrijk en Belgique. Aucun blessé n’a...

Espagne : deux Marocains victimes d’un règlement de comptes entre trafiquants de drogue

La Garde civile a arrêté deux personnes pour leur implication présumée dans la fusillade enregistrée mardi dans la municipalité de Punta Umbría à Huelva, qui a fait un mort et...

Ferdaous, victime collatérale de règlements de comptes à Anvers

Une petite fille de 11 ans a été tuée lundi à Anvers dans une fusillade qui visait sa maison à Merksem. Membre d’une famille marocaine impliquée dans le trafic de drogue,...

Espagne : un Marocain baron de la drogue à Sebta, victime d’un règlement de comptes

La Garde civile a arrêté mercredi dans le port d’Algésiras le présumé auteur du meurtre de « Tayena », un Marocain considéré par la police comme le chef d’un réseau de trafic de...

Ces articles devraient vous intéresser :

Rabat-Salé-Kénitra : plus de 20 tonnes de drogue partent en fumée

Depuis le début de l’année, les services régionaux des douanes de Rabat-Salé-Kénitra ont déjà détruit plus de 20 tonnes de drogues saisies lors des différents contrôles effectués dans la région.

Boufa, la drogue qui terrifie le Maroc

Le Maroc mène des actions de lutte contre les drogues dont la « Boufa », une nouvelle drogue, « considérée comme l’une des plus dangereuses », qui « envahit certaines zones des villes marocaines, en particulier les quartiers marginaux et défavorisés. »

"L’boufa", la nouvelle menace pour la société marocaine

Le Maroc pourrait faire face à une grave crise sanitaire et à une augmentation des incidents de violence et de criminalité, en raison de la propagation rapide de la drogue «  l’boufa  » qui détruit les jeunes marocains en silence.

"Lbouffa" : La cocaïne des pauvres qui inquiète le Maroc

Une nouvelle drogue appelée « Lbouffa » ou « cocaïne des pauvres », détruit les jeunes marocains en silence. Inquiétés par sa propagation rapide, les parents et acteurs de la société civile alertent sur les effets néfastes de cette drogue sur la santé...

Le Maroc face à la menace de la « Poufa », la cocaïne des démunis

Le Maroc renforce sa lutte contre la « Poufa », une nouvelle drogue bon marché, connue sous le nom de cocaïne des pauvres », qui a non seulement des répercussions sociales, notamment la séparation des familles et une augmentation des suicides et des...

« L’Escobar du désert » fait tomber Saïd Naciri et Abdenbi Bioui

Plusieurs personnalités connues au Maroc ont été présentées aujourd’hui devant le procureur dans le cadre de liens avec un gros trafiquant de drogue. Parmi ces individus, un président de club de football.

Pufa, la "cocaïne des pauvres" qui déferle sur le Maroc

Pufa, la « cocaïne des pauvres » s’est installée progressivement dans toutes les régions du Maroc, menaçant la santé et la sécurité des jeunes. Le sujet est arrivé au Parlement.