L’Union Européenne brise le tabou des droits humains au Maroc

13 janvier 2023 - 23h50 - Belgique - Ecrit par : Bladi.net

Le Parlement Européen tiendra la semaine prochaine une séance plénière pour discuter des droits humains au Maroc, une première en 25 ans. Cette décision a été prise suite au scandale de corruption « MoroccoGate » qui a touché l’institution européenne, et une résolution d’urgence sera soumise au vote mardi prochain.

Le cas d’Omar Radi, journaliste marocain critique et emprisonné en 2021 pour des accusations de viol et d’espionnage, sera discuté dans l’hémicycle de Strasbourg. Amnesty International a dénoncé un procès inéquitable. Selon l’eurodéputé The Left Miguel Urban, cette position inhabituelle est due à la pression des groupes politiques sociaux-démocrates S&D et The Left, qui ont poussé pour cette résolution, malgré leur position pliée aux intérêts du Maroc jusqu’à présent. Cela est dû, selon lui, au rôle clé que joue le Maroc dans le contrôle des flux migratoires, du terrorisme et d’autres aspects géostratégiques, écrit le journal belge Le Soir.

A lire : Scandale au parlement européen : voici la réaction du Maroc

Une source au sein de l’institution européenne a déclaré que le scandale de corruption MoroccoGate a ouvert la voie à ce débat sur les droits humains au Maroc au Parlement européen, cette résolution ouvrant ainsi une brèche dans un grand tabou politique qui existait jusqu’à présent, malgré les articles de presse qui ont évoqué l’implication du Maroc.

Ce projet de résolution sur les droits humains au Maroc, d’après un porte-parole du groupe politique S&D, était en cours d’élaboration depuis un moment, mais il n’a pas donné de précisions. Il a également rappelé que le groupe a demandé et soutenu plusieurs résolutions d’urgence sur le Maroc ces dernières années, en citant les cas des journalistes marocains Maati Monjib et Omar Radi, ainsi que l’utilisation de mineurs par les autorités marocaines dans la crise migratoire de Ceuta.

A lire : Le Maroc cité dans le scandale de corruption au Parlement européen

Le scandale a démarré avec l’arrestation en Belgique de Pier Antonio Panzeri, ancien leader syndical et ex-eurodéputé de gauche, pour soupçon de corruption dans le cadre d’une enquête qui ébranle le Parlement européen. Il est soupçonné d’être « intervenu politiquement auprès de députés européens en faveur du Qatar et du Maroc, contre paiement. » Les enquêteurs ont trouvé 600 000 euros en liquide dans son appartement à Bruxelles et sa femme et sa fille sont soupçonnées d’être au courant de ces activités illégales et même d’avoir participé au transport de cadeaux reçus de la part de l’ambassadeur marocain en Pologne, Abderrahim Atmoun. Les documents judiciaires indiquent que Panzeri et Atmoun étaient de « bons amis » et se retrouvaient régulièrement en tant que coprésidents d’un organe d’échanges entre les Parlements européen et marocain. L’enquête est toujours en cours

Sujets associés : Union européenne - Amnesty international (AI) - Maâti Monjib - Omar Radi

Aller plus loin

Scandale au parlement européen : voici la réaction du Maroc

Le Maroc, à travers le ministre des Affaires étrangères, a réagi à l’enquête ouverte suite au scandale de corruption présumé au parlement européen, dans lequel il serait impliqué.

Nouvelles révélations sur le Maroc dans le scandale de corruption au parlement européen

Le scandale de corruption surnommé « Qatargate » qui a ébranlé le parlement européen peu avant les vacances de Noël, livre peu à peu ses secrets. Le nom de l’ancienne...

Le Maroc cité dans le scandale de corruption au Parlement européen

La police belge a arrêté Pier Antonio Panzeri, ancien leader syndical et ex-eurodéputé de gauche soupçonné d’être « intervenu politiquement auprès de députés européens en faveur...

« La France n’est pas en crise avec le Maroc », assure Paris

À l’occasion de la visite de Catherine Colonna au Maroc, elle a annoncé le retour à la normale des relations entre Rabat et Paris. Mais cet apaisement des tensions est remis en...

Ces articles devraient vous intéresser :

Accord de pêche Maroc - UE : inquiétude en Andalousie

Alors que l’accord de pêche entre l’Union européenne et le Maroc, essentiel pour la province andalouse de Cadix, approche de son terme le 17 juillet, l’angoisse grandit au sein des équipages de pêche andalous. Ces derniers, qui dépendent des eaux...

Josep Borrell « indésirable » à Rabat

Le ministre marocain des Affaires étrangères, Nasser Bourita, a annulé une réunion prévue en septembre à Rabat avec le haut représentant de l’Union européenne (UE) pour la politique étrangère, Josep Borrell, la jugeant « inappropriée » après la récente...

Les engrais du Maroc, à teneur élevée en cadmium, interdits dans l’UE

Les engrais phosphatés du Maroc et d’autres pays contenant plus de 60 milligrammes de cadmium par kilo ne sont plus autorisés sur le marché de l’Union européenne, selon une décision communautaire récemment entrée en vigueur.

Le Maroc déterminé à renouveler l’accord de pêche avec l’UE

Réagissant au sujet de l’accord de pêche avec l’Union européenne qui expire le 17 juillet, le ministre marocain de l’Agriculture et de la pêche, Mohamed Sadiki, a assuré mercredi que le Maroc « est prêt à tout scénario » et utilisera « une autre règle...

Camions attaqués en Europe : le Maroc hausse le ton

Le ministre marocain des Affaires étrangères, Nasser Bourita, a dénoncé lundi les récentes attaques d’agriculteurs européens contre des cargaisons de fruits et légumes marocains, faisant observer que l’Union européenne (UE) tire davantage profit de...

Immigration : le Maroc recevra 500 millions d’euros d’aide de l’Europe

Le Maroc recevra une enveloppe d’au moins 500 millions d’euros de la part de l’Union européenne pour renforcer ses actions dans la lutte contre l’immigration clandestine. Cette aide couvrira la période 2021-2027.

Engrais : l’Europe mise sur le Maroc

Face à la flambée des prix des matières premières liée à la crise à la guerre en Ukraine, l’Europe envisage d’augmenter ses importations d’engrais au Maroc. 40 % des importations européennes de phosphate provenaient du royaume.

L’Espagne mène la vie dure aux MRE

Les Marocains résidant à l’étranger (MRE) qui prévoient de retourner dans leurs pays de résidence après avoir passé les vacances d’été au Maroc se voient interdits de transporter certains produits.

Le Maroc dans le Top 10 mondial des fournisseurs de fruits surgelés

Le Maroc a quadruplé ses exportations de framboise surgelée vers l’Union européenne (UE) en deux ans, passant de 3 600 tonnes en 2020 à 16 700 tonnes en 2022.

Accord de pêche : le Maroc et l’UE font le point

La quatrième Commission mixte de l’Accord de partenariat dans le domaine de la pêche durable entre l’Union européenne et le Maroc s’est réunie les 9 et 10 novembre à Rabat.