Maroc : l’apiculture menacée par la maladie du Varroa

8 octobre 2020 - 20h00 - Economie - Ecrit par : J.K

La présence du parasite de Varroa qui s’attaque aux ruches, met le secteur apicole marocain en danger. Les professionnels s’en prennent à l’ONSSA qui a cessé de leur fournir le traitement contre cette maladie.

Les apiculteurs rompent le silence. En l’absence du traitement de l’ONSSA contre la maladie du Varroa, les apiculteurs se trouvent dans l’obligation d’utiliser des pesticides ou des produits toxiques qui affectent les abeilles, la production du miel, l’environnement, ainsi que le consommateur. Les professionnels de ce secteur se désolent de la présence sur le marché de produits chimiques de contrebande, d’origine inconnue, depuis que l’ONSSA a rompu la fourniture aux apiculteurs d’un traitement efficace contre l’acarien Varrao, rapporte le quotidien Al Ahdath Al Maghribia.

L’apiculteur, membre de la coopération " L’île de miel", Noureddine Bouaissi, a déclaré que ce médicament qui devrait être délivré gratuitement selon son étiquette, est vendu sur le marché. " Les professionnels de ce secteur sont dans l’expectative en l’absence de bons produits pour lutter contre ce parasite. Faut-il utiliser des pesticides d’origine inconnue qui affecteraient gravement les abeilles et le consommateur ou doit-on faire hara-kiri en exposant les ruches à une extermination totale ? " interroge-t-il, avant d’ajouter que les formations reçues par les apiculteurs ne leur permettent pas de lutter contre cette maladie.

Par ailleurs, il déplore le manque de communication entre les professionnels, les responsables et les organisations professionnelles de ce secteur, selon la même source. L’apiculteur Mohamed Aouaa n’a pas manqué de souligner qu’il existe plusieurs sortes de pesticides autorisés ou non autorisés, commercialisés à grande échelle dans les souks hebdomadaires.

Pour rappel, la plupart de ces produits toxiques dont ceux contenant le neonicotinoid, sont interdits dans plusieurs pays à cause du danger qu’ils représentent pour les abeilles et pour l’environnement. Par ailleurs, plusieurs apiculteurs ont déjà abandonné le métier à cause des dégâts causés par ces produits dans les ruches.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Contrefaçon - Alimentation

Aller plus loin

Maroc : 130 millions DH débloqués pour secourir les apiculteurs

Face à la situation inquiétante liée à la disparition des abeilles que vivent les apiculteurs marocains, le gouvernement a décidé d’aller à leur secours. Une aide d’urgence de...

Un ancien élu du PJD accuse Israël de la disparition des abeilles au Maroc

El Mokrie Abouzaid El Idrissi, ancien élu du PJD connu pour ses frasques, a déclaré que la disparition des abeilles au Maroc a été provoquée par la normalisation des relations...

Le miel marocain est en péril

Les apiculteurs marocains sont inquiets. Depuis des années, des colonies d’abeilles sont décimées en raison de la sécheresse et des aléas climatiques, ce qui affecte durement la...

Alerte ! L’apiculture marocaine menacée

Les apiculteurs marocains font face depuis quelques semaines à la disparition progressive des colonies d’abeilles dans différents régions du pays. Ils ont alerté sur une...

Ces articles devraient vous intéresser :

Pénurie de lait : les éleveurs marocains lancent un cri de détresse

Touchés de plein fouet par la sécheresse->95421 et surtout l’augmentation du coût de l’élevage, les éleveurs réclament une aide urgente à l’État, en vue de faire face à la pénurie de lait que connait le royaume.

Maroc : une flambée inquiétante du prix de la volaille et des oeufs

Au Maroc, les prix de la volaille et des œufs s’envolent au grand dam des consommateurs. Quelles en sont les causes ?

Maroc : l’informel met à genoux les magasins de sport

Dans le secteur du sport en plein essor au Maroc, l’informel gagne du terrain. Les professionnels, mécontents, tirent la sonnette d’alarme.

Ramadan 2023 : les filles du Prince Moulay Ismaïl préparent chebbakia (photos)

À l’instar de nombreuses familles marocaines, celle du Prince Moulay Ismaïl, cousin du roi Mohammed VI, s’est préparée pour le mois du ramadan qui a débuté au Maroc et dans de nombreux pays arabes, jeudi 23 mars.

Maroc : explosion des exportations de produits alimentaires et maritimes

Les exportations des produits alimentaires agricoles et maritimes ont connu un boom en 2022 pour dépasser les 80 milliards de dirhams (MMDH). Un record.

La sécheresse pousse le Maroc à multiplier ses achats de blé sur le marché mondial

Le Maroc maintient son système de restitution à l’importation du blé tendre au profit des opérateurs. Une importante quantité de cette céréale sera bientôt commandée.

Maroc : des marchés de gros pour combattre la spéculation

Le ministre de l’Intérieur, Abdelouafi Laftit, a annoncé la création de douze nouveaux marchés régionaux de gros, équipés d’installations modernes pour combattre la spéculation alimentaire exacerbant l’inflation. Cette démarche, a-t-il dit, s’inscrit...

Maroc : les prix des fruits et légumes atteignent des sommets

Au Maroc, les prix des fruits et légumes continuent d’augmenter et de peser sur le budget mensuel des Marocains en raison notamment des exportations.

Maroc : forte augmentation du prix de l’huile d’olive

Le Maroc figure parmi les pays dont la production d’huile d’olive est durement touchée par la sécheresse. Une situation qui fait grimper les prix mondiaux.

Les cafés et restaurants menacés de poursuites judiciaires

Face au refus de nombreux propriétaires de cafés et restaurants de payer les droits d’auteur pour l’exploitation d’œuvres littéraires et artistiques, l’association professionnelle entend saisir la justice.