Arancha Gonzales Laya évoque « des écoutes téléphoniques » en pleine crise avec le Maroc

7 juin 2022 - 22h40 - Espagne - Ecrit par : A.P

Emportée en juillet dernier par l’affaire Ghali qui a provoqué une grave crise diplomatique avec le Maroc, l’ancienne ministre des Affaires étrangères, Arancha Gonzales Laya, évoque des « écoutes téléphoniques, plaintes, campagnes, y compris des campagnes de presse » qui ont « servi à brouiller cette aide humanitaire » apportée au chef du Polisario, Brahim Ghali.

Sacrifiée par son gouvernement pour tenter d’apaiser le Maroc après l’accueil de Brahim Ghali dans un hôpital de Logroño, Arancha González Laya dit ne rien regretter. Selon elle, il s’agissait d’une décision « humanitaire envers un citoyen espagnol qui avait besoin d’une aide immédiate ». « L’aide humanitaire a une longue tradition dans notre politique étrangère… Cela fait partie de notre identité… », a-t-elle déclaré dans un entretien à El Periodico de España.

L’ancienne ministre des Affaires étrangères a toutefois déploré la manière dont cette « aide humanitaire » a été perçue ou accueillie. « Tout a servi dans cette crise à brouiller cette aide humanitaire. Et quand je dis tout, c’est tout : écoutes téléphoniques, plaintes, campagnes, y compris des campagnes de presse. C’est assez évident. Pour moi, c’est un chapitre qui appartient au passé », a affirmé Gonzales Laya.

À lire : Arancha Gonzales Laya aurait été espionnée en pleine crise avec le Maroc

La responsable insiste néanmoins sur la « capacité » de l’Espagne à mener de façon « autonome » sa politique étrangère, « en cherchant toujours à entretenir les meilleures relations avec ses voisins : le Maroc, l’Algérie, la Libye, le Sénégal, la Mauritanie et bien d’autres. Nous avons tous besoin les uns des autres ». Elle dénonce par ailleurs « la judiciarisation de la politique et la politisation croissante de la justice » en Espagne.

Arancha Gonzales Laya n’a pas de doute sur l’« espagnolité » de Sebta et Melilla. Pour elle, il « est très clair » que les deux villes autonomes « ont été et font partie de l’Espagne ». Concernant la crise avec l’Algérie, elle espère qu’elle n’aura pas d’impact sur l’approvisionnement en gaz de l’Espagne. Sur le Sahara, elle a rappelé qu’au cours de « ces deux dernières années, plusieurs pays comme les États-Unis, la France, l’Allemagne, les Pays-Bas, se sont prononcés en faveur du plan marocain ».

Sujets associés : Espagne - Diplomatie - Ceuta (Sebta) - Melilla - Autonomie Sahara - Brahim Ghali

Aller plus loin

Arancha Gonzalez Laya : « L’Espagne a besoin d’une relation stable avec le Maroc »

L’ancienne ministre des Affaires étrangères, Arancha Gonzalez Laya, a soutenu que « l’Espagne a besoin d’une relation stable à long terme avec le Maroc », avec une plus grande...

Arancha González Laya : « L’Espagne doit avoir les meilleures relations avec le Maroc »

L’ancienne ministre espagnole des Affaires étrangères, Arancha Gonzales Laya, aujourd’hui doyenne de l’École des affaires internationales de Sciences Po à Paris, appelle le...

Arancha González Laya emportée par la crise avec le Maroc

Arancha González Laya n’est plus, depuis ce samedi, la ministre espagnole des Affaires étrangères. Le chef du gouvernement, Pedro Sanchez, vient de la remercier à l’occasion du...

González Laya : l’entrée de Ghali en Espagne était « légale »

L’ancienne ministre espagnole des Affaires étrangères, Arancha González Laya, a assuré ce lundi lors de sa comparution, que l’entrée en Espagne du leader du Front Polisario,...

Ces articles devraient vous intéresser :

Le roi Mohammed VI réitère sa main tendue à l’Algérie

Le roi Mohammed VI a tendu encore une fois la main à l’Algérie qui a rompu ses relations diplomatiques avec le Maroc en août 2021 en raison notamment la question du Sahara.

Mohammed VI et le pari gagnant de l’ouverture en Afrique

Le Maroc a connu une croissance économique assez soutenue depuis 2000, après l’accession au trône du roi Mohammed VI. Le royaume prend des mesures pour attirer les investissements étrangers et devenir une grande puissance régionale.

Le nouveau ministre israélien des Affaires étrangères attendu au Maroc

Le sommet des pays signataire des Accords d’Abraham qui se tiendra au mois de mars pourrait connaître la participation d’Eli Cohen, le nouveau ministre israélien des Affaires étrangères.

Maroc : un ancien diplomate accusé de prostitution de mineures risque gros

L’association Matkich Waldi (Touche pas à mon enfant) demande à la justice de condamner à des « peines maximales » un ancien ambassadeur marocain, poursuivi pour prostitution de mineures.

Le Polisario dit « accepter la paix » mais ne veut pas « déposer les armes »

Le Front Polisario a déclaré qu’il est pleinement engagé pour une paix juste, mais aussi pour la défense, par « tous les moyens légitimes », du droit inaliénable du peuple sahraoui à l’autodétermination.

Maroc-Israël : deux ans de relations fructueuses, selon Alona Fisher-Kamm

Mardi a été célébré le deuxième anniversaire de la reprise des relations entre le Maroc et Israël. Une occasion pour Alona Fisher-Kamm, cheffe par intérim du bureau de liaison de Tel-Aviv à Rabat, de faire le bilan de ce rapprochement.

Sahara : Brahim Ghali menace (encore) le Maroc

Le président de la « République arabe sahraouie démocratique (RASD) » et secrétaire général du Front Polisario, Brahim Ghali, a réitéré la volonté des Sahraouis de coopérer avec tous les pays voisins pour préserver « la paix et la sécurité » dans la...

Brahim Ghali s’en prend à nouveau au Maroc

Le président de la « République arabe sahraouie démocratique » (RASD), Brahim Ghali, a mis en garde lundi contre les politiques hostiles du Maroc dans la région, allusion faite à son alliance avec Israël.

Sahara : l’Union européenne réitère sa position après les déclarations de Josep Borrell

L’Union européenne se désolidarise avec les déclarations faites par le chef de la diplomatie européenne Josep Borrell sur le dossier du Sahara. L’institution a réaffirmé jeudi, n’avoir pas changé d’avis sur la nécessité de régler la question du Sahara,...

Les MRE confrontés à un durcissement des conditions d’envoi de fonds depuis l’Europe

Face au durcissement des autorités européennes sur les transferts des Marocains résidant à l’étranger (MRE), le wali de Bank Al-Maghrib (BAM), Abdellatif Jouahri appelle à une action diplomatique d’envergure.