Attentat de Nice : les musulmans belges solidaires avec la communauté catholique

2 novembre 2020 - 19h30 - France - Ecrit par : S.A

Suite à l’attentat de la basilique Notre-Dame de Nice perpétré le 29 octobre 2020, les musulmans belges ont exprimé leur solidarité avec la communauté catholique.

"Nous tenions, dans ces moments difficiles, en tant que représentants de la Fédération des Mosquées de Bruxelles et en tant que Belges de confession musulmane, à exprimer notre solidarité avec la communauté catholique et avec tous les chrétiens, suite à l’attaque perpétrée dans la basilique Notre-Dame à Nice et à l’assassinat de trois fidèles", a déclaré Mohamed Belabed, conseiller de la Fédération des Mosquées de Bruxelles samedi à la Cathédrale des Saints-Michel-et-Gudule. Pour lui, l’attentat survenu à Nice est un acte abject, horrible et inhumain qui ne peut et ne pourra aucunement être lié à l’Islam et aux musulmans.

"Nous dénonçons sans aucune ambiguïté ces actes terroristes barbares. Nous restons vigilants et attachés à la liberté de culte, à la pratique paisible des actes de foi, loin des idéologies meurtrières. Nous continuons sans relâche à contribuer de manière commune à la paix sociale et au vivre ensemble. Nous avons toutes et tous comme mission de favoriser l’entente cordiale entre nos concitoyens croyants et non croyants et d’appeler à la raison ceux et celles qui entretiennent des messages de haine et de mépris à l’égard des convictions des uns et des autres", a affirmé le représentant des mosquées.

"On ne peut tuer quelqu’un au nom de Dieu ! Nous croyons en un Dieu de la vie, un Dieu dont la personne humaine est la plus belle de ses créations. Quels que soient les motifs, on ne peut tuer au nom de Dieu. Nous avons été témoins d’actes horribles en France ces jours-ci. La société civile est horrifiée. Les autorités de l’État réagissent. Mais il convient que les responsables religieux réagissent aussi, avec fermeté, avec clarté, ensemble", a déclaré pour sa part l’évêque Jean Kockerols. Celui-ci a salué l’initiative de la Fédération des Mosquées de Bruxelles.

À l’en croire, chrétiens et musulmans veulent, à travers cette initiative, réaffirmer ensemble leur désir de se respecter. "Au cœur de notre attitude, il y a le respect de l’autre, en son humanité, en sa dignité unique, quelles que soient nos différences. Chrétiens et musulmans veulent réaffirmer ensemble leur désir de se rencontrer. La nécessaire rencontre, pour apprendre à toujours mieux se connaître, à se parler, à s’écouter. Chrétiens et musulmans veulent réaffirmer ensemble leur désir d’être responsables dans la cité et le monde, notre maison commune, d’être citoyens travaillant au bonheur de tous, dans la paix et pour la paix", a ajouté l’évêque.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Belgique - Religion - Nice - Attentat - Islam

Aller plus loin

Caricatures : la position de l’Église catholique sur la question de liberté

Dans une déclaration publiée samedi, les évêques de France, réunis en assemblée plénière après les attentats de Conflans-Sainte-Honorine et de Nice, ont donné leur position sur...

Après l’attentat de Nice, les musulmans solidaires avec l’église catholique

Les gestes de solidarité des musulmans de France se multiplient envers les catholiques, depuis l’attentat survenu à Nice jeudi 29 octobre. Des responsables musulmans de...

"Si on touche aux chrétiens, on touche aux musulmans"

Musulmans et chrétiens catholiques ont organisé, dimanche 1er novembre, jour de la célébration de la Toussaint, un rassemblement devant la paroisse Saint-Germain d’Auxerre pour...

Pris pour terroriste, un Maghrébin porte plainte contre Netflix

Un Maghrébin a décidé de porter plainte contre Netflix après avoir découvert qu’il a été filmé à son insu et pris pour terroriste dans le film d’action «  Sentinelle  ».

Ces articles devraient vous intéresser :

Voici la date de l’Aïd al-Adha 2023 au Maroc

Les calculs astronomiques indiquent que la fête de l’Aïd al-Adha 2023 sera célébrée au Maroc cet été. Quelle date retenir ?

L’affaire Zakaria Aboukhlal prend de l’ampleur

L’affaire Zakaria Aboukhlal continue de créer des remous. Après la Fédération royale marocaine de football (FRMF), c’est au tour du Conseil national de la presse de condamner les propos contenus dans un article d’un site électronique sur un supposé...

Voici la date de l’Aid al adha en France

Le Conseil français du culte musulman (CFCM) vient d’annoncer la date de l’Aïd al-Adha en France. Cette fête intervient le 10ᵉ jour du mois de Dulhijja (12ᵉ mois lunaire).

Hôtels au Maroc : la fin du certificat de mariage ne plaît pas à tout le monde

Au Maroc, la levée de l’exigence d’un certificat de mariage dans les hôtels est loin de faire l’unanimité. Alors que certains Marocains ont célébré cette évolution comme une étape vers plus de liberté personnelle et de vie privée, d’autres estiment que...

Ramadan 2024 au Maroc : voici le montant de la Zakat

Le Conseil supérieur des Oulémas a fixé, il y a quelques jours, le montant minimum de la Zakat Al Fitr au titre de l’année 2024/1445.

Aïd al-Fitr au Maroc : les salons de coiffure pris d’assaut

Au Maroc, les salons de coiffure retrouvent une affluence en cette période de fin de ramadan. Les Marocains célèbrent l’Aïd El Fitr ce mercredi 10 avril.

Le ramadan commence jeudi au Maroc (Officiel)

Le mois de ramadan de l’année 1444 de l’hégire débutera ce jeudi 23 mars au Maroc, vient d’annoncer le ministère des Habous et des affaires islamiques.

Maroc : « Marée » de déchets après les iftars sur les plages

Les associations de défense de l’environnement dénoncent le non-respect des règles environnementales par certaines familles qui laissent d’importantes quantités de déchets sur les plages après y avoir rompu le jeûne pendant le mois de Ramadan.

Ramadan et menstrues : le tabou du jeûne brisé

Chaque Ramadan, la question du jeûne pendant les menstrues revient hanter les femmes musulmanes. La réponse n’est jamais claire, noyée dans un tabou tenace.

Maroc : ils paient les dettes des plus pauvres

De jeunes Marocains, influenceurs, artistes et personnalités sont à l’origine d’une initiative visant à soutenir les familles dans le besoin en cette période de ramadan, mais aussi à les aider à éponger leurs dettes.