Un ancien juge d’instruction accuse le Maroc d’être derrière ses ennuis judiciaires

23 mai 2022 - 18h20 - France - Ecrit par : S.A

Patrick Ramaël, ancien juge d’instruction dans l’affaire Mehdi Ben Barka, le chef de file du mouvement tiers-mondiste, et plus célèbre opposant aux rois Mohammed V et Hassan II, disparu dans des circonstances mystérieuses en France, est poursuivi devant la Cour d’appel de Paris pour violation du secret de l’instruction. Il accuse le Maroc d’être derrière ces procédures en diffamation. Le délibéré sera rendu le 23 juin prochain.

Poursuivi par Miloud Tounzi, ancien fonctionnaire marocain, l’ancien juge d’instruction Patrick Ramaël, qui était en charge du dossier Ben Barka pendant 10 ans, a comparu devant la 17ᵉ chambre de la Cour d’appel de Paris le 19 mai 2022. À la barre, il charge Miloud Tounzi : « Tout le monde sait que Miloud Tounzi se cachait sous son nom d’agent, Larbi Chtouki, condamné par contumace à la perpétuité en 1967. C’est bien Tounzi qui a dirigé le commando qui a enlevé, torturé et fait disparaître le corps de Medhi Ben Barka. » Les deux avocats français et marocain de la partie civile battent en brèche et affirment que le juge n’a jamais eu aucune preuve, aucun indice grave et concordant lors de son instruction, rapporte France inter. « C’est lamentable, c’est un assassinat moral », fustigent-ils.

À lire : Accusations d’espionnage : de nouvelles révélations sur Mehdi Ben Barka

L’avocat de l’ex-juge d’instruction assure que son client ne gérait plus le dossier en 2015, année où il avait publié un livre sur l’affaire en reprenant certains articles de presse. Il assure que Patrick Ramaël n’a cité un article de presse marocain faisant référence à des aveux de Miloud Tounzi devant une commission spéciale au Maroc, l’équivalent des commissions « Vérité et Réconciliation » en Afrique du Sud, qui n’a jamais été attaqué en justice. « Cette audition n’a jamais eu lieu, c’est faux !", clame l’avocat français de Miloud Tounzi. « C’est lamentable…". « Parlons-en, rétorque le défenseur de Patrick Ramaël. Mon client a tenté de récupérer ce rapport mais il y a eu refus des autorités marocaines ».

À lire : Le Mossad derrière la mort de Mehdi Ben Barka (audio)

Pour Patrick Ramaël, la monarchie marocaine « serait derrière ces procédures en diffamation », car elle « a tenté de l’attaquer en vain pour violation du secret de l’instruction ». Le magistrat justifie ces affirmations des faits qui ont froissé la monarchie marocaine, notamment les mandats d’arrêt qu’il avait délivrés à quelques jours d’une visite officielle au Maroc de l’ex-président français Nicolas Sarkozy, un voyage au Maroc, où il avait pris les coordonnées GPS du site de l’ancienne prison secrète à Rabat, le PF3. La tête de Mehdi Ben Barka aurait pu être enterrée près de ce lieu, croit-il savoir. Le verdict est attendu le 23 juin prochain.

Sujets associés : France - Paris - Hassan II - Mehdi Ben Barka

Aller plus loin

Affaire Jacques Bouthier : une Marocaine porte plainte pour harcèlement sexuel

Ça se complique davantage pour l’ex-PDG d’Assu 2000, déjà dans le collimateur de la justice pour une série de plaintes pour harcèlement sexuel, traite d’êtres humains et viols...

Accusations d’espionnage : de nouvelles révélations sur Mehdi Ben Barka

Suite au démenti de Bachir Ben Barka, fils de Mehdi Ben Barka, chef de file du mouvement tiers-mondiste, le chercheur tchèque Jan Koura, professeur adjoint à l’Université...

Affaire Ben Barka : un mystère non résolu

Le mystère reste entier, 55 ans après l’enlèvement et l’assassinat de Mehdi Ben Barka, figure intellectuelle et politique du mouvement anticolonialiste, et opposant au roi...

Le Mossad derrière la mort de Mehdi Ben Barka (audio)

Dans son livre "Rise and kill first", paru en 2018, le journaliste et écrivain israélien, Ronin Bergman, a levé le voile sur l’enlèvement et le meurtre de Mehdi Ben Barka.

Ces articles devraient vous intéresser :

Il y a 50 ans, des avions de chasse marocains tentaient d’assassiner Hassan II

Le 16 août restera une date mémorable pour les Marocains. Il y a 50 ans, trois avions de combat de l’armée de l’air marocaine tentaient d’assassiner le roi Hassan II qui rentrait à Rabat après un voyage officiel en France.

Le château de Gretz-Armainvilliers, ancienne propriété du roi Hassan II

Le roi Hassan II n’avait pas seulement un goût prononcé pour les voitures de luxe. Il était aussi un amoureux de belles demeures et avait acquis une auprès de la famille Rothschild.

Un ancien employé du roi Hassan II propose des spécialités marocaines à Thomery

Un ancien employé du roi Hassan II a ouvert un nouveau food truck sur la place de l’Église de Thomery (Seine-et-Marne), où il ne propose pas de burgers mais des spécialités marocaines.

Hassan II : Gilles Perrault, auteur de « Notre ami le roi » est décédé

L’écrivain et militant Gilles Perrault, connu notamment pour son ouvrage « Notre ami le roi », sur le roi Hassan II, est décédé à l’âge de 92 ans d’un arrêt cardiaque, selon des informations communiquées par sa famille.