Ibrahim Buselham, victime collatérale de la violence entre gangs à Sebta

7 mai 2023 - 21h50 - Espagne - Ecrit par : A.P

Ibrahim Buselham, 16 ans, a été tué le 15 avril 2022, lors d’une fusillade entre réseaux de trafic de drogues à Sebta. Le jeune homme a une victime collatérale de ce règlement de comptes entre gangs rivaux. Sa famille continue de réclamer justice.

Les règlements de compte entre réseaux de trafic de drogues sont devenus monnaie courante à Sebta depuis que les barons des réseaux Tweety et Tayenas ont pris d’assaut les quartiers modestes El Príncipe et Los Rosales de la ville autonome. Le 15 avril 2022, une fusillade a éclaté entre ces gangs rivaux. Ibrahim Buselham, un jeune homme de 16 ans qui était malheureusement au mauvais endroit au mauvais moment, a reçu une balle dans la tête. « Il n’avait rien à voir avec eux. S’il était passé là une minute plus tôt ou à cinq mètres plus loin, il ne serait pas mort », indiquent des sources policières à ABC.

À lire : Espagne : un Marocain baron de la drogue à Sebta, victime d’un règlement de comptes

La famille d’Ibrahim, qui continue de pleurer son départ brusque depuis plus d’un an, réclame justice. « Mon frère n’avait rien à voir avec eux. Ils se sont trompés », affirme Dina Buselham, la sœur de la victime qui déplore que la mort de son frère soit restée impunie à ce jour. « Son ami avait une relation avec les Tayenas. Ils les ont confondus. Les membres de ces deux gangs (Titi et Tayena) font ce qu’ils veulent. Ils peuvent vous tuer ou vous kidnapper. Ils sortent armés dans la rue. Il n’y a pas de loi. Ici, on tue comme dans un jeu vidéo », se désole-t-elle.

À lire : Ferdaous, victime collatérale de règlements de comptes à Anvers

Ibrahim a été enterré au cimetière de Sidi Embarek. Un an plus tard, les barons des deux gangs rivaux ont reçu la sentence divine, dirait-on. Tayena a été agressé avec une arme à feu à Los Barrios (Cadix), alors qu’il sortait de chez lui. Il a rendu l’âme à l’hôpital de La Línea. Dix jours plus tard, Tweety a été arrêté à Manilva. Une arrestation qui a relancé l’enquête sur le meurtre d’Ibrahim, une affaire entre-temps classée pour défaut de preuves. Les enquêteurs attendent de « voir comment ils (les gangs) se réorganisent. On ne sait pas si Tweety tentera de diriger depuis la prison ou si d’autres prendront sa place ».

Sujets associés : Drogues - Ceuta (Sebta) - Homicide - Trafic - Violences et agressions

Aller plus loin

Espagne : un Marocain victime d’un règlement de comptes entre trafiquants de drogue

Les restes des corps de Kamal Mohamed, un Marocain de Melilla, et Elisabeth Ramos, une Espagnole originaire d’Aspe (Alicante), ont été retrouvés dimanche 6 février dernier à...

Soissons : un Marocain condamné pour violences sur ses parents

Comparaissant pour des faits de violence envers ses parents à Soissons, un quinquagénaire marocain à la rue et alcoolique, a été condamné à 20 mois de prison ferme, dont six...

Ferdaous, victime collatérale de règlements de comptes à Anvers

Une petite fille de 11 ans a été tuée lundi à Anvers dans une fusillade qui visait sa maison à Merksem. Membre d’une famille marocaine impliquée dans le trafic de drogue,...

Espagne : deux Marocains victimes d’un règlement de comptes entre trafiquants de drogue

La Garde civile a arrêté deux personnes pour leur implication présumée dans la fusillade enregistrée mardi dans la municipalité de Punta Umbría à Huelva, qui a fait un mort et...

Ces articles devraient vous intéresser :

Le Maroc face à la menace de la « Poufa », la cocaïne des démunis

Le Maroc renforce sa lutte contre la « Poufa », une nouvelle drogue bon marché, connue sous le nom de cocaïne des pauvres », qui a non seulement des répercussions sociales, notamment la séparation des familles et une augmentation des suicides et des...

"Lbouffa" : La cocaïne des pauvres qui inquiète le Maroc

Une nouvelle drogue appelée « Lbouffa » ou « cocaïne des pauvres », détruit les jeunes marocains en silence. Inquiétés par sa propagation rapide, les parents et acteurs de la société civile alertent sur les effets néfastes de cette drogue sur la santé...

Le Maroc confronté à la réalité des violences sexuelles

Les femmes marocaines continuent de subir en silence des violences sexuelles. Le sujet est presque tabou au Maroc, mais la parole se libère de plus en plus.

Un Marocain de 14 ans poignardé dans le nord de l’Espagne

Un Marocain âgé de 14 ans se trouve actuellement dans un état grave à l’hôpital après avoir été poignardé à la jambe lors d’une altercation survenue à Saint-Jacques-de-Compostelle (Nord-ouest de l’Espagne).

Catalogne : un Algérien suspecté d’agression violente d’un Marocain arrêté

L’homme d’origine algérienne qui a violemment agressé un ressortissant marocain cette semaine dans le nord de l’Espagne a finalement été arrêté par la police. Un avis de recherche avait été émis le qualifiant d’individu « très dangereux ».

Maroc : il tue son père pour des cigarettes

Drame dans la commune d’Ait Amira. Un jeune homme a donné un coup de couteau mortel à son père après que ce dernier a refusé de lui donner de l’argent pour acheter un paquet de cigarettes.

Accusé de viol, Achraf Hakimi se sent « trompé et piégé », selon ses proches

Achraf Hakimi a été mis en examen vendredi pour viol. Le défenseur marocain du Paris Saint-Germain (PSG), qui nie les faits, est soutenu par sa famille et son club. Selon ses proches, il dit se sentir « trompé ».

Mohamed Ihattaren risque d’aller en prison

L’avocat de Mohamed Ihattaren, Hendriksen, confirme que le joueur d’origine marocaine est poursuivi en justice pour légère violence envers sa fiancée Yasmine Driouech en février dernier. La date de l’audience n’est pas encore connue.

Un Marocain tabassé par des videurs dans le nord de l’Espagne

Un jeune homme de 23 ans, médiateur culturel d’origine marocaine résidant à la Corogne, dans le nord-ouest de l’Espagne, a porté plainte, affirmant avoir été victime d’une agression racistede la part de deux videurs.

Un ancien joueur marocain condamné pour viol sur sa fille

L’ancien joueur néerlandais d’origine marocaine, Tarik Oulida, a été condamné par le tribunal de Marbella (Malaga) à deux ans et demi de prison pour abus sexuels sur sa fille.