Interdiction d’abattage des vaches laitières : le gouvernement s’explique

22 novembre 2022 - 12h20 - Maroc - Ecrit par : A.T

Face à une polémique qui enfle, le gouvernement a apporté des clarifications concernant la décision d’interdiction d’abattre les vaches laitières.

L’objectif de cette mesure d’interdiction de l’abattage des veaux de moins de quatre ans est de préserver ces races pour assurer l’approvisionnement du marché local en lait et ses dérivés, surtout avec la récente crise qui a fait surface, indique une lettre du ministère de l’Agriculture, adressée aux directeurs régionaux.

Cette décision ne concerne que les races laitières connues comme (Holstein et montbéliarde), tient à préciser le document. Et d’ajouter que l’interdiction d’abattre des vaches laitières femelles de moins de quatre ans ne signifie pas que la viande rouge est interdite sur le marché.

A lire : Pénurie de lait : les éleveurs marocains lancent un cri de détresse

Rappelons qu’au lendemain de l’annonce de cette mesure, les représentants syndicaux du secteur de la viande rouge des abattoirs urbains de Casablanca ont exprimé leur mécontentement, la qualifiant d’ « injuste ». Selon eux, cela empêcherait l’abattage des vaches femelles de moins de quatre ans, compromettant la sécurité alimentaire des Marocains ».

Cette décision, d’après les syndicats, « a provoqué une colère accablante, dont les conséquences annoncent des réactions qui contribueront à la crise du marché sectoriel national », notant qu’elle causera « un préjudice matériel et moral aux professionnels de la filière viande rouge. »

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Agriculture - Alimentation - Ministère de l’Agriculture et de la Pêche maritime

Aller plus loin

Pénurie de lait : les éleveurs marocains lancent un cri de détresse

Touchés de plein fouet par la sécheresse->95421 et surtout l’augmentation du coût de l’élevage, les éleveurs réclament une aide urgente à l’État, en vue de faire face à la...

Du bétail uruguayen pour le Maroc

Un navire transportant des bovins en provenance de la ville de Florida, en Uruguay, a été chargé lundi pour être expédié au Maroc. Cette opération, selon les propos du député de...

Le Maroc manque de lait

Annoncée depuis plusieurs mois par les professionnels du secteur, la pénurie de lait a été confirmée par le gouvernement lors du point de presse hebdomadaire. Selon le...

Ces articles devraient vous intéresser :

Maroc : appel pressant des exportateurs de légumes

Les associations de producteurs et exportateurs de fruits et légumes appellent le gouvernement d’Aziz Akhannounch à autoriser la reprise des exportations.

La sécheresse pousse le Maroc à multiplier ses achats de blé sur le marché mondial

Le Maroc maintient son système de restitution à l’importation du blé tendre au profit des opérateurs. Une importante quantité de cette céréale sera bientôt commandée.

Le Maroc dispose d’un stock de blé de six mois

Le stock de blé du Maroc s’élève à six mois, selon le gouvernement, en réponse aux craintes de coupures d’approvisionnement et de hausses de prix liés au conflit russo-ukrainienne associé à la sécheresse qui touche le pays.

Maroc : les prix des fruits et légumes atteignent des sommets

Au Maroc, les prix des fruits et légumes continuent d’augmenter et de peser sur le budget mensuel des Marocains en raison notamment des exportations.

Tomate : le Maroc dépasse l’Espagne en Europe

Pour la première fois, le Maroc se hisse au rang de premier fournisseur de tomates sur le marché européen, devançant ainsi l’Espagne. Un pur hasard ? non, le Maroc prend peu à peu la place de premier fournisseur pour l’Europe.

Maroc : la pastèque sacrifiée pour préserver l’eau ?

Des associations locales de la province d’Al Haouz ont sollicité Rachid Benchikhi, le gouverneur de la province, pour qu’il interdise la culture de pastèques et de melons.

Maroc : explosion des exportations de produits alimentaires et maritimes

Les exportations des produits alimentaires agricoles et maritimes ont connu un boom en 2022 pour dépasser les 80 milliards de dirhams (MMDH). Un record.

Les souks marocains vont être renovés

Compte tenu du rôle essentiel que jouent les souks hebdomadaires dans le développement socio-économique, le ministre de l’Agriculture a annoncé travailler pour la rénovation de ces espaces.

Production de dattes : le Maroc revoit ses ambitions à la hausse

Le Maroc entend mobiliser ses efforts et ses ressources pour doubler sa production de dattes, en atteignant 300 000 tonnes par an, contre 149 000 tonnes en 2021.

Maroc : l’huile d’olive devient un luxe

Au Maroc, le prix de l’huile d’olive augmente fortement. En cause, la sécheresse et les vagues de grande chaleur qui ont touché la production de ce petit fruit indispensable aux saveurs des mets des Marocains.