Vie et parcours du narco-trafiquant marocain « El Nene »

4 avril 2023 - 20h10 - Espagne - Ecrit par : A.P

Mohamed Taieb, surnommé El Nene, baron de la drogue assassiné en 2014 en Espagne et dont le corps n’a jamais été retrouvé, aura révolutionné le trafic de drogues dans le détroit.

« El Nene » a été arrêté pour la première fois en 1989, à l’âge de 14 ans, alors qu’il transportait des kilos de haschisch pour un gang local. À 16 ans, il a acheté son premier bateau et a créé sa propre organisation. Près de dix ans plus tard, en 1998, il a été à nouveau arrêté en possession de ballots de résine de cannabis. Considéré à 22 ans comme « l’un des plus importants trafiquants de haschisch marocain », Mohamed Taieb avait commencé à bâtir son empire depuis sa ville natale de Sebta. Né en 1975 dans le quartier Poblado de Sanidad de la ville autonome, El Nene a servi d’intermédiaire entre les chefs d’environ 70 réseaux et une trentaine de barons de la drogue dans les villes espagnoles du Campo de Gibraltar et de la Costa del Sol, le littoral entre Cadix et Malaga.

À lire : Un témoin fait des révélations sur la mort du narcotrafiquant « El Nene »

Ayant la nationalité espagnole, Taieb qui parle l’arabe, pouvait aller au Maroc et revenir à Sebta à sa guise. En une seule nuit, il était capable de mener trois à quatre opérations de transfert de drogues. Ce qui lui a permis de se faire beaucoup d’argent. Dans les années 90, il a mis au point une méthode qui a révolutionné le trafic de drogues dans le détroit. Elle consiste à mettre plusieurs bateaux à l’eau mais à ne charger qu’un seul, réduisant ainsi les risques d’être interceptés. C’est ainsi qu’El Nene a fait fortune et n’hésitait pas à se faire plaisir dans des soirées arrosées dans les villes de la Costa del Sol ou en achetant des montres de luxe dans les boutiques de Puerto Banús, à Marbella.

À lire : L’Espagne refuse d’extrader "El Nene"

El Nene, qui faisait l’objet de plusieurs procédures judiciaires en cours pour trafic de drogue et tentative d’assassinat, était la principale cible des autorités espagnoles et marocaines qui menaient une lutte farouche contre le trafic de drogues dans le détroit. Il a été arrêté en 2000 à Sebta et condamné à une peine de quatre ans de prison pour un délit contre la santé publique. L’Intérieur a demandé son transfert à Madrid, mais il a réussi à faire suspendre ce transfert à plusieurs reprises. Puis, il réussit à s’évader et rejoindre le Maroc en octobre 2001, d’où il continue à gérer son réseau. L’Espagne demande au Maroc de l’extrader. Mais les autorités marocaines refusent au motif que le fugitif n’est pas Espagnol mais Marocain et qu’il s’appelle Mohamed el Ouazzani.

À lire : Disparition d’El Nene : les contrôles aux frontières renforcés

Arrêté en 2003 dans le cadre d’une fusillade entre gangs rivaux à Tétouan, El Nene a été condamné à huit ans de prison pour ces altercations et une affaire de trafic de drogue. Il vivait dans le confort en prison et soudoyait les gardes pour avoir tout ce qu’il désirait. Il sera ensuite transféré à la prison de Kenitra d’où il réussit à s’évader le 7 décembre 2005, trois mois après son arrivée, à la faveur d’une permission de sortie irrégulière obtenue avec la complicité des agents. Le caïd rejoint Sebta à bord d’un jet ski. Les agents pénitentiaires marocains qui ont contribué à son évasion ont été condamnés à des peines allant de deux à quatre ans de prison.

À lire : "El Nene", le plus grand narcotrafiquant marocain, aurait été assassiné

Faisant l’objet d’un mandat d’arrêt international émis par le Maroc, Mohamed Taieb a été arrêté le 24 avril 2006, alors qu’il circulait à Sebta dans une BMW au nom de son frère. Quelques semaines plus tard, il a été extradé au Maroc pour purger sa peine de huit ans d’emprisonnement. Selon des sources policières marocaines, El Nene, à son arrivée au Maroc, a été emmené dans un endroit secret et torturé, avant d’être enfermé pendant plusieurs mois dans une prison souterraine, sans aération ni lumière. Il a aussi réussi à corrompre les agents de centre pénitentiaire. À sa sortie, il n’était plus le même, se plaint un proche du trafiquant, précisant qu’il est devenu plus violent. « Il était déjà quelqu’un d’autre avant de mourir. Le Nene que j’ai connu quand j’étais jeune n’était pas celui qui a été mangé par les poissons ».

