Affaire Ghali : le juge prolonge de six mois l’enquête pour tortures

12 juillet 2022 - 08h00 - Espagne - Ecrit par : A.P

Le juge de la Haute cour nationale, Santiago Pedraz, a prolongé de six mois l’enquête contre le chef du Front Polisario, Brahim Ghali, accusé de tortures par l’activiste sahraoui de nationalité espagnole, Fadel Breica.

Cette prolongation a été faite pour permettre au président du tribunal d’instruction de faire comparaître un témoin proposé par Breica, qui aurait assisté aux actes de torture dont ce dernier aurait été victime pour avoir été détenu comme lui en 2019 dans les camps de Tindouf (Algérie). Le témoin devrait comparaître il y a plus d’un an, mais n’a pas pu répondre aux convocations du juge Pedraz en raison de difficultés liées à l’obtention du visa d’entrée en Espagne, indiquent des sources judiciaires à Europa Press.

Fadel Breica a déposé plainte contre Brahim Ghali qu’il accuse de crimes de détention illégale, de torture et de crimes contre l’humanité qui auraient été commis en 2019 dans les camps de Tindouf. Dans sa plainte, il explique qu’il a été arrêté par les miliciens du Polisario et transféré dans ces camps clandestins où il aurait été torturé. Lors de sa comparution le 29 juin 2021, Breica a insisté sur le fait qu’il avait subi des actes de torture pendant six mois, sur ordre de Brahim Ghali.

À lire : Affaire Ghali : le juge refuse de considérer les rapports du service de renseignement espagnol

La plainte de Breica est la seule encore en étude contre le leader sahraoui devant l’Audience nationale, la plainte de l’Association sahraouie pour la défense des droits de l’homme (ASADEDH) et 27 autres membres du Polisario pour crimes de génocide ayant été classée sans suite. Témoignant le 1ᵉʳ juin 2021 par visioconférence depuis l’hôpital San Pedro de Logroño où il était admis sous une fausse identité, Ghali a nié les faits qui lui sont reprochés.

Son avocat, Manuel Ollé, soutenait qu’en sa qualité de ministre de la Défense de la République arabe sahraouie démocratique (RASD), il se consacrait “exclusivement” à la guerre contre le Maroc. Le juge n’ayant retenu aucune charge contre lui, Ghali est retourné en Algérie dans la nuit du 1ᵉʳ au 2 juin 2021. De son côté, le chef du tribunal d’instruction de Saragosse, Rafael Lasala, continue d’enquêter sur l’entrée de Ghali en Espagne le 18 avril 2021, sous une fausse identité.

Sujets associés : Espagne - Droits et Justice - Torture - Brahim Ghali

Aller plus loin

La plainte pour génocide contre Brahim Ghali classée

La justice espagnole a décidé ce jeudi de classer la plainte pour « génocide » qui vise Brahim Ghali, le chef des séparatistes du Front Polisario qui a été convoqué par un juge...

Affaire Ghali : le parquet ne veut pas des rapports du service de renseignement espagnol

Le parquet de la Haute cour nationale ne souhaite pas que le Centre national de renseignement (CNI) transmette à la cour une copie des rapports confidentiels sur le Maroc et...

Affaire Ghali : l’enquête reste ouverte encore pour six mois

L’enquête judiciaire sur l’affaire Ghali restera ouverte pendant encore au moins six mois. Ainsi en a décidé le juge d’instruction du tribunal de Saragosse, Rafael Lasala, après...

Affaire Ghali : le juge refuse de considérer les rapports du service de renseignement espagnol

Le juge Santiago Pedraz en charge de l’affaire Ghali à la Haute Cour nationale, a rejeté la demande de la défense du chef du Front Polisario de prendre en compte les deux...

Ces articles devraient vous intéresser :

Redressement fiscal : Sound Energy fait appel

La compagnie gazière britannique Sound Energy annonce avoir fait appel devant le tribunal administratif, en vue de contester le redressement fiscal mené en 2020 par l’administration générale des Impôts, qui lui a réclamé 2,55 millions de dollars d’impôts.

Maroc : les ravages du mariage sur reconnaissance de dette

Une forme de mariage peu médiatisée est en train de prendre de l’ampleur dans certaines régions du Maroc, selon une émission diffusée sur la chaîne Al Aoula. Il s’agit du mariage sur reconnaissance des dettes.

Mohamed Ihattaren rattrapé par la justice

Selon un média néerlandais, Mohamed Ihattaren aurait des démêlés avec la justice. Le joueur d’origine marocaine serait poursuivi pour agression et tentative d’incitation à la menace.

Plaintes de MRE : 96 % de satisfaction selon le Conseil supérieur du pouvoir judiciaire

En 2022, le Conseil supérieur du pouvoir judiciaire (CSPJ) a traité près de 96 % des doléances présentées par les Marocains résidant à l’étranger (MRE), selon un rapport de l’institution. Sur un total de 527 plaintes déposées, 505 ont été traitées par...

Trafic de billets de match : le député Mohamed El Hidaoui interrogé par la police

Soupçonné d’être impliqué dans une affaire de vente illégale de billets au Mondial 2022, le député RNI, Mohamed El Hidaoui, a été entendu, vendredi, par la justice.

Maroc : 20 affaires de détournement de fonds publics devant la justice

Le président du ministère public a été saisi par le procureur général du Roi près la Cour des comptes de 20 affaires de détournement de deniers publics au titre de l’année 2021.

Au Maroc, le mariage des mineures persiste malgré la loi

Le mariage des mineures prend des proportions alarmantes au Maroc. En 2021, 19 000 cas ont été enregistrés, contre 12 000 l’année précédente.

Le Polisario dit « accepter la paix » mais ne veut pas « déposer les armes »

Le Front Polisario a déclaré qu’il est pleinement engagé pour une paix juste, mais aussi pour la défense, par « tous les moyens légitimes », du droit inaliénable du peuple sahraoui à l’autodétermination.

Maroc : révocation en vue des députés poursuivis par la justice

Les députés poursuivis par la justice pour détournement ou dilapidation de fonds au Maroc pourraient être déchus de leurs mandats. La Chambre des représentants s’apprête à voter des amendements dans ce sens.

Maroc : plus de droits pour les mères divorcées ?

Au Maroc, la mère divorcée, qui obtient généralement la garde de l’enfant, n’en a pas la tutelle qui revient de droit au père. Les défenseurs des droits des femmes appellent à une réforme du Code de la famille pour corriger ce qu’ils qualifient...