Le système des agréments plombe le secteur du taxi

28 septembre 2021 - 14h40 - Economie - Ecrit par : A.T

Au Maroc, la filière de taxi est confrontée à d’énormes difficultés. Face au vieillissement de la flotte, les chauffeurs pointent du doigt le système d’agréments qui ne leur permet pas de s’épanouir.

Selon l’Économiste, les conditions de vie des chauffeurs au Maroc laissent à désirer. S’appuyant sur les réformes et les promesses non tenues du gouvernement, le journal présente un tableau sombre de cette catégorie d’acteurs du transport urbain.

À l’échelle nationale, 4 MMDH ont été alloués au secteur, fait savoir le média, ajoutant qu’avec cette cagnotte seuls 54 % du parc ont été renouvelés avec 85 % des nouveaux véhicules rien que sur la région de Casablanca-Settat. Un pourcentage qui s’explique par les limites du pouvoir d’achat des usagers, ainsi que l’existence d’alternatives telles que le bus et le tramway.

À ce sujet, le Conseil économique, social et environnemental (CESE) a indiqué que «  la majorité des déplacements de la région la plus peuplée du Maroc (20 % de la population), avec le PIB le plus élevé (30 %), se font à pied (à peu près 62 %), la part des transports en commun (autobus et tramways) s’élève à 12 %, elle est de près de 13 % pour les voitures individuelles et de 9 % pour les taxis ».

A lire : Maroc : plus de 7000 taxis renouvelés en 2020

À cet effet, le conseil a proposé la mise en place d’un système intégré de la mobilité durable qui aura entre autres pour objectifs d’améliorer l’accessibilité pour tous les citoyens à des moyens de transport en commun durables et développer des infrastructures rurales durables, limitant ainsi la dépendance au véhicule particulier et réduisant les fractures spatiales et sociales et aussi de réformer le système de gouvernance des taxis, en le professionnalisant et en étudiant sa possible libéralisation.

Par ailleurs, le CESE dénonce dans son rapport le flou qui entoure le statut de la licence des personnes décédées. « Le système d’octroi des agréments manque de transparence, sans oublier la pratique de transfert non officiel du droit de jouissance entre personnes qui empêche l’identification du véritable détenteur » souligne-t-il.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Enquête - Transports - Conseil Economique, Social et Environnemental (CESE)

Aller plus loin

Maroc : de nouveaux changements pour les taxis

Au Maroc, le ministère de l’Intérieur a introduit de nouveaux changements dans le secteur des taxis touchant la gestion des agréments. Désormais, plus de cumul d’agréments.

Maroc : plus de 7000 taxis renouvelés en 2020

En 2020, environ 7130 taxis ont été renouvelés grâce à la reconduction du programme de subventions. Selon le ministère de l’Intérieur, le renouvellement a connu un bond de 233 %...

Souad Hdidou, seule femme chauffeur de taxi de Rabat (vidéo)

Souad Hdidou est la seule femme à exercer le métier de conducteur de taxi à Rabat. Avec elle au volant, les clientes disent se sentir plus à l’aise et en sécurité.

Fès : nouveaux tarifs pour les petits taxis

A Fès, le tarif des trajets courts en petits taxis est en hausse. Il faut débourser désormais 6 dirhams au lieu de 4 dirhams auparavant.

Ces articles devraient vous intéresser :

Transferts des MRE : plus de 109 milliards de dirhams en 2022

Les transferts de fonds des Marocains résidant à l’étranger (MRE) vers le Maroc ont connu une progression annuelle moyenne de 6 % au cours des dernières années, atteignant un record de plus de 109 milliards de dirhams en 2022 contre 93,6 milliards en...

Location de voitures au Maroc : Nouvelles règles plus sévères

Depuis ce lundi 15 avril, les agences de location de voitures au Maroc ont l’obligation de se conformer à un nouveau cahier des charges relatif aux conditions d’investissement dans le secteur.

Le Maroc construira 1000 km d’autoroutes d’ici 2030

Le Maroc veut saisir l’occasion de l’organisation de la coupe du monde 2030 pour moderniser le secteur des transports dans son ensemble, notamment les autoroutes.

Maroc : un « passeport » pour les nouveaux mariés

Le Conseil économique, social et environnemental (CESE) appelle à la mise en place d’un « passeport » ou « guide » pour le mariage, dans lequel seront mentionnées les données personnelles des futurs mariés, ainsi que toutes les informations sur leurs...

Le Maroc va acquérir de nouveaux trains

Le Maroc s’apprête à lancer un appel d’offres international pour l’acquisition de trains et le développement d’un réseau ferroviaire local, attirant l’intérêt de géants du secteur tels, notamment français et espagnols. C’est ce qu’a révélé Mohamed...

Le Maroc et Israël consolident leur coopération dans le secteur des transports et de la Logistique

Une délégation marocaine composée d’acteurs clés du secteur des transports et de la logistique a effectué une visite de travail de trois jours à Tel-Aviv, et ce pour consolider la coopération entre le Maroc et Israël dans le secteur de la logistique.

La CTM rachète Africa Morocco Link

Le groupe d’Othman Benjelloun, O Capital Group, redistribue les cartes dans le secteur du transport maritime marocain. La Compagnie de Transports au Maroc (CTM) s’empare en effet de la participation majoritaire (51 %) d’Africa Morocco Link (AML)...