Arancha Gonzalez Laya : l’Espagne n’a jamais eu l’intention de créer un désaccord avec le Maroc

22 mai 2021 - 08h40 - Espagne - Ecrit par : J.K

L’accueil du chef du Polisario, Brahim Ghali, par l’Espagne l’a été pour des « raisons humanitaires » et non pour faire naître un conflit entre l’Espagne et le Maroc. C’est ce qu’a expliqué dans un entretien, la ministre espagnole des Affaires étrangères, Arancha Gonzalez Laya.

« Nous n’avons jamais voulu de conflit. Nous ne l’avons jamais cherché. Nous ne l’avons jamais voulu. Et nous ne l’alimentons certainement pas. Ce que nous voulons, et c’est ce que j’ai transmis à l’ambassadrice (Karima Benyaich), c’est regarder vers l’avenir. Nous voulons travailler ensemble pour qu’une autre crise ne se reproduise pas. Pour que ceux qui sont entrés illégalement en Espagne retournent au Maroc, comme c’est déjà le cas », a expliqué la ministre à La Razon, avant d’ajouter : « nous n’avons pas créé ce conflit et nous ne voulons pas l’entretenir. Et nous allons continuer à travailler dans ce sens ». Car, l’Espagne « veut avoir une relation mature avec le Maroc, même lorsqu’il y a des désaccords ».

« Ce qui s’est passé, c’est le rejet par notre voisin marocain d’un geste humanitaire que nous avons fait en faveur d’une personne gravement malade du Covid, ce qui a déclenché une réponse unilatérale sous la forme d’une crise migratoire », a affirmé la ministre, avant de poursuivre : « l’Espagne a une tradition humanitaire, nous ne l’avons jamais cachée. Le Maroc aussi, d’ailleurs. Il a également accueilli des dirigeants africains dans son pays. Et il l’a toujours fait dans le respect de sa tradition humanitaire. L’Espagne aussi ». Ainsi l’Espagne n’a pas changé de position sur la question du Sahara occidental, mais a juste aidé.

Madrid a-t-elle été informée par Washington de sa décision de reconnaître la souveraineté du Maroc sur le Sahara ? Rien eu de tel. « Nous respectons notre voisin et nous respectons les États-Unis. Nous respecterons toujours les décisions des Américains, mais nous voulons aussi que les nôtres soient respectées ». D’ailleurs, « ce n’est pas à l’Espagne de dire quelle devrait être la solution au Sahara Occidental. Nous avons dit que toute solution trouvée entre les parties à ce conflit aura notre approbation. Nous ne sommes favorables à aucune solution. Il y a quelques solutions intéressantes sur la table et nous pensons qu’il est important de les explorer. Mais ce n’est pas à l’Espagne de dire quelle est la solution. Et nous voulons donc que cette position soit respectée », a-t-elle précisé.

Sujets associés : Espagne - Diplomatie - Polisario - Brahim Ghali

Aller plus loin

Arancha González Laya limogée à cause de la crise maroco-espagnole ?

Le ministre de l’Agriculture et de la pêche, Luis Planas, et l’actuel ambassadeur en France, José Manuel Albares, pourraient faire leur entrée dans le prochain gouvernement de...

Affaire Brahim Ghali : le Maroc critique vertement l’Espagne

Le Maroc prend acte de la décision de l’Espagne de ne l’avoir pas tenu informé de la présence du leader du Polisario sur son territoire et en « tirera toutes les conséquences »,...

L’Espagne écarte tout lien entre l’hospitalisation de Brahim Ghali et l’afflux massif de migrants à Sebta

Arancha González Laya, ministre des Affaires étrangères, de l’Union européenne et de la Coopération espagnole revient sur l’admission d’urgence de Brahim Ghali, patron du...

L’Espagne tente de calmer la crise diplomatique avec le Maroc

Alors que Nasser Bourita, ministre des Affaires étrangères, de la coopération africaine et des Marocains résidant à l’étranger a mis en garde contre l’exfiltration de Brahim...

Ces articles devraient vous intéresser :

Maroc-Israël : deux ans de relations fructueuses, selon Alona Fisher-Kamm

Mardi a été célébré le deuxième anniversaire de la reprise des relations entre le Maroc et Israël. Une occasion pour Alona Fisher-Kamm, cheffe par intérim du bureau de liaison de Tel-Aviv à Rabat, de faire le bilan de ce rapprochement.

Youssef Amrani officiellement ambassadeur du Maroc auprès de l’UE

Nommé en octobre 2021 par le roi Mohammed VI au poste d’ambassadeur du Maroc auprès de l’Union européenne, Youssef Amrani aurait reçu en cette fin d’année, l’accord des instances européennes pour démarrer sa mission.

Le nouveau ministre israélien des Affaires étrangères attendu au Maroc

Le sommet des pays signataire des Accords d’Abraham qui se tiendra au mois de mars pourrait connaître la participation d’Eli Cohen, le nouveau ministre israélien des Affaires étrangères.

Les MRE confrontés à un durcissement des conditions d’envoi de fonds depuis l’Europe

Face au durcissement des autorités européennes sur les transferts des Marocains résidant à l’étranger (MRE), le wali de Bank Al-Maghrib (BAM), Abdellatif Jouahri appelle à une action diplomatique d’envergure.

Staffan de Mistura tiendra des « consultations bilatérales » avec le Maroc et le Polisario

L’envoyé du secrétaire général des Nations unies pour le Sahara occidental, Staffan de Mistura, tiendra des « consultations bilatérales » avec les représentants des autorités marocaines et du Front Polisario, a annoncé le porte-parole du secrétaire...

Quatre dirigeants du Polisario tués par un drone marocain

Au moins quatre dirigeants du front du Polisario ont été tués par un drone des Forces armées royales (FAR) dans la zone tampon.

Maroc : un ancien diplomate accusé de prostitution de mineures risque gros

L’association Matkich Waldi (Touche pas à mon enfant) demande à la justice de condamner à des « peines maximales » un ancien ambassadeur marocain, poursuivi pour prostitution de mineures.

Quatre membres du Polisario tués par un drone marocain

Quatre personnes auraient été tuées ces derniers jours par des drones marocains au Sahara, selon des médias proches du Polisario.

Sahara : l’Union européenne réitère sa position après les déclarations de Josep Borrell

L’Union européenne se désolidarise avec les déclarations faites par le chef de la diplomatie européenne Josep Borrell sur le dossier du Sahara. L’institution a réaffirmé jeudi, n’avoir pas changé d’avis sur la nécessité de régler la question du Sahara,...

Brahim Ghali dénonce le « silence complice » de l’ONU sur les «  abus  » du Maroc

Le secrétaire général du Front Polisario, Brahim Ghali, a accusé le secrétaire général des Nations Unies, Antonio Guterres, de maintenir un « silence complice et injustifiable » sur «  la violation par le Maroc du cessez-le-feu  », menaçant qu’il n’y...