Voici les prénoms les moins susceptibles de décrocher la mention «  Très bien  » au Bac

14 juillet 2020 - 06h30 - France - Ecrit par : S.A

Après la proclamation des résultats du Baccalauréat 2020 en France, le sociologue Baptiste Coulmont a commenté les prénoms qui ont le plus souvent la mention «  Très bien  » au Bac et ceux qui ont moins de chance d’en avoir.

D’entrée, le sociologue a fait savoir que les filles ont plus obtenu la mention «  Très bien  » que les garçons. Autre constat : il y a 60 prénoms plus présents que les autres parmi les détenteurs de cette mention. L’universitaire cite quelques-uns. Les prénoms féminins qui arrivent en tête sont : Joséphine, Adèle, Anouk, Apolline, Garance, Diane, Alice, Iris, Jeanne, Lison. Quant aux prénoms masculins qui brillent au Bac, on a entre autres, Gaspard, Augustin, Emile, Timothée, Félix, Etienne, Alban, Grégoire, Mathieu, Martin.

Baptiste Coulmont désigne en dernière loge les prénoms qui ont moins de chance d’obtenir la mention «  Très bien  ». On retient : Jordan, Rayan, Allan, Walid, et Mehdi.

Cette année, le taux de réussite au bac est de 95.7 % après le rattrapage. Un score très élevé. L’examen s’est déroulé de façon particulière en raison de la pandémie du Covid-19.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : France - Education

Ces articles devraient vous intéresser :

Maîtrise de l’anglais : le Maroc à la traîne

Alors que les Marocains délaissent de plus en plus le français pour l’anglais, le Maroc est encore à la traîne quant à la maitrise de langue de Shakespeare.

Mohammed VI nomme les membres du Conseil Supérieur de l’Éducation

Le roi Mohammed VI a procédé mercredi à la nomination des membres du Conseil Supérieur de l’Éducation, de la Formation et de la Recherche Scientifique (CSEFES). Cet organe composé de 20 membres a pour objectif de définir les politiques publiques dans...

Après le séisme, le défi éducatif du Maroc sous les tentes

Après le puissant et dévastateur tremblement de terre du 8 septembre, les enfants marocains se rendent à l’école et reçoivent les cours sous des tentes. Certains ont du mal à s’adapter, tandis que d’autres tentent d’« oublier la tragédie ».

Pénurie de médecins au Maroc : Le système de santé à bout de souffle

La pénurie de médecins persiste au Maroc. Par ailleurs, la réduction de la durée de formation en médecine suscite actuellement une vive protestation de la part des étudiants.

Maroc : constat inquiétant pour les élèves

L’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) a publié les résultats du Programme international pour le suivi des acquis des élèves (PISA) pour 2022, révélant des difficultés majeures dans l’apprentissage au sein de l’école...

Écoles privées au Maroc : mauvaise nouvelle pour les parents

Mauvaise nouvelle pour des parents d’élèves au Maroc. Des écoles privées prévoient d’augmenter encore leurs frais de scolarité à la rentrée prochaine.

Maroc : les gifles toujours présentes à l’école

Une récente enquête du Conseil supérieur de l’éducation, de la formation et de la recherche scientifique (CSEFRS) lève le voile sur la persistance de pratiques de punitions violentes dans les établissements scolaires marocains.

Université Paris-Dauphine : propos racistes envers une étudiante voilée

Une étudiante voilée a été victime de propos racistes de la part d’une intervenante du jury lors d’une soutenance de fin d’année à l’Université Paris-Dauphine.

L’enseignement de la langue amazighe généralisé dans les écoles marocaines

Le ministère de l’Éducation nationale, du Préscolaire et des Sports vient d’annoncer son plan de généralisation de l’enseignement de la langue amazighe dans tous les établissements du primaire d’ici à l’année 2029-2030.

Maroc : les écoles privées veulent augmenter les frais de scolarité

Les écoles privées au Maroc menacent d’augmenter les frais de scolarité d’environ 5 %, ce qui leur permettra de récupérer le montant de l’Impôt sur le revenu (IR) pour les enseignants vacataires, qui est passé de 17 à 30 % depuis le 1ᵉʳ janvier de...