Affaire Ghali : le juge refuse de considérer les rapports du service de renseignement espagnol

27 juin 2022 - 19h40 - Espagne - Ecrit par : A.P

Le juge Santiago Pedraz en charge de l’affaire Ghali à la Haute Cour nationale, a rejeté la demande de la défense du chef du Front Polisario de prendre en compte les deux rapports du Centre national de renseignement (CNI) qui prouveraient le caractère « fallacieux » de la plainte pour tortures de Fadel Breica contre Brahim Ghali.

Le juge a rejeté la demande de l’avocat de Brahim Ghali, Manuel Ollé, au motif que ces rapports ne sont pas liés à l’affaire faisant l’objet d’une enquête, ont indiqué des sources judiciaires à Europa Press. Ainsi, le juge s’est aligné sur la position du parquet qui avait déjà exprimé son opposition quant à la prise en compte de ces documents confidentiels dans le cadre d’une enquête judiciaire.

La défense de Ghali insistait pour que ces rapports soient acceptés par le juge dans le cadre de la plainte déposée par l’activiste sahraoui, Fadel Breica, qui accuse le leader du Front Polisario de tortures dans les camps de Tindouf en 2019. Ces rapports, rédigés les 18 mai et 24 juin 2021, en pleine crise diplomatique entre Rabat et Madrid, « prouveraient les motifs fallacieux » de la plainte de Breica.

À lire : Affaire Ghali : le parquet ne veut pas des rapports du service de renseignement espagnol

Selon le rapport du 24 juin 2021, les services de renseignement marocains ont mené « une double stratégie judiciaire et médiatique » afin de harceler Ghali et de « ternir son image dans la presse ». Ceci, en vue de « faire pression sur le gouvernement espagnol » pour qu’il revoie sa position sur le Sahara, a soutenu l’avocat de Ghali, précisant que le rapport mentionne le nom de Fadel Breica en tant qu’agent de renseignement marocain au service de la Direction générale des études et de la documentation (DGED).

À noter que la plainte de Breica contre Ghali est la seule qui n’a pas encore été classée par la Haute cour nationale, celle déposée par l’Association sahraouie pour la défense des droits de l’homme (ASADEDH) pour crimes présumés de génocide ayant été déjà classée sans suite. Du côté du tribunal de Saragosse, le juge Rafael Lasala continue d’enquêter sur l’entrée de Ghali en Espagne, notamment sur le faux passeport qu’il a présenté à son arrivée à l’hôpital de San Pedro de Logroño le 18 avril 2021.

Sujets associés : Espagne - Torture - Brahim Ghali

Aller plus loin

Un témoin confirme avoir été torturé sur ordre de Brahim Ghali

L’activiste Ahmed Tarouzi, cité à comparaître mardi dernier, a certifié dans sa déclaration au juge Santiago Pedraz que Brahim Ghali était celui qui donnait les ordres de...

Affaire Ghali : l’enquête reste ouverte encore pour six mois

L’enquête judiciaire sur l’affaire Ghali restera ouverte pendant encore au moins six mois. Ainsi en a décidé le juge d’instruction du tribunal de Saragosse, Rafael Lasala, après...

L’avocat de Brahim Ghali veut avoir les preuves de l’implication du Maroc dans les poursuites judiciaires

L’avocat de Brahim Ghali, Manuel Ollé, a demandé à la Haute cour nationale de mettre à sa disposition les deux rapports des services de renseignements espagnols (CNI) de mai et...

Accusé de torture, Brahim Ghali bientôt fixé sur son sort

Le juge de l’Audience nationale, Santiago Pedraz, a annulé la citation à comparaître du dernier témoin dans l’affaire de tortures qu’aurait subies le militant sahraoui Fadel...

Ces articles devraient vous intéresser :

Brahim Ghali dénonce le « silence complice » de l’ONU sur les «  abus  » du Maroc

Le secrétaire général du Front Polisario, Brahim Ghali, a accusé le secrétaire général des Nations Unies, Antonio Guterres, de maintenir un « silence complice et injustifiable » sur «  la violation par le Maroc du cessez-le-feu  », menaçant qu’il n’y...

Sahara : Brahim Ghali menace (encore) le Maroc

Le président de la « République arabe sahraouie démocratique (RASD) » et secrétaire général du Front Polisario, Brahim Ghali, a réitéré la volonté des Sahraouis de coopérer avec tous les pays voisins pour préserver « la paix et la sécurité » dans la...

Le Polisario dit « accepter la paix » mais ne veut pas « déposer les armes »

Le Front Polisario a déclaré qu’il est pleinement engagé pour une paix juste, mais aussi pour la défense, par « tous les moyens légitimes », du droit inaliénable du peuple sahraoui à l’autodétermination.

Brahim Ghali s’en prend à nouveau au Maroc

Le président de la « République arabe sahraouie démocratique » (RASD), Brahim Ghali, a mis en garde lundi contre les politiques hostiles du Maroc dans la région, allusion faite à son alliance avec Israël.

Attaque marocaine de drone : Le Polisario décrète trois jours de deuil

Le chef du Polisario, Brahim Ghali, vient de décréter trois jours de deuil, après le décès vendredi d’un haut responsable militaire et trois miliciens dans une attaque marocaine.