Une "Marche vers la lumière" : La guerre contre l’analphabétisme

30 mai 2003 - 10h51 - Maroc - Ecrit par :

Un programme pluriannuel a été élaboré par le gouvernement pour être lancé en début du mois de mai courant (le 5 mai). Ce lancement a été, à plusieurs reprises, ajourné pour des problèmes de calendrier des ministres en charge de ce dossier. Mais, le hasard a voulu que les tambours de la guerre contre l’analphabétisme se fassent entendre après les actes terroristes perpétrés a Casablanca le 16 mai.

C’est d’une véritable guerre qu’il s’agit, puisque l’analphabétisme, ajouté à la misère, constituent des ingrédients, et non des moindres, pour former des bombes humaines.

C’est donc au milieu d’une atmosphère profondément marquée par les sinistres événements du 16 mai que le premier ministre, Driss Jettou, a présidé le mardi 27 mai à Rabat, la cérémonie de lancement d’un plan de grande envergure de lutte contre l’analphabétisme.

Un phénomène qui affecte environ la moitié de la population marocaine. Comme l’a souligné le 1er ministre dans son allocution, au Maroc, l’analphabétisme qualifié au passage par Driss Jettou de "phénomène choquant et d’alarmant", touche 12 millions de Marocains, soit 3 femmes sur 5 au niveau national, 2 femmes sur trois dans le monde rural et un enfant marocain sur trois.

Ces chiffres donnent la mesure de ce fléau qui nuit au développement économique et social du Maroc et le confine à la 123ème place dans le classement des pays en terme de degré du développement humain. Pour résoudre progressivement cette problématique, Driss Jettou, en reconnaissant le rôle primordial de l’Etat en matière d’alphabétisation, a appelé à travers le discours qu’il a prononcé devant des ministres, des responsables associatifs, des artistes, des représentants d’employeurs, d’ONG, de partis politiques, de services consulaires et d’ambassades, d’organismes internationaux..., à la conjugaison des efforts de tous pour parvenir aux objectifs tracés.

Au passage, il a déploré le fait qu’après 47 ans d’indépendance le taux d’analphabétisme au Maroc n’a que faiblement régressé malgré la décélération constatée d’une année à l’autre.

Le taux d’analphabétisme est passé au Maroc de 80% en 1960, à 48% en 1999. Appelé à juste titre Massirat Al Nour (marche vers la lumière), le vaste programmé annoncé par le 1er ministre et qui a été détaillé par la suite par Najima Rhozali Tai Tai, secrétaire d’Etat chargé de l’alphabétisation, devra marquer le début d’une véritable guerre au Maroc contre l’analphabétisme.

Parmi les objectifs tracés, les initiateurs de la "Marche vers la lumière" ambitionnent de ramener à la fin de 2004 le taux d’analphabétisme de 48% à 35%. A moyen terme, c’est à dire à l’horizon de 2010, ce taux devra être ramené à 20%, parallèlement à la garantie de l’éducation pour tous à cette échéance.

A l’horizon 2015, on a placé la barre très haut puisque cette année devra connaître, si tout va bien, l’éradication totale de l’analphabétisme au Maroc.

Auparavant, la campagne nationale d’alphabétisation lancée pour cette année, vise à alphabétiser 570.000 bénéficiaires dans le cadre d’une opération dite générale.

A cela devront s’ajouter les bénéficiaires des programmes ciblés destinés aux opérateurs publics (146.000 bénéficiaires), aux associations (269.000 bénéficiaires) ainsi qu’aux entreprises (15.000 bénéficiaires).

C’est surtout sur les moyens matériels et humains du Ministère de l’Education Nationale et de la Jeunesse qu’on compte le plus pour sortir une large frange de la population des ténèbres de l’ignorance vers les lumières du savoir. Et ce n’est pas là une mince affaire.

L’opinion, Maroc

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Education - Développement - Alphabétisation

Ces articles devraient vous intéresser :

Mohammed VI : ses succès et ses défis

Le roi Mohammed VI a fêté en août ses 60 ans et ses 24 ans de règne. Son fils Moulay Hassan, prince héritier, soufflait quelques mois plus tôt, le 8 mai, ses 20 bougies. À un an de ses 21 ans, âge requis pour être roi, les inquiétudes quant à la santé...

L’apprentissage de l’anglais dans l’enseignement supérieur, une priorité pour le Maroc

Le Maroc accorde une place de choix à l’apprentissage de l’anglais dans l’enseignement supérieur. Une réforme est en cours.

Femmes ingénieures : le Maroc en avance sur la France

Au Maroc, la plupart des jeunes filles optent pour des études scientifiques. Contrairement à la France, elles sont nombreuses à intégrer les écoles d’ingénieurs.

Maroc : constat inquiétant pour les élèves

L’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) a publié les résultats du Programme international pour le suivi des acquis des élèves (PISA) pour 2022, révélant des difficultés majeures dans l’apprentissage au sein de l’école...

Maroc : les écoles privées veulent augmenter les frais de scolarité

Les écoles privées au Maroc menacent d’augmenter les frais de scolarité d’environ 5 %, ce qui leur permettra de récupérer le montant de l’Impôt sur le revenu (IR) pour les enseignants vacataires, qui est passé de 17 à 30 % depuis le 1ᵉʳ janvier de...

Les recommandations de la banque mondiale au Maroc

La banque mondiale a formulé quelques recommandations consignées dans son dernier rapport sur le climat et le développement (CCDR) du Maroc.

Les Marocains du monde, des compétences « sous-exploitées » par le Maroc

Les Marocains résidant à l’étranger (MRE) contribuent faiblement au développement du Maroc. Pourtant, leurs compétences sont nécessaires pour relever les défis économiques et socioculturels du royaume.

Maîtrise de l’anglais : le Maroc à la traîne

Alors que les Marocains délaissent de plus en plus le français pour l’anglais, le Maroc est encore à la traîne quant à la maitrise de langue de Shakespeare.

Pénurie de médecins au Maroc : Le système de santé à bout de souffle

La pénurie de médecins persiste au Maroc. Par ailleurs, la réduction de la durée de formation en médecine suscite actuellement une vive protestation de la part des étudiants.

L’anglais s’impose peu à peu dans l’école marocaine

Petit à petit, l’insertion de l’anglais dans l’enseignement se généralise au Maroc. Après le primaire, c’est au tour du collège, selon un communiqué du ministère de l’Éducation nationale dès la prochaine année scolaire.