Anciens combattants : La dernière victoire

20 novembre 2007 - 08h17 - France - Ecrit par : L.A

Mamoun Semlali, 84 ans, de Youssoufia et Mohamed Serhat, 75 ans, de Casablanca, viennent d’être décorés de la « Croix de Chevalier de la Légion d’honneur » en reconnaissance de leurs sacrifices au sein de l’armée française durant les années de guerre en Europe, en Afrique et en Indochine. Ils recevront leur décoration de la main du ministre chargé des Anciens combattants en personne, courant janvier 2008. « Cette prestigieuse Croix est la plus haute distinction de la République française lorsqu’elle est attribuée à titre militaire », commente Bernard Paquelier, directeur du service des Anciens combattants et du Centre d’appareillage des handicapés à Casablanca.

Ce service extérieur du secrétariat d’Etat français à la Défense chargé des Anciens combattants apporte de l’assistance administrative, sociale et médicale aux soldats marocains ayant combattu pour les causes françaises. Il a également pour missions la préservation de la mémoire commune maroco-française et l’appareillage des personnes handicapées.

La réhabilitation ne concerne pas que les vétérans marocains mutilés de guerre. Suite aux différentes conventions conclues avec des établissements publics et privés au Maroc, d’autres catégories de bénéficiaires sont pris en charge par le service, notamment les militaires des F.A.R, les anciens résistants et les mutilés du travail (victimes d’accidents de travail). Ce centre est également un intermédiaire entre les donateurs de matériel orthopédique et les personnes nécessiteuses.

Ce même établissement « a contribué à la campagne de sensibilisation à la vulnérabilité des anciens combattants, ce qui a permis la décristallisation », explique Paquelier. En effet, plus de 17.000 vétérans marocains et les 8.000 veuves d’anciens combattants ont vu leur situation financière s’améliorer depuis le début d’avril. La nouvelle loi sur la décristallisation a permis à ces marocains qui ont combattu pour la France de toucher les mêmes pensions et retraites que leurs compagnons français.

En effet, les vétérans marocains ou leurs veuves reçoivent désormais 7 à 8 fois ce qu’ils recevaient avant la décristallisation. A titre d’exemple, la retraite annuelle du combattant est passée de 60,06 euros, soit 660 dirhams à 493 euros, soit 5428 dirhams. Le budget global est passé ainsi de 9,8 millions d’euros en 2006 à 48 millions d’euros en 2007.

« C’est une grosse avancée. On dirait même une bouffée d’oxygène pour ces anciens combattants qui percevaient des sommes très faibles », se réjouit Paquelier. Mais la décristallisation ne concerne que ce qui est connu comme les « prestations du feu » (retraite du combattant, pension militaire d’invalidité et pension de réversion aux veuves d’invalides). La pension militaire de retraite, accessible après 15 ans de service au sein de l’armée française, est toujours cristallisée. C’est un problème qui reste en suspens et sur lequel les autorités françaises doivent se pencher en vue d’enterrer les inégalités entre les hommes qui ont servi dans la même armée et qui ont défendu les mêmes causes.

L’Economiste - Redouane Hajjaj

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : France - Droits et Justice - Histoire - Anciens combattants - Guerre

Ces articles devraient vous intéresser :

Prison : le Maroc explore les « jour-amendes »

L’introduction du système de jour-amende dans le cadre des peines alternatives pourrait devenir une réalité au Maroc. Une loi devrait être bientôt votée dans ce sens.

Hassan Iquioussen vs Gérald Darmanin : la justice se prononce aujourd’hui

Le tribunal administratif de Paris examine l’arrêté d’expulsion de Hassan Iquioussen, pris par le ministère de l’Intérieur, Gérald Darmanin, en juillet 2022. Cette audience déterminante permettra de statuer sur la possibilité de l’imam de revenir en...

« La marocanité du Sahara est irréfutable »

La souveraineté du Maroc sur le Sahara est irréfutable si l’on s’en tient aux documents royaux historiques, a affirmé jeudi Bahija Simou, la directrice des Archives royales, lors d’une conférence organisée par l’Association Ribat Al Fath pour le...

Maroc : les crimes financiers ont baissé de 47% en 2021

La lutte contre les crimes financiers et économiques au Maroc porte peu à peu ses fruits. En 2021, les affaires liées à ces délits ont fortement régressé de 47,30%, selon le rapport annuel de la présidence du parquet.

Le harcèlement sexuel des mineures marocaines sur TikTok dénoncé

Lamya Ben Malek, une militante des droits de la femme, déplore le manque de réactivité des autorités et de la société civile marocaines face aux dénonciations de harcèlement sexuel par des mineures sur les réseaux sociaux.

Maroc : plus de droits pour les mères divorcées ?

Au Maroc, la mère divorcée, qui obtient généralement la garde de l’enfant, n’en a pas la tutelle qui revient de droit au père. Les défenseurs des droits des femmes appellent à une réforme du Code de la famille pour corriger ce qu’ils qualifient...

Affaire de viol : Achraf Hakimi devant le juge

L’international marocain du Paris Saint-Germain, Achraf Hakimi, a eu affaire à la justice ce vendredi matin, en lien avec une accusation de viol portée contre lui.

Au Maroc, le mariage des mineures persiste malgré la loi

Le mariage des mineures prend des proportions alarmantes au Maroc. En 2021, 19 000 cas ont été enregistrés, contre 12 000 l’année précédente.

Corruption au Maroc : des élus et entrepreneurs devant la justice

Au Maroc, plusieurs députés et élus locaux sont poursuivis devant la justice pour les infractions présumées de corruption et d’abus de pouvoir.

Maroc : Vague d’enquêtes sur des parlementaires pour des crimes financiers

Une vingtaine de parlementaires marocains sont dans le collimateur de la justice. Ils sont poursuivis pour faux et usage de faux, abus de pouvoir, dilapidation et détournement de fonds publics.