Aawatif Hayar met fin à la polémique

10 décembre 2021 - 12h40 - Maroc - Ecrit par : S.A

Sous le feu des critiques pour avoir nommé son mari directeur de son cabinet puis conseiller, Aawatif Hayar, ministre de la Solidarité, vient de mettre fin à la polémique. Son conjoint a quitté le ministère.

El Mkaddem Kheddioui, l’époux de la ministre de la Solidarité, Aawatif Hayar, a définitivement quitté le ministère, rapporte Al Ahdath Al Maghribia. Son épouse est accusée de népotisme pour l’avoir nommé à la tête de son cabinet puis conseiller. Deux différentes nominations qui étaient vues d’un mauvais œil par des responsables au sein du ministère, notamment son secrétaire général.

À lire : Accusée de népotisme, la maire de Rabat réagit

Il est reproché à la représentante du parti de l’Istiqlal dans le gouvernement d’Aziz Akhannouch d’avoir confié à son conjoint de grandes responsabilités et prérogatives au sein du ministère, notamment la supervision de la mise en œuvre du nouveau modèle de développement dans les secteurs de la solidarité, de l’insertion sociale et de la famille.

Face à la polémique, El Mkaddem Kheddioui a dû de quitter le ministère.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Administration - Ministère de la Solidarité, de la Femme, de la Famille et du Développement social

Aller plus loin

Accusée de népotisme, la maire de Rabat réagit

La maire de Rabat, Asmaa Rhlalou a réagi aux accusations de népotisme. La nomination de son époux en tant qu’avocat du Conseil de la ville devant le tribunal administratif a...

L’entourage d’Aawatif Hayar dément le recrutement de son beau-frère

L’entourage de la ministre de la Solidarité, de l’Insertion sociale et de la Famille, Aawatif Hayar, apporte un démenti formel à l’information selon laquelle elle a recruté son...

Fatim-Zahra Ammor critiquée pour ses déplacements internationaux

Alors que le Maroc a suspendu tous les vols directs de passagers à destination du royaume, pour une durée de deux semaines à cause de la propagation rapide du nouveau variant du...

Ces articles devraient vous intéresser :

Le Maroc en guerre contre les « fonctionnaires fantômes »

La ministre déléguée chargée de la Transition numérique, Ghita Mezzour, a déclaré que le Maroc dispose d’un important arsenal juridique pour lutter contre le phénomène des « fonctionnaires fantômes ».

Taxis au Maroc : Fini les arnaques ?

Au Maroc, de nombreuses licences ont été retirées aux chauffeurs de taxi qui ne sont pas en règle. Abdelouafi Laftit, ministre de l’Intérieur, assure que son département s’évertue à soutenir et à accompagner diverses initiatives visant à moderniser les...

Booking dicte sa loi aux hôtels marocains

La plateforme de réservation en ligne, Booking.com continue de dicter sa loi aux hôteliers marocains, ainsi qu’aux agences de voyages, provoquant d’énormes pertes économiques.

Maroc : mise en garde contre les constructions illégales

Abdelouafi Laftit, ministre de l’Intérieur, a apporté des clarifications au sujet des démolitions dans les zones côtières.

Voici le nombre de fonctionnaires civils au Maroc

Les données inscrites dans le rapport sur les ressources humaines accompagnant le projet de loi de finances (PLF) de l’année 2023 indiquent que le Maroc compte 565 429 fonctionnaires civils cette année.

Maroc : ces régions oubliées de l’internet

Lors d’un débat organisé par le Parti Authenticité et Modernité (PAM), Ghita Mezzour, ministre de la transition numérique et de la réforme de l’administration, a révélé la part du territoire marocain sans couverture internet.

Marrakech veut en finir avec la mendicité et les SDF

La ville de Marrakech mène une lutte implacable contre la mendicité professionnelle et le sans-abrisme, qui porte déjà ses fruits. À la manœuvre, la Direction générale de la sûreté nationale (DGSN) et la brigade touristique.

Maroc : révision de l’impôt sur le revenu

Le gouvernement marocain, via son porte-parole Mustapha Baitas, a annoncé une révision de l’Impôt sur le revenu (IR) avec pour objectif d’augmenter les revenus des employés et fonctionnaires.

Maroc : la retraite à 65 ans ?

Alors que les députés de l’opposition rejettent le projet du gouvernement d’Aziz Akhannouch de porter l’âge de la retraite à 65 ans, Younes Sekkouri, le ministre de l’Intégration économique, de la Microentreprise, de l’Emploi et des Compétences, dément...

Maroc : des centres pour former les futurs mariés

Aawatif Hayar, la ministre de la Solidarité, de l’intégration sociale et de la famille, a annoncé vendredi le lancement, sur l’ensemble du territoire du royaume, de 120 centres « Jisr » dédiés à la formation des futurs mariés sur la gestion de la...