Pedro Sanchez est « le véritable responsable de l’entrée de Ghali en Espagne »

22 mars 2022 - 08h40 - Espagne - Ecrit par : A.P

Le parquet fait appel de la décision du juge en charge de l’affaire Ghali de maintenir sous enquête l’ancienne ministre des Affaires étrangères, Arancha Gonzales Laya et pas son ancien chef de cabinet, Camilo Villarino.

Les deux personnalités ont commis des délits de prévarication et de dissimulation, assure le parquet qui demande l’ouverture d’une enquête contre Camilo Villarino, soupçonné d’être fortement impliqué dans l’entrée en Espagne de Brahim Ghali, le chef du Front Polisario, en avril dernier. Dans la demande d’appel à laquelle La Razón a eu accès, le parquet demande, sur cette base, de maintenir sous enquête l’ancien directeur de cabinet d’Arancha Gonzales Laya.

À lire : « Il est impossible pour Ghali d’entrer en Espagne à l’insu du gouvernement »

Le parquet est d’accord avec le juge Lasala sur le fait que le président du gouvernement, Pedro Sanchez, est « le véritable responsable de l’entrée de Ghali en Espagne », car sans son « autorisation expresse », ni aucun membre du gouvernement, ni les personnes mises en examen, n’auraient fait ce qu’ils ont fait.

À lire : Le juge veut connaître l’identité du « civil » qui a coordonné l’entrée de Brahim Ghali en Espagne

L’accusation ajoute que l’ancienne ministre, Arancha Gonzales Laya, et son directeur de cabinet auraient commis un délit de prévarication et de dissimulation en faisant entrer Ghali et sa suite sur le territoire espagnol sans leur faire subir toutes les règles de contrôle et d’inspection aux frontières du règlement Schengen. « Ils savaient que Brahim Ghali est en Espagne et n’ont pas porté l’information à la connaissance du juge Pedraz », alors en charge des deux affaires de génocide et de terrorisme en cours contre le leader du Polisario, a insisté le parquet, soutenant qu’ils ont agi « délibérément et consciemment ».

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Espagne - Droits et Justice - Brahim Ghali

Aller plus loin

Pedro Sanchez a limogé Arancha Gonzalez Laya à la demande du Maroc

Le président Pedro Sanchez a démis de ses fonctions l’ancienne ministre des Affaires étrangères, Arancha Gonzales Laya, une semaine après que les autorités marocaines en ont...

Espagne : le ministère de l’Intérieur pas informé de l’arrivée de Brahim Ghali

Le directeur adjoint des opérations de la police espagnole a assuré, lors de sa comparution devant le juge en charge de l’affaire Ghali, que le ministère de l’Intérieur n’était...

Affaire Ghali : le juge maintient Arancha Gonzalez Laya sous enquête

Le président du tribunal d’instruction de Saragosse, en charge de l’affaire Ghali, a décidé de ne pas clore la procédure contre l’ancienne ministre des Affaires étrangères,...

La justice espagnole s’intéresse au fils de Brahim Ghali

Une employée de l’hôpital San Pedro de Logroño où a été admis Brahim Ghali, a assuré lundi lors de sa comparution par visioconférence devant le juge du tribunal de Saragosse,...

Ces articles devraient vous intéresser :

Maroc : un ancien diplomate accusé de prostitution de mineures risque gros

L’association Matkich Waldi (Touche pas à mon enfant) demande à la justice de condamner à des « peines maximales » un ancien ambassadeur marocain, poursuivi pour prostitution de mineures.

Un ancien ministre interdit de quitter le Maroc après ses propos sur le roi Mohammed VI

Les autorités marocaines ont interdit à l’ancien ministre Mohamed Ziane de quitter le royaume, après ses déclarations contre le roi Mohammed VI dont il dénonçait l’absence prolongée.

Redressement fiscal : Sound Energy fait appel

La compagnie gazière britannique Sound Energy annonce avoir fait appel devant le tribunal administratif, en vue de contester le redressement fiscal mené en 2020 par l’administration générale des Impôts, qui lui a réclamé 2,55 millions de dollars d’impôts.

Maroc : utilisation frauduleuse de l’autorisation de polygamie

Le premier président de la Cour de cassation et président délégué du Conseil supérieur du pouvoir judiciaire (CSPJ), Mohamed Abdennabaoui, a mis en garde les présidents des tribunaux contre l’utilisation frauduleuse de l’autorisation de polygamie.

Trafic de billets de match : le député Mohamed El Hidaoui interrogé par la police

Soupçonné d’être impliqué dans une affaire de vente illégale de billets au Mondial 2022, le député RNI, Mohamed El Hidaoui, a été entendu, vendredi, par la justice.

Maroc : les crimes financiers ont baissé de 47% en 2021

La lutte contre les crimes financiers et économiques au Maroc porte peu à peu ses fruits. En 2021, les affaires liées à ces délits ont fortement régressé de 47,30%, selon le rapport annuel de la présidence du parquet.

Le chanteur Adil Miloudi recherché par la police

Le célèbre chanteur marocain Adil El Miloudi est sous le coup d’un mandat d’arrêt pour avoir, dans une vidéo, menacé des fonctionnaires de police.

Le Maroc cherche à mettre fin au mariage des mineures

En réponse à une question orale à la Chambre des Conseillers, le ministre de la Justice, Abdellatif Ouahbi a renouvelé ce lundi 28 novembre, son engagement à mettre un terme au mariage des mineures.

Des ennuis judiciaires pour deux anciens ministres (15 milliards de DH en jeu)

L’Association marocaine de la protection des deniers publics vient de déposer une plainte devant la justice contre deux anciens ministres de la Jeunesse et des sports et d’autres responsables pour avoir dilapidé environ 15 milliards de dirhams.

Concours d’avocat : profond désaccord au sein de la profession

La polémique liée au concours d’accès à la profession d’avocat a fini par diviser le corps des avocats, dont certains défendent le ministre de la Justice, Abdellatif Ouahbi, et son département contre tout « favoritisme » tandis que d’autres appellent à...