Aides directes aux démunis : le dispositif de mise en œuvre renforcé

22 mai 2020 - 03h30 - Maroc - Ecrit par : Bladi.net

De plus en plus de fraudeurs sont dénombrés dans le rang des bénéficiaires des aides directes octroyées aux Marocains touchés par la pandémie du covid-19. Désormais, toutes les demandes passeront par un filtre rigoureux. Le niveau de contrôle et de veille est renforcé par les décideurs afin que les aides aillent aux personnnes vraiment dans le besoin.

Renforcer davantage le système de contrôle des aides directes de la crise du coronavirus. Il s’agit d’empêcher les fraudeurs de s’infiltrer pour bénéficier desdites aides au détriment des vrais bénéficiaires que sont les personnes et entreprises les plus sinistrées. Ainsi, les demandes sont désormais traitées au cas par cas. La multiplication des cas de fausses déclarations venant de personnes ou d’entreprises qui ne sont pas éligibles aux aides, a alerté l’Exécutif qui a décidé de verrouiller le dispositif, renseignent des sources au ministère de l’Économie.

Le Comité de veille économique a pris des mesures drastiques pour éliminer les fraudeurs. La Direction générale des impôts (DGI) a été associée aux efforts de ciblage des aides directes, pendant que l’Inspection générale des finances (IGF) s’occupe des vérifications et du contrôle. Elle sera appuyée par les contrôleurs du fisc. Aussi, a-t-il été procédé à une profonde révision des conditions d’éligibilité pour les bénéficiaires de l’indemnité forfaitaire de 2 000 DH de la Caisse nationale de sécurité sociale (CNSS). On apprend que les demandes seront traitées dans les moindres détails au niveau de la Direction des études et prévisions financières (DEPF) relevant du ministère de l’Économie, des finances et de la réforme de l’administration. "Le travail va consister à recouper plusieurs éléments des données signalétiques de la carte nationale d’identité et du profil du demandeur, avec d’autres informations puisées dans d’autres fichiers émanant d’autres administrations", explique une source à la DEPF.

Plusieurs entreprises et particuliers non éligibles aux aides directes se sont infiltrés dans le processus. Il s’agit des sans-emploi avant la crise, les retraités avec une rente et ceux qui ne l’ont pas et des employés de l’informel qui ont pu garder leurs sources de revenus, rapporte La Vie Éco. À ceux-là, s’ajoutent des sociétés de transport, des sociétés d’intérim et des écoles privées qui ont fraudé pour bénéficier des aides, précise une source au ministère de l’Économie, des finances et de la réforme de l’administration.

Sujets associés : CNSS - Ministère de l’Economie et des Finances - Direction générale des impôts (DGI) - Coronavirus au Maroc (Covid-19)

Ces articles devraient vous intéresser :

Maroc : du nouveau pour la vignette automobile

Les Marocains peuvent déjà commencer à payer la Taxe Spéciale annuelle sur les Véhicules (TSAV). Quid des nouveautés liées au paiement de cette taxe ?

Maroc : vers la suppression de la TVA sur certains produits ?

Des députés de l’opposition parlementaire continuent d’appeler à l’exemption de la Taxe sur la valeur ajoutée (TVA) sur tous les produits de base à forte consommation afin de soutenir le pouvoir d’achat des Marocains en cette période d’inflation.

Nouvelle prolongation de l’état d’urgence sanitaire au Maroc

Le Maroc a décidé de prolonger l’état d’urgence sanitaire jusqu’au 31 août, afin de faire face à la propagation du Covid-19 dans le pays.

Nouvelle fiche sanitaire pour entrer au Maroc

Tous les voyageurs souhaitant accéder au territoire marocain devront désormais remplir les mêmes conditions. Qu’importe le moyen de transport, la fiche sanitaire du pays a été actualisée, simplifiée et uniformisée.

Maroc : du changement pour l’impôt sur le revenu

Au Maroc, des ajustements ont été apportés à l’Impôt sur les sociétés (IS) et l’Impôt sur le revenu (IR) dans le cadre de la Loi de finances 2024.

Le paradoxe de la Caisse de compensation au Maroc : une aide pour les riches

Le ministre délégué auprès de la ministre de l’Économie et des finances, en charge du Budget, Fouzi Lekjaa, a révélé lors d’un débat général sur le Projet de loi de finances 2024 à la Chambre des représentants que la caisse de compensation profitait...

Suite à un contrôle fiscal, Maroc Telecom va payer 600 MDH

Maroc Telecom et le fisc sont parvenus à un protocole d’accord pour le règlement d’un montant de 600 millions de dirhams, suite à un contrôle fiscal effectué en juin 2022.

Covid-19 : les Marocains désertent les centres de vaccination

Au Maroc, ce n’est plus la grande affluence dans les centres de vaccination. La stabilité de la situation épidémiologique semble expliquer ce désintérêt des Marocains pour la vaccination contre le Covid-19.

La DGI aux trousses des auteurs de fausses factures

La direction générale des impôts (DGI) veut en finir avec la fraude à la fausse facture. Une pratique qui prend de l’ampleur et n’épargne aucun secteur d’activité ni région du pays.

Maroc : plus de mariages, moins de divorces

Le Haut-commissariat au plan (HCP) vient de livrer les dernières tendances sur l’évolution démographique, le mariage, le divorce et le taux de procréation par rapport à 2020, année de la survenue de la crise sanitaire du Covid-19.