L’avocat de Brahim Ghali veut avoir les preuves de l’implication du Maroc dans les poursuites judiciaires

11 juin 2022 - 11h20 - Ecrit par : A.S

L’avocat de Brahim Ghali, Manuel Ollé, a demandé à la Haute cour nationale de mettre à sa disposition les deux rapports des services de renseignements espagnols (CNI) de mai et juin 2021, dans lesquels il serait indiqué que les plaintes déposées contre le leader sahraoui pour des crimes présumés de torture et d’enlèvement, proviendraient des services de renseignements marocains.

La procédure judiciaire contre Brahim Ghali a été ouverte par la plainte de Fadel Breica, un dissident sahraoui, arrêté en 2019 à Tindouf, qui a déclaré avoir été torturé par le Front Polisario. Selon les deux « rapports confidentiels » du CNI, datés des 18 mai et 24 juin 2021, auxquels Publico a eu accès, « les services de renseignement marocains ont activé une double stratégie » judiciaire et médiatique afin de « harceler » Ghali et de provoquer son arrestation, et de « faire pression sur le gouvernement espagnol pour qu’il modifie sa position sur le Sahara en faveur du Maroc ».

À lire : Espagne : fin de l’affaire Brahim Ghali

Les deux rapports ont été rédigés en pleine crise diplomatique entre le Maroc et l’Espagne. Dans le premier, en date du 24 mai 2021, le CNI a informé le président Pedro Sanchez et plusieurs membres de l’Exécutif que « Breica était membre de l’Initiative sahraouie pour le changement (ISC) et a ensuite intégré le Mouvement sahraoui pour la paix (MSP), qu’il « a probablement déménagé à Tindouf en 2019 suite aux instructions du Maroc afin de provoquer l’arrestation du leader du Front Polisario ». Des allégations rejetées par Breica et Hach Ahmed, président du MSP, niant avoir des relations avec les services de renseignement marocains.

À lire : Sahara : Brahim Ghali condamne la « trahison » de l’Espagne

« L’objectif stratégique du Maroc était d’influencer les médias pour tourner l’opinion en sa faveur et discréditer le Front Polisario », indique le second rapport de juin 2021, qui a alerté le gouvernement espagnol des intentions du gouvernement marocain d’utiliser l’entrée de Ghali pour faire pression sur lui afin qu’il adopte une position plus favorable dans le conflit au Sahara. Dans une lettre datée du 14 mars 2022 et rendue publique le 18 mars par le Maroc, le gouvernement espagnol a exprimé au roi Mohammed VI, le soutien de l’Espagne au plan marocain d’autonomie Sahara, considéré comme « la base la plus sérieuse, crédible et réaliste pour résoudre le conflit ».

Tags : Brahim Ghali - Droits et Justice - Espagne - Tindouf

Aller plus loin

Affaire Ghali : le juge refuse de considérer les rapports du service de renseignement espagnol

Le juge Santiago Pedraz en charge de l’affaire Ghali à la Haute Cour nationale, a rejeté la demande de la défense du chef du Front Polisario de prendre en compte les deux rapports...

Affaire Ghali : le parquet ne veut pas des rapports du service de renseignement espagnol

Le parquet de la Haute cour nationale ne souhaite pas que le Centre national de renseignement (CNI) transmette à la cour une copie des rapports confidentiels sur le Maroc et...

Espagne : Brahim Ghali a bien été admis à l’hôpital sous une fausse identité

La police espagnole, sur ordre du juge en charge de l’affaire Ghali, a interrogé l’employée qui a vérifié l’identité du leader du Front Polisario avant son admission à l’hôpital de...

Espagne : fin de l’affaire Brahim Ghali

La justice espagnole a “classé” l’affaire Brahim Ghali du nom du chef du Polisario entré en Espagne le 18 avril 2021, avec une fausse identité portant le nom de Mohamed Ben...

Nous vous recommandons

Espagne : saisie d’un narco-drone dédié au transport du cannabis marocain

Un narco-drone chargé de transporter du cannabis depuis le Rif marocain jusqu’aux plages andalouses a été saisi en Andalousie. En tout, une dizaine de personnes arrêtées à Orléans et en Espagne.

Le Maroc, le choix du milliardaire Elon Musk

Les pièces automobiles de la marque Tesla du milliardaire Elon Musk vont être en partie fabriquées au Maroc. À la manœuvre, la société américaine STMicroelectronics, implantée à Bouskoura dans la région de...

La rencontre entre Pedro Sanchez et Brahim Ghali pourrait irriter le Maroc

Le président du gouvernement, Pedro Sanchez, rencontrera le Premier ministre marocain, Aziz Akhannouch, et le chef du Front Polisario, Brahim Ghali, lors du sommet UE-Afrique qui se tiendra les jeudi et vendredi à...

France : la production de pulls de l’armée au Maroc crée la polémique

Huit sénateurs proches du candidat à la présidentielle française, Arnaud Montebourg, ont interpellé vendredi dernier la ministre des Armées, Florence Parly, au sujet d’un contrat de production de pulls en partie au...

Jamal Ben Saddik vise le KO contre Levi Rigters

Le kick-boxeur marocain, Jamal Ben Saddik, 31 ans affrontera le Néerlandais Levi Rigters, 26 ans, à Hasselt en Belgique, dans le cadre du Glory 80. Il vise le KO contre l’ancien champion de l’Enfusion...

Des confidences sur la participation de Jamel Debbouze à la série culte H

La comédienne française Catherine Benguigui a fait des confidences sur la série H diffusée sur Canal+ de 1998 à 2002, dans laquelle elle, son confrère l’humoriste franco-marocain Jamel Debbouze et bien d’autres comédiens ont joué des...

La voie de contournement de Béni Mellal mise en service

La voie de contournement de la ville Béni Mellal, qui fait partie des axes routiers stratégiques de la région Béni Mellal-Khenifra, a été inaugurée jeudi dernier. Elle vise à faciliter les activités économiques dans la...

Maroc : tué pour 1000 DH

À Ain Aicha, un individu a asséné un coup de couteau mortel à son ami qui lui réclamait le remboursement de sa dette. Les éléments du service judiciaire de la gendarmerie de Taounate ont arrêté le présumé...

Gad Elmaleh : les mères de mes enfants ne sont « ni juives, ni marocaines »

Gad Elmaleh était le 23 février dernier l’invité de Manu Katché dans La Face Katché, sur Yahoo. L’humoriste marocain a évoqué plusieurs sujets dont sa peur lorsqu’il veut prendre le métro.

Engrais : le Maroc va-t-il surclasser la Russie ?

Le Maroc pourrait surclasser la Russie contre qui des sanctions européennes ont été prises en matière d’exportations d’engrais. Pour preuve, la guerre russo-ukrainienne produit un impact négatif sur le géant russe des engrais phosphatés PhosAgro, le plus...