Veolia quitte le Maroc

6 août 2011 - 05h53 - France - Ecrit par : J.L

Ebranlée par une forte dépréciation de ses résultats semestriels qui a atteint 800 millions d’euros, le géant français Veolia vient d’annoncer qu’il compte abandonner son activité transport au Maroc.

Le numéro un mondial des services à l’environnement préfère aujourd’hui concentrer ses activités "sur moins de 40 pays contre 77 aujourd’hui et ce dès 2013", afin de réduire ses coûts de fonctionnement d’environ 300 millions d’euros à l’horizon 2015, annonce Veolia dans un communiqué rendu public jeudi.

Le titre Veolia termine cette semaine à son niveau le plus bas depuis cinq ans, soit un repli de 3,9%, alors que sa capitalisation boursière a fondu de 3,54 milliards d’euros depuis le 22 juillet dernier.

Le groupe, qui a réalisé un chiffre d’affaires de 34,8 milliards d’euros en 2010, défraie la chronique au Maroc et a été parmi les bêtes noires des mouvements de protestation dans le pays.

A Rabat, sa filiale de transport public, Stareo, qui s’était adjugé le marché du transport urbain de la ville en 2009, a déjà déposé son bilan. La raison serait le manque de connaissance du marché local. Cette méconnaissance aurait coûté au total à la filiale transport de Veolia, 440 millions de dirhams.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : France - Bourse - Rabat - Transports - Veolia - Stareo - Transport en commun

Ces articles devraient vous intéresser :

Location de voitures au Maroc : Nouvelles règles plus sévères

Depuis ce lundi 15 avril, les agences de location de voitures au Maroc ont l’obligation de se conformer à un nouveau cahier des charges relatif aux conditions d’investissement dans le secteur.

Ultimatum pour Veolia au Maroc après la fusion avec Suez

Au Maroc, Veolia, géant français de l’eau et de la gestion des déchets, est dans de sales draps. À l’origine de ses ennuis, la cession de la Lyonnaise des eaux de Casablanca (Lydec), ex-filiale marocaine de Suez chargée de la distribution d’eau et...

Le Maroc lance un renouvellement généralisé des bus

Le ministère du Transport et de la Logistique annonce la création de deux programmes de renouvellement du parc de transport routier au cours des exercices 2024, 2025 et 2026.

Maroc : Les VTC, un nouveau cauchemar pour les taxis ?

Les applications de VTC (Voiture de Transport avec Chauffeur) comme InDrive ou Yassir gagnent en popularité au Maroc, mais leur statut juridique reste flou. Des voix s’élèvent au sein de l’opposition parlementaire et de la société civile pour réclamer...

Au Maroc, les taxis clandestins dans le viseur du gouvernement

Abdelouafi Laftit, ministre de l’Intérieur, dit mener une lutte implacable contre les taxis clandestins, notamment les utilisateurs des applications intelligentes de transport qui n’ont pas obtenu de licence pour exercer.

Du nouveau pour le TGV Agadir-Marrakech

L’Office national des chemins de fer (ONCF) a confié au bureau d’études LPEE les travaux de reconnaissance géologique, hydrogéologique et géotechnique nécessaires aux études d’avant-projet sommaire (APS) de la liaison ferroviaire grande vitesse...

La CTM rachète Africa Morocco Link

Le groupe d’Othman Benjelloun, O Capital Group, redistribue les cartes dans le secteur du transport maritime marocain. La Compagnie de Transports au Maroc (CTM) s’empare en effet de la participation majoritaire (51 %) d’Africa Morocco Link (AML)...

Casablanca : les taxis en colère contre les ... motos-taxis

Certaines applications dont “InDrive” ont commencé à proposer des services de transport de passagers à moto dans certaines villes comme Casablanca. Les professionnels du secteur s’insurgent contre cette nouvelle pratique et appellent les autorités à...

Maroc : 32 villes dotées de 3 500 bus flambant neufs

Le Maroc va mobiliser 10 milliards de dirhams pour l’acquisition d’une flotte de 3 500 bus de transport urbain au profit de 32 villes sur la période 2024-2029, a annoncé lundi Abdelouafi Laftit, ministre de l’Intérieur.

Maroc : des taxis plus propres et moins polluants

Le Maroc a mis en place des mesures et des mécanismes afin de réduire les émissions de gaz polluants générées par la mobilité du parc de taxis, a affirmé Abdelouafi Laftit, ministre de l’Intérieur au Parlement.