Yasmina Khadra s’en prend à Tahar Ben Jelloun (vidéo)

7 février 2021 - 09h00 - Culture - Ecrit par : S.A

Accusé d’être «  un imposteur  », l’écrivain algérien Yasmina Khadra répond à son confrère, le Marocain Tahar Ben Jelloun. Il lui reproche notamment de s’être servi de ses réseaux dans les institutions littéraires françaises pour lui barrer la voie de l’ascension.

«  Après vingt ans de silence, ne voyant personne s’assagir et tenter de renoncer à la vilénie, j’ai été contraint de dénoncer les manœuvres inqualifiables d’un écrivain que j’ai toujours respecté et qui s’est avéré être indigne de considération. J’ai nommé Tahar Ben Jelloun  », a déclaré Yasmina Khadra (de son vrai nom Mohamed Moulessehoul) dans un entretien à TV5 Monde.

«  Quand vous avez un écrivain de renom, connu dans le monde entier, prix Goncourt, membre influent de l’Académie Goncourt, qui s’appelle Tahar Ben Jelloun, qui raconte partout depuis 20 ans, de janvier 2001 jusqu’à ce matin, que je suis un imposteur, que ce n’est pas moi qui écris mes livres, qu’il connait mon nègre. À travers ça, trouver toutes sortes de diffamations, d’affabulations, d’élucubrations les plus chimériques, alors j’ai écrit ce livre («  Le baiser et la morsure  », NDLR)  », a détaillé l’écrivain algérien.

Il reproche notamment à l’écrivain marocain de lui avoir barré la voie de l’ascension. «  Les miens se posent pas mal de questions. Ils commencent à douter. Un bonhomme exclu de l’ensemble des institutions littéraires françaises et des jurys (littéraires). Mon dernier livre, Le sel de tous les oublis, a été bloqué par toutes les télés et radios françaises  », a-t-il fait savoir.

Sujets associés : Algérie - Tahar Ben Jelloun - Vidéos

Aller plus loin

Tahar Ben Jelloun pour l’apprentissage de l’arabe à l’école

L’écrivain franco-marocain Tahar Ben Jelloun s’invite dans le débat sur l’apprentissage de l’arabe à l’école. Il a déclaré sur Europe 1 que l’intégration de l’arabe dans...

Tahar Ben Jelloun n’a pas le coronavirus

Tahar Ben Jelloun a tenu à rassurer ceux qui ont pu lire entre les lignes d’un texte qu’il a publié, qu’il est atteint du coronavirus.

Ces articles devraient vous intéresser :