Orléans : un MRE écope de deux ans de prison après cinq ans de cavale au Maroc

8 juin 2022 - 20h40 - France - Ecrit par : S.A

Un Marocain résidant en France s’était enfui au Maroc en 2017 après avoir été soupçonné d’être à la tête d’un important trafic de stupéfiants entre Orléans et Darvoy. 5 ans après, il écope de deux ans de prison ferme.

Après près de 5 ans de cavale, Miloud T. s’est rendu à la police en mars dernier et a été écroué, rapporte La République du centre. Mardi, il est jugé devant le tribunal de judiciaire d’Orléans. Il est cité dans une affaire de trafic de stupéfiants. Les faits qui lui sont reprochés remontent à 2017. Lors des perquisitions réalisées au printemps, mais aussi le 2 octobre, 1200 kilos de cannabis et 800 grammes de cocaïne avaient été saisis. Le lendemain, Miloud s’enfuit au Maroc. « Je suis allé aux fiançailles d’un cousin, qui avait insisté », assure-t-il à la barre. Cette explication est loin de convaincre la présidente du tribunal Elsa David. « En laissant votre famille, notamment votre bébé prématuré ? », lui demande-t-elle. « Il allait régulièrement à l’hôpital, ma famille ne pouvait pas venir », répond-il. « Et pourquoi ne pas être revenu à l’issue ? », enchaîne la présidente du tribunal. « Mon compte a été bloqué par la police, j’ai entendu qu’on voulait me mettre une affaire de stups sur le dos. J’ai paniqué, eu peur de la prison », explique encore le prévenu.

À lire : France : cinq ans de prison pour deux chauffeurs marocains transportant 325 kg de cannabis

Le lendemain de son départ, la police a effectué une perquisition à son domicile et a retrouvé 410 euros et 95 grammes de cannabis. Son avoir en banque s’élevait à 16 000 euros. De plus, Miloud « a été vu cinq fois en compagnie d’un autre protagoniste de l’affaire », condamné en 2019 comme d’autres à des peines allant jusqu’à dix ans de prison et 100 000 euros d’amende. Le prévenu justifie sa présence par le fait qu’il l’avait rencontré pour obtenir sa consommation personnelle. Sans preuves formelles, le procureur Christian Magret requiert trois ans de prison et un maintien en détention pour association de malfaiteurs. « On n’a pas assez d’éléments pour dire qu’il est la tête de réseau, mais assez pour l’association de malfaiteurs, car il est toujours au bon endroit au bon moment », avance-t-il. « Un juge n’écrit pas un récit, mais le ministère public l’a fait », avance pour sa part l’avocat de Miloud.

À lire : Perrogney-les-Fontaines : un Marocain condamné après une importante saisie de cannabis

Le tribunal rend son verdict : le prévenu écope de deux ans de prison ferme, d’un maintien en détention et d’une confiscation de 16 000 euros, des “économies”réalisées, car il vivait chez sa mère » pour les faits « ultérieurs à mai 2017 ».

Sujets associés : France - Drogues - Orléans - Prison - Trafic

Aller plus loin

En cavale, un trafiquant de drogue français arrêté au Maroc

Un trafiquant de drogue français en cavale depuis 2019 a été interpellé le 19 novembre dernier au Maroc.

Un baron de la drogue en cavale au Maroc pour échapper à la justice française

En cavale au Maroc depuis près de dix ans, un baron de la drogue originaire de Menton (Côte d’Azur) devrait être bientôt jugé à Nice. Il fait l’objet d’un mandat d’arrêt.

France : cinq ans de prison pour deux chauffeurs marocains transportant 325 kg de cannabis

Les douaniers de la brigade de Narbonne en France ont saisi dans la nuit du 13 mai dernier, sur l’A9 dans l’Aude, 325 kilos de résine de cannabis dissimulés dans un camion...

Réfugié au Maroc, un baron de la drogue écope de 15 ans de prison en France

Abdelkader Zemouli dit « Zem », baron mentonnais de la drogue, se serait réfugié au Maroc pour échapper à la justice. Il est accusé de trafic de drogue avec douze autres...

Ces articles devraient vous intéresser :

"L’boufa", la nouvelle menace pour la société marocaine

Le Maroc pourrait faire face à une grave crise sanitaire et à une augmentation des incidents de violence et de criminalité, en raison de la propagation rapide de la drogue «  l’boufa  » qui détruit les jeunes marocains en silence.

Rabat-Salé-Kénitra : plus de 20 tonnes de drogue partent en fumée

Depuis le début de l’année, les services régionaux des douanes de Rabat-Salé-Kénitra ont déjà détruit plus de 20 tonnes de drogues saisies lors des différents contrôles effectués dans la région.

"Lbouffa" : La cocaïne des pauvres qui inquiète le Maroc

Une nouvelle drogue appelée « Lbouffa » ou « cocaïne des pauvres », détruit les jeunes marocains en silence. Inquiétés par sa propagation rapide, les parents et acteurs de la société civile alertent sur les effets néfastes de cette drogue sur la santé...

« L’Escobar du désert » fait tomber Saïd Naciri et Abdenbi Bioui

Plusieurs personnalités connues au Maroc ont été présentées aujourd’hui devant le procureur dans le cadre de liens avec un gros trafiquant de drogue. Parmi ces individus, un président de club de football.

Boufa, la drogue qui terrifie le Maroc

Le Maroc mène des actions de lutte contre les drogues dont la « Boufa », une nouvelle drogue, « considérée comme l’une des plus dangereuses », qui « envahit certaines zones des villes marocaines, en particulier les quartiers marginaux et défavorisés. »

Le Maroc face à la menace de la « Poufa », la cocaïne des démunis

Le Maroc renforce sa lutte contre la « Poufa », une nouvelle drogue bon marché, connue sous le nom de cocaïne des pauvres », qui a non seulement des répercussions sociales, notamment la séparation des familles et une augmentation des suicides et des...

Pufa, la "cocaïne des pauvres" qui déferle sur le Maroc

Pufa, la « cocaïne des pauvres » s’est installée progressivement dans toutes les régions du Maroc, menaçant la santé et la sécurité des jeunes. Le sujet est arrivé au Parlement.