Une affaire Kerviel au Maroc ?

14 mars 2008 - 10h09 - Economie - Ecrit par : L.A

Après la dispute sur le logo, d’autres bisbilles sont en train de naître entre le Crédit Agricole et le Crédit du Maroc. Chez le Crédit Agricole, une simple procédure de routine a révélé des opérations financières non autorisées, à la suite de la démission de Abdelaziz Enasri, directeur des Activités de Marché suivie de celle de Yassine Terafi, son collaborateur direct du front office en décembre 2007. Tous deux ont rejoint le Crédit du Maroc depuis.

Contactées par l’Économiste, les deux personnes ont préféré ne pas réagir par rapport à ces accusations. La place s’interroge : est-ce deux petits Kerviel marocains, par référence au trader de la Société Générale France ?

D’après des sources bien informées, les investigations préliminaires auraient permis de mettre à jour des opérations financières traitées avec Calyon, la banque d’affaires issue de la fusion de celles du Crédit Lyonnais et du Crédit Agricole France. Ce dernier, par cette opération, est devenue la société mère du Crédit du Maroc. Certaines opérations étaient tripartites entre Calyon, Crédit du Maroc et Crédit Agricole du Maroc. Il est à préciser que ces opérations auraient été réalisées par Enasri d’une manière unilatérale, sans autorisation des instances compétentes de la banque, et sans comptabilisation dans les livres du Crédit Agricole du Maroc, en infraction totale avec les procédures en vigueur au sein de cette institution, explique Crédit Agricole du Maroc.

Par ailleurs, une deuxième délégation de Calyon viendra demain alors que leur arrivée était programmée la semaine prochaine au Maroc pour examiner cette affaire et décider, avec Crédit Agricole du Maroc, si les opérations seront maintenues jusqu’à maturité (entre 1 et 3 ans). « Nous n’avons jamais signé de contrat de type ISDA avec Calyon », affirme Karim Belmaâchi, directeur général du Crédit Agricole Maroc. « De toutes les manières, les opérations passées sont pour l’instant profitables pour la banque si jamais on décide de les garder », poursuit-il. Un contrat de type ISDA est un contrat international standardisé, qui régit les relations entre les organismes financiers de pays différents. D’après notre source, les deux collaborateurs viennent d’être recrutés au Crédit du Maroc. Parmi les opérations non autorisées figuraient une transaction importante impliquant le Crédit du Maroc.

Cette situation « a été portée à la connaissance de l’autorité de tutelle Bank Al-Maghrib ainsi qu’au GPBM », dit le Crédit Agricole.

Source : L’Economiste - Said Mabrouk

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Crédit agricole du Maroc - Banques - Crédit du Maroc

Ces articles devraient vous intéresser :

Le fisc marocain examine de près les comptes bancaires

Au Maroc, la Direction générale des Impôts (DGI) continue de traquer les « mauvais contribuables ». Elle a récemment lancé une vaste opération de contrôle et de vérification des comptes bancaires.

Système de Ponzy : les mises en garde de Bank Al-Maghrib

Les Marocains doivent se méfier des sociétés qui collectent illégalement de l’argent auprès du public en promettant des rendements exceptionnels. Voici une piqûre de rappel de la part de Bank Al-Maghrib (BAM) et l’Autorité marocaine du Marché des...

Le dirham marocain prend de la valeur par rapport à l’euro

Le dirham s’est apprécié de 0,12% vis-à-vis de l’euro et s’est déprécié de 0,34% face au dollar américain entre le 01 et le 07 février 2024, selon Bank Al-Maghrib (BAM).

Maroc : panne générale du paiement par carte bancaire

Mercredi dans la soirée, les paiements par cartes bancaires marocaines sur internet ont connu d’importantes perturbations. Cette défaillance serait due à une panne informatique du Switch national.

L’immobilier marocain en berne, les acheteurs attendent l’aide du gouvernement

Le marché de l’immobilier au Maroc a connu une tendance à la baisse ces derniers mois, en raison de la sévérité des conditions d’octroi de crédit. Selon le dernier tableau de bord des crédits et dépôts bancaires de Bank Al-Maghrib, cette tendance se...

Séisme au Maroc : les banques versent 850 millions de dh, Akwa Group 600 millions

Le Groupement Professionnel des Banques du Maroc (GPBM) vient de faire un geste conséquent pour venir en aide aux victimes du récent séisme qui a frappé le pays. C’est également le cas pour Akwa Group.

Le nouveau régime des dotations touristiques porte préjudice aux Marocains voyageant à l’étranger

Alors que l’Office des Changes assure avoir entrepris une réforme pour simplifier le régime des dotations touristiques pour tous les intervenants, y compris les banques, il a été constaté que le nouveau régime porte préjudice à de nombreux Marocains...

Maroc : vers la légalisation de la cryptomonnaie ?

Actuellement interdit au Maroc, la Cryptomonnaie pourrait être autorisée et officialisée par un projet de loi qui attend d’être voté.

Maroc : les virements bancaires instantanés effectifs en 2023

Les derniers tests sont en cours pour permettre une réception instantanée des virements bancaires pour les particuliers et les entreprises au Maroc. Le déploiement général de ce système est prévu début 2023.

Appel à mettre fin à l’échange d’informations fiscales des MRE

L’Organisation démocratique du travail (OMT) a vivement critiqué la politique gouvernementale à l’égard des Marocains résidant à l’étranger, pointant du doigt une approche jugée superficielle et occasionnelle, particulièrement lors de l’accueil des MRE...