Affaire Ghali : le juge maintient Arancha Gonzalez Laya sous enquête

15 mars 2022 - 10h40 - Espagne - Ecrit par : A.P

Le président du tribunal d’instruction de Saragosse, en charge de l’affaire Ghali, a décidé de ne pas clore la procédure contre l’ancienne ministre des Affaires étrangères, Arancha Gonzalez Laya.

« J’annule provisoirement les actions uniquement en ce qui concerne Camilo Villarino. L’enquête se poursuit pour les autres », a indiqué le juge Rafael Lasala dans une ordonnance en date du 10 mars, rejetant ainsi la requête des services judiciaires de l’État d’annuler les actions contre l’ancienne ministre des Affaires étrangères, Arancha Gonzalez Laya, et son chef de cabinet, Camilo Villarino.

À lire : Affaire Ghali : non-lieu pour Arancha González Laya

Dans cette requête déposée le 8 février dernier, les avocats de la défense ont souligné que les faits confirmés dans le cadre de l’enquête « ne constituent aucun crime » et qu’il convient de ne pas « rallonger inutilement » l’instruction concernant Villarino et Laya. « Jusqu’à présent, aucune preuve n’a été obtenue qu’ils aient participé à la falsification d’un document d’identification personnelle ou à sa présentation à l’hôpital de San Pedro à Logroño », a déclaré le juge Lasala. Pour lui, « tout semble indiquer » que Villarino « n’a pas été informé par le ministère de l’Intérieur des affaires pénales pendantes contre Ghali avant son entrée en Espagne ».

À lire : Le juge veut connaître l’identité du « civil » qui a coordonné l’entrée de Brahim Ghali en Espagne

Ce qui importe pour le juge, c’est de connaître l’identité du responsable qui a autorisé l’entrée en Espagne de Brahim Ghali sous une fausse identité, « sachant qu’il faisait l’objet d’une enquête dans deux affaires pénales et était activement recherché ». A ce stade de l’enquête, et après avoir analysé les informations recueillies auprès des autorités et des fonctionnaires des Affaires étrangères, de l’Intérieur et de la Défense, le juge est venu à la conclusion que « le président du gouvernement a dirigé cette action ».

Le juge Lasala enquête sur l’entrée en Espagne, le 18 avril dernier, de Brahim Ghali, le leader du Front Polisario. Le leader sahraoui est arrivé d’Algérie dans un avion médicalisé qui a atterri sur la base aérienne de Saragosse, et sans passer par les contrôles douaniers, a été transféré dans une ambulance dans un hôpital de Logroño.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Espagne - Droits et Justice - Brahim Ghali

Aller plus loin

Espagne : le ministère de l’Intérieur pas informé de l’arrivée de Brahim Ghali

Le directeur adjoint des opérations de la police espagnole a assuré, lors de sa comparution devant le juge en charge de l’affaire Ghali, que le ministère de l’Intérieur n’était...

Affaire Ghali : non-lieu pour Arancha González Laya

Le président du tribunal d’instruction de Saragosse, chargé de l’enquête sur l’affaire Bhaim Ghali, a déclaré un non-lieu concernant l’implication de l’ancienne ministre...

Pedro Sanchez est « le véritable responsable de l’entrée de Ghali en Espagne »

Le parquet fait appel de la décision du juge en charge de l’affaire Ghali de maintenir sous enquête l’ancienne ministre des Affaires étrangères, Arancha Gonzales Laya et pas son...

Pedro Sanchez a coordonné l’entrée de Brahim Ghali en Espagne

Le responsable ayant organisé l’arrivée du leader du Polisario dans le pays, Brahim Ghali, est désormais connu. Il s’agit, selon le juge d’instruction Rafael Lassala, de Pedro...

Ces articles devraient vous intéresser :

Les avocats marocains passent à la caisse

Les avocats marocains doivent désormais s’acquitter d’une avance sur l’impôt sur le revenu ou sur les sociétés au titre de l’exercice en cours auprès du secrétaire–greffier à la caisse du tribunal pour le compte receveur de l’administration fiscale....

Réaction de la mère d’Achraf Hakimi après les accusations de viol

La mère du latéral droit marocain du PSG, Achraf Hakimi, a réagi aux accusations de viol portées par une femme de 24 ans contre son fils. Cette semaine, le joueur a été mis en examen par la justice.

Attaque marocaine de drone : Le Polisario décrète trois jours de deuil

Le chef du Polisario, Brahim Ghali, vient de décréter trois jours de deuil, après le décès vendredi d’un haut responsable militaire et trois miliciens dans une attaque marocaine.

Maroc : révocation en vue des députés poursuivis par la justice

Les députés poursuivis par la justice pour détournement ou dilapidation de fonds au Maroc pourraient être déchus de leurs mandats. La Chambre des représentants s’apprête à voter des amendements dans ce sens.

Les cafés et restaurants menacés de poursuites judiciaires

Face au refus de nombreux propriétaires de cafés et restaurants de payer les droits d’auteur pour l’exploitation d’œuvres littéraires et artistiques, l’association professionnelle entend saisir la justice.

Le club des avocats offre un service gratuit d’orientation juridique pour les MRE

Le club des avocats au Maroc apporte son aide à la communauté marocaine résidant à l’étranger en mettant à sa disposition des lignes téléphoniques qui leur permettront de bénéficier gratuitement d’une orientation juridique et des conseils.

Des ennuis judiciaires pour deux anciens ministres (15 milliards de DH en jeu)

L’Association marocaine de la protection des deniers publics vient de déposer une plainte devant la justice contre deux anciens ministres de la Jeunesse et des sports et d’autres responsables pour avoir dilapidé environ 15 milliards de dirhams.

Maroc : un ancien diplomate accusé de prostitution de mineures risque gros

L’association Matkich Waldi (Touche pas à mon enfant) demande à la justice de condamner à des « peines maximales » un ancien ambassadeur marocain, poursuivi pour prostitution de mineures.

Prison : le Maroc explore les « jour-amendes »

L’introduction du système de jour-amende dans le cadre des peines alternatives pourrait devenir une réalité au Maroc. Une loi devrait être bientôt votée dans ce sens.

Maroc : les crimes financiers ont baissé de 47% en 2021

La lutte contre les crimes financiers et économiques au Maroc porte peu à peu ses fruits. En 2021, les affaires liées à ces délits ont fortement régressé de 47,30%, selon le rapport annuel de la présidence du parquet.