Recherche

L’affaire « Hamza Mon bb » est au tribunal de Marrakech ce jeudi

© Copyright : DR

9 janvier 2020 - 09h30 - Société

L’affaire d’arnaque et de chantage, « Hamza Mon bb », sera jeudi devant le tribunal de première instance de Marrakech. Il s’agit de la deuxième audience du procès du policier poursuivi en état d’arrestation dans le cadre de cette affaire.

L’agent de police S. A., est poursuivi pour « corruption », « divulgation de secrets professionnels » et de « participation à la propagation de fausses allégations avec l’intention de porter atteinte à la vie privée d’autrui ». En poste à Casablanca, l’agent se retrouve dans cette situation à cause de ses liens présumés avec l’administrateur des comptes Instagram et Snapchat incriminés.

Jeudi dernier, une première audience au cours de laquelle l’avocat de la défense a demandé un ajournement en vue de prendre connaissance des différents documents du dossier.

Le site alyaoum24, cité par article19, indique que l’enquête préliminaire a révélé que le mis en cause était en contact avec la styliste de mode « A. A. », résidant à Dubaï aux Émirats, et soupçonnée d’être le « cerveau » des faux comptes de diffamation et de chantage connus sous le nom de « Hamza Mon bébé ».

Le rôle du policier consistait à accéder au système de fichiers de la sûreté nationale pour y puiser les informations concernant le casier judiciaire de certaines personnes afin de les envoyer à la styliste de mode contre rémunération. Et c’est de ces informations que se servait par la suite la styliste pour faire chanter les personnes concernées à travers les comptes créés sur les réseaux sociaux.

En dehors du policier, trois autres personnes poursuivies dans le cadre d’un autre dossier lié à cette affaire, doivent aussi comparaître devant le même tribunal. Il s’agit de la blogueuse S. J., surnommée « Glamour », de M. D., correspondant d’un journal électronique, et de A. S., le propriétaire d’une agence de location de voitures, au terme d’une enquête préliminaire qui a duré environ trois mois. Ils sont poursuivis pour « diffusion de fausses allégations dans le but de nuire à la vie privée d’autrui, de diffamation, de chantage, et infiltration dans le système de traitement informatique ».

Quant aux sœurs Batma, elles devront comparaître, devant le tribunal de première instance de Marrakech, à une audience prévue le 10 février prochain. Depuis le début de cette affaire, elles sont passées par bien de difficultés, comme l’interdiction de quitter le territoire marocain, le retrait de leurs passeports, et l’augmentation du montant de la caution qui leur a permis d’être poursuivies en état de liberté provisoire, précise la même source.

Bladi.net

Bladi.net - 2020 - Archives - A Propos - Contact