Sujets associés : Espagne - Drogues - Décès - El Nene - Trafic - Haschich

Aller plus loin

L’Espagne refuse d’extrader "El Nene"

Le trafiquant de drogue Mohmed El Ouazzani alias "El Nene" ne sera pas extradé par l’Espagne vers le Maroc.

"El Nene", le plus grand narcotrafiquant marocain, aurait été assassiné

Mohamed Taieb, dit Mohamed El Ouazzani, alias « El Nene », l’un des plus grands narcotrafiquants d’origine marocaine, aurait été victime d’un guet-apens au nord du Maroc et plus...

De retour du Maroc, un trafiquant de drogue en cavale arrêté à Dubaï

Alors qu’il revenait d’un voyage au Maroc, un trafiquant de drogue anversois en cavale, déjà condamné dans l’affaire The Hotdog Factory a été arrêté à Dubaï, aux Emirats arabes...

Disparition d’El Nene : les contrôles aux frontières renforcés

Le poste-frontière de Tarajal séparant le Maroc de la ville autonome de Sebta est sous haute surveillance, aussi bien du côté marocain que du côté espagnol. En cause, la...

Ces articles devraient vous intéresser :

Rabat-Salé-Kénitra : plus de 20 tonnes de drogue partent en fumée

Depuis le début de l’année, les services régionaux des douanes de Rabat-Salé-Kénitra ont déjà détruit plus de 20 tonnes de drogues saisies lors des différents contrôles effectués dans la région.

Un enfant de 4 ans meurt à la gare de Rabat-Agdal : réaction (tardive) de l’ONCF

Plusieurs semaines après la mort d’Omar, garçonnet de 4 ans, à la gare Rabat Agdal, l’ONCF a finalement décidé de réagir.

Pufa, la "cocaïne des pauvres" qui déferle sur le Maroc

Pufa, la « cocaïne des pauvres » s’est installée progressivement dans toutes les régions du Maroc, menaçant la santé et la sécurité des jeunes. Le sujet est arrivé au Parlement.

"L’boufa", la nouvelle menace pour la société marocaine

Le Maroc pourrait faire face à une grave crise sanitaire et à une augmentation des incidents de violence et de criminalité, en raison de la propagation rapide de la drogue «  l’boufa  » qui détruit les jeunes marocains en silence.

Décès de Hamidou Laanigri, un pilier de l’armée marocaine

Hamidou Laanigri, général de corps de division, est décédé ce dimanche 10 septembre à Rabat, à l’âge de 84 ans.

Hassan II : Gilles Perrault, auteur de « Notre ami le roi » est décédé

L’écrivain et militant Gilles Perrault, connu notamment pour son ouvrage « Notre ami le roi », sur le roi Hassan II, est décédé à l’âge de 92 ans d’un arrêt cardiaque, selon des informations communiquées par sa famille.

Maroc : plaidoyer pour en finir avec les chiens errants

La prolifération des chiens errants dans les villes marocaines soulève de plus en plus l’inquiétude des populations, qui réclament des mesures urgentes et efficaces. Des appels se multiplient pour résoudre définitivement cet épineux problème.

Le chanteur marocain Abdellah El Daoudi en deuil

Le chanteur marocain Abdellah El Daoudi vient d’annoncer une triste nouvelle dans un message publié sur les réseaux sociaux.

Ayoub, 16 ans : l’impossible deuil après le séisme au Maroc

Ayoub, 16 ans, est l’un des survivants du puissant et dévastateur séisme qui a touché une partie du Maroc dans la nuit du 8 septembre. Il a perdu cinq membres de sa famille dans la catastrophe.

Le Maroc pleure la mort de la "fille de la lune" Fatima Ezzahra Ghazaoui

Fatima Ezzahra Ghazaoui, 31 ans, star marocaine des réseaux sociaux, a perdu son combat contre la Xeroderma pigmentosumn, une maladie génétique rare à l’origine d’une hypersensibilité aux rayonnements ultraviolets, qui interdit toute exposition au soleil.