L’avocat de Brahim Ghali veut avoir les preuves de l’implication du Maroc dans les poursuites judiciaires

11 juin 2022 - 11h20 - Espagne - Ecrit par : P. A

L’avocat de Brahim Ghali, Manuel Ollé, a demandé à la Haute cour nationale de mettre à sa disposition les deux rapports des services de renseignements espagnols (CNI) de mai et juin 2021, dans lesquels il serait indiqué que les plaintes déposées contre le leader sahraoui pour des crimes présumés de torture et d’enlèvement, proviendraient des services de renseignements marocains.

La procédure judiciaire contre Brahim Ghali a été ouverte par la plainte de Fadel Breica, un dissident sahraoui, arrêté en 2019 à Tindouf, qui a déclaré avoir été torturé par le Front Polisario. Selon les deux « rapports confidentiels » du CNI, datés des 18 mai et 24 juin 2021, auxquels Publico a eu accès, « les services de renseignement marocains ont activé une double stratégie » judiciaire et médiatique afin de « harceler » Ghali et de provoquer son arrestation, et de « faire pression sur le gouvernement espagnol pour qu’il modifie sa position sur le Sahara en faveur du Maroc ».

À lire : Espagne : fin de l’affaire Brahim Ghali

Les deux rapports ont été rédigés en pleine crise diplomatique entre le Maroc et l’Espagne. Dans le premier, en date du 24 mai 2021, le CNI a informé le président Pedro Sanchez et plusieurs membres de l’Exécutif que « Breica était membre de l’Initiative sahraouie pour le changement (ISC) et a ensuite intégré le Mouvement sahraoui pour la paix (MSP), qu’il « a probablement déménagé à Tindouf en 2019 suite aux instructions du Maroc afin de provoquer l’arrestation du leader du Front Polisario ». Des allégations rejetées par Breica et Hach Ahmed, président du MSP, niant avoir des relations avec les services de renseignement marocains.

À lire : Sahara : Brahim Ghali condamne la « trahison » de l’Espagne

« L’objectif stratégique du Maroc était d’influencer les médias pour tourner l’opinion en sa faveur et discréditer le Front Polisario », indique le second rapport de juin 2021, qui a alerté le gouvernement espagnol des intentions du gouvernement marocain d’utiliser l’entrée de Ghali pour faire pression sur lui afin qu’il adopte une position plus favorable dans le conflit au Sahara. Dans une lettre datée du 14 mars 2022 et rendue publique le 18 mars par le Maroc, le gouvernement espagnol a exprimé au roi Mohammed VI, le soutien de l’Espagne au plan marocain d’autonomie Sahara, considéré comme « la base la plus sérieuse, crédible et réaliste pour résoudre le conflit ».

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Espagne - Droits et Justice - Tindouf - Brahim Ghali

Aller plus loin

Affaire Ghali : le juge refuse de considérer les rapports du service de renseignement espagnol

Le juge Santiago Pedraz en charge de l’affaire Ghali à la Haute Cour nationale, a rejeté la demande de la défense du chef du Front Polisario de prendre en compte les deux...

Crise Maroc-Espagne : Brahim Ghali « regrette profondément »

Le leader du Front Polisario, Brahim Ghali, dit regretter « profondément » la crise générée par son entrée en Espagne en avril dernier pour des raisons sanitaires. Il dénonce...

Espagne : le ministère de l’Intérieur pas informé de l’arrivée de Brahim Ghali

Le directeur adjoint des opérations de la police espagnole a assuré, lors de sa comparution devant le juge en charge de l’affaire Ghali, que le ministère de l’Intérieur n’était...

Sahara : Brahim Ghali condamne la « trahison » de l’Espagne

Le leader du Front Polisario, Brahim Ghali, réagit après la décision de l’Espagne de soutenir le plan marocain d’autonomie du Sahara. Il condamne la « trahison » de Pedro...

Ces articles devraient vous intéresser :

Une famille marocaine au tribunal de Beauvais pour un mariage blanc

Une famille marocaine est jugée devant le tribunal de Beauvais pour association de malfaiteurs dans le but d’organiser un mariage blanc. Le verdict est attendu le 12 janvier 2023.

Le kickboxeur marocain Mohammed Jaraya arrêté par la police

Le kickboxeur néerlandais d’origine marocaine, Mohammed Jaraya, risque gros. Il vient d’être arrêté par la police et les accusations à son encontre pourraient mettre définitivement fin à une carrière pourtant prometteuse.

Affaire de viol : Achraf Hakimi devant le juge

L’international marocain du Paris Saint-Germain, Achraf Hakimi, a eu affaire à la justice ce vendredi matin, en lien avec une accusation de viol portée contre lui.

Mohamed Ihattaren rattrapé par la justice

Selon un média néerlandais, Mohamed Ihattaren aurait des démêlés avec la justice. Le joueur d’origine marocaine serait poursuivi pour agression et tentative d’incitation à la menace.

Maroc : l’utilisation de WhatsApp interdite dans le secteur de la justice

Le procureur général du Maroc, Al-Hassan Al-Daki, a interdit aux fonctionnaires et huissiers de justice d’installer et d’utiliser les applications de messagerie instantanée, et principalement WhatsApp, sur leurs téléphones professionnels.

Maroc : Une vague de racisme contre les mariages mixtes ?

Des activistes marocains se sont insurgés ces derniers jours sur les réseaux sociaux contre le fait que de plus en plus de femmes marocaines se marient avec des personnes originaires des pays d’Afrique subsaharienne. Les défenseurs des droits humains...

Hassan Iquioussen vs Gérald Darmanin : la justice se prononce aujourd’hui

Le tribunal administratif de Paris examine l’arrêté d’expulsion de Hassan Iquioussen, pris par le ministère de l’Intérieur, Gérald Darmanin, en juillet 2022. Cette audience déterminante permettra de statuer sur la possibilité de l’imam de revenir en...

Trafic de billets de match : le député Mohamed El Hidaoui interrogé par la police

Soupçonné d’être impliqué dans une affaire de vente illégale de billets au Mondial 2022, le député RNI, Mohamed El Hidaoui, a été entendu, vendredi, par la justice.

Corruption au Maroc : des élus et entrepreneurs devant la justice

Au Maroc, plusieurs députés et élus locaux sont poursuivis devant la justice pour les infractions présumées de corruption et d’abus de pouvoir.

Maroc : Vague d’enquêtes sur des parlementaires pour des crimes financiers

Une vingtaine de parlementaires marocains sont dans le collimateur de la justice. Ils sont poursuivis pour faux et usage de faux, abus de pouvoir, dilapidation et détournement de fonds publics